17 septembre 2019 12:53

Des pharaons champions incontestables

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

En remportant la 26e édition de la Coupe d’Afrique des nations qui s’est achevée dimanche à Accra, au Ghana, les Pharaons ne se sont pas contentés de conserver leur titre, mais ont aussi ajouté un sixième titre à leur palmarès. Un grand merci à Mohamad Abou-Treika, qui a marqué le but de la victoire à la 77e minute de la rencontre. Un but suffisant pour décrocher son 6e titre et le second consécutif. « C’est un sentiment extraordinaire de marquer pour son pays, surtout marquer le but de la victoire en finale. Vous rendez tout le pays heureux », a simplement déclaré Mohamad Abou-Treika à l’issue de la rencontre. « Je n’oublie pas que j’ai marqué le tir au but décisif en finale de la dernière CAN, mais là, c’est le meilleur moment de ma vie », a-t-il ajouté.

Tenant du titre de la compétition, l’Egypte était cependant hors des pronostics de la majorité des observateurs, qui ont mis d’autres sélections en avant, notamment les sélections ivoirienne, ghanéenne, camerounaise ou encore nigériane.

Même la sélection malienne et celle du Maroc, qui ont quitté la compétition à l’issue des matchs de poule, ont été favorites devant l’Egypte. Mais les hommes de Hassan Chéhata ont bien répondu à ces observateurs en remportant le titre aux dépens de toutes ces sélections. En effet, la victoire de l’Egypte ne fut pas le fruit d’un hasard, mais une victoire méritée.

Dès le début de la compétition, les Pharaons ont parlé d’eux-mêmes de façon sérieuse après leur victoire surprenante contre le Cameroun 4-2. Cette entrée en matière dévoilait déjà que les Pharaons étaient prêts à défendre leur titre. Cette large victoire a été suivie par une autre victoire logique contre le Soudan 3-0, avant de concéder un nul 1-1 face à la Zambie.

Avec ces résultats, l’Egypte se qualifie sans mal pour les quarts de finale en tant que leader du groupe aux dépens du Cameroun, qui occupe la deuxième place.

En quarts de finale, c’est l’Angola la nouvelle proie des Pharaons 2-1. Ces derniers se qualifient pour les demi-finales pour affronter la sélection ivoirienne, grand favori de cette compétition. Encore une fois, les Egyptiens brisent tous les pronostics en réalisant une victoire sans appel de 4-1 contre une sélection ivoirienne garnie de stars mondiales à l’image de Didier Drogba, Kolo Touré, Solomon Kalou et Abdel-Kader Keita qui n’ont pas réussi à s’exprimer face à une sélection égyptienne très organisée.

On en vient au grand rendez-vous de la finale contre la sélection camerounaise, où les Pharaons achèvent en beauté leur parcours dans la compétition par une autre victoire contre les Lions Indomptables, décrochant ainsi un titre très cher pour les Egyptiens, et prouvant s’il eut été encore nécessaire, que l’Egypte est la meilleure d’Afrique. « Notre équipe n’a pas seulement de bons joueurs, nous avons la meilleure équipe et le meilleur effectif. Nous savons nous battre, travailler pour les autres. Nous avons battu la Côte-d’Ivoire, le grand favori (4-1 en demi-finales). Nous étions dans un état d’esprit de vainqueurs, nous avons montré que l’Egypte était la meilleure équipe d’Afrique », confirme Mohamad Zidan, auteur de la passe à Abou-Treika, qui marque le but de la victoire.

Chéhata, principal artisan de la victoire
Le principal artisan de cette victoire cependant, c’est Hassan Chéhata, le directeur technique de la sélection nationale qui a répondu à toutes les mauvaises langues qui remettaient ses capacités d’entraîneur en doute. En poste depuis 2005, Chéhata a réussi à construire une sélection jeune et très puissante dont la majorité des joueurs évoluent dans le Championnat national qui a remporté deux titres continentaux. De même, il s’est distingué par sa bonne gestion lors des rencontres.

