22 mars 2019 10:50

Les réunions annuelles de l’ABCA

mercredi، 08 août 2018 - 02:42

Le Premier ministre également ministre de l'Habitat, Mostafa Madbouli, a inauguré mercredi, à Charm El-Cheikh, la 41e réunion annuelle du Conseil des gouverneurs de l'Association des Banques Centrales Africaines (ABCA), hébergée pour la première fois par l'Egypte, sous les auspices du Président Abdel Fattah El-Sissi, et en simultanée du 50e anniversaire de la fondation de ladite Association.    
Les réunions de l'ABCA constituent un des événements économiques et bancaires les plus importants à l'échelon africain, vu la représentation de haut niveau comprenant les gouverneurs des banques centrales africaines.      

Parmi les grandes institutions internationales et régionales y participant, figurent entre autres la Commission de l'UA, le FMI, la banque mondiale, la Banque centrale européenne et le COMESA.
Lors de ces réunions qui durent cinq jours, le gouverneur de la BCE, Tarek Amer doit prendre la présidence de l'ABCA qui regroupe 40 banques centrales africaines.

Le gouverneur de la Banque Centrale d'Egypte (BCE), Tarek Amer a affirmé que la situation économique s'était améliorée pendant les trois derniers ans après l'application du programme de reformes économiques globales, soutenu par le Président Abdel Fattah El-Sissi.     
Dans une allocution prononcée mercredi lors du coup d'envoi de la 41ème réunion du conseil des gouverneurs de l'Association des Banques Centrales Africaine (ABCA) à Charm El-Cheikh, M. Amer a souligné que la décision du Président El-Sissi de mettre sur place le programme de réforme économique était inévitable pour redresser l'économie financière et monétaire.  
L'Egypte et le continent africain étaient confrontés à des défis liés à l'instabilité politique et économique aux échelons régional et international, ce qui avait affecté l'économie des pays africains et la hausse du déficit de leurs budgets, a noté M. Amer.      
Il a fait savoir que le Conseil de l'Association des Banques centrales Africaines avait pris une décision sur la nécessité de faire face à ces défis en vue de protéger l'avenir du peuple africain.
L'Egypte a commencé à se préoccuper par l'être humain via le développement de l'enseignement et de la recherche scientifique, a dit M. Amer, ajoutant que la nation africaine dispose d'un grand héritage civilisationnel.

Il a jugé important que des mesures soient adoptées en faveur de l'avenir du peuple africain.

Related Stories

Les plus visités

From To