15 décembre 2019 10:25

Allocution et discours

Discours du Président al-Sissi devant le Sommet de la Troïka et du Comité sur la Libye auprès de l’Union Africaine

mercredi، 24 avril 2019 - 04:57

Excellences, chefs d’États,

J’ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue dans votre second pays, l’Égypte, en réponse à la convocation d’une réunion qui concerne un pays africain qui nous est tous cher, à savoir la Libye frère, qui fait partie de l’Union africaine (UA), et qui reste un composant fondamental de l’action africaine conjointe.

Notre