L’Histoire retiendra que Chéhata est le premier entraîneur égyptien à remporter deux titres de la CAN.

Sous son commandement, la sélection nationale a présenté une performance exceptionnelle, en défense comme en attaque. Meilleure attaque avec 15 buts en 6 matchs, et la défense la plus solide avec 5 buts encaissés, Chéhata a fait du bon travail. « Nous devons beaucoup au travail du coach Hassan Chéhata, depuis deux ans maintenant. Nous sommes heureux ensemble, pas seulement l’équipe, mais aussi tout l’encadrement », confie Abou-Treika.
Il faut aussi saluer les joueurs de la sélection qui font rêver leur entraîneur. Ces joueurs étaient à la hauteur de leur mission, certains observateurs ont même exprimé leur grande surprise de voir ces joueurs évoluer dans un championnat local. Selon José Murinho, ancien entraîneur de Chelsea, plusieurs joueurs égyptiens possèdent toutes les capacités nécessaires pour évoluer dans les plus grands clubs européens. A l’image du milieu d’Ismaïli, Hosni Abd-Rabbo, désigné meilleur joueur de la compétition, Essam Al-Hadari, a remporté à son tour le titre de meilleur gardien en Afrique pour la deuxième fois consécutive. Le défenseur d’Al-Sayelya (Qat), Waël Gomaa, fut aussi brillant en contrôlant des attaquants qui figurent parmi les meilleurs attaquants du monde, notamment Didier Drogba et Samuel Eto’o. Il faut aussi signaler les grands efforts de Amr Zaki, le buteur de Zamalek et de la sélection, qui a marqué 4 buts dans la compétition, comme Hosni Abd-Rabbo et Mohamad Abou-Treika. Ce dernier fut aussi l’inspirateur de la sélection par son grand talent et ses grands efforts qui ont été couronnés par le but de la victoire lors de la finale.

Cette excellente performance n’est pas passée inaperçue par le Comité d’organisation de la compétition qui a nommé ces 5 héros dans l’équipe type de la compétition, soit presque la moitié de l’équipe. Mais il ne faut pas oublier le grand rôle du trio évoluant en Europe qui n’a pas cédé aux pressions de leurs clubs respectifs et ont préféré rejoindre leur équipe nationale : le capitaine de l’équipe Ahmad Hassan (Anderlecht, Bel) qui était présent dans les rencontres serrées surtout lors des demi-finales et de la finale en maîtrisant le jeu par sa large expérience (138 sélections). Mohamad Zidan, l’attaquant de Hambourg (All), auteur d’un doublé contre le Cameroun lors du premier match et auteur de la passe décisive lors de la finale qui a contribué au but de la victoire, et finalement Mohamad Chawqi, le milieu de Middelsbrough (Ang) qui s’est distingué comme un vrai récupérateur de la sélection. « C’est un grand plaisir d’être champion aujourd’hui. En 2006, ça avait été difficile (il avait décliné la sélection), j’avais décidé de rester dans mon club en Allemagne (Mayence), je me suis retrouvé dans la même situation cette année, c’était dur de décider : rester à Hambourg, mon nouveau club, ou partir avec mon équipe nationale ? Mais je voulais ressentir la joie du champion », a déclaré Mohamad Zidan.

Ce mélange construit par Hassan Chéhata entre les joueurs évoluant en Europe et ceux qui évoluent en Egypte a fait de cette génération la meilleure de l’histoire du football égyptien. Après l’exploit de cette CAN, il ne reste à cette génération que l’exploit de se qualifier pour le Mondial 2010. Car il serait dommage, voire illogique, que ces joueurs que l’on a vu évoluer avec tant de plaisir en CAN ratent un tel évènement ...


Mohamad Mosselhi
Ahram Hebdo

Related Stories

Les plus visités

From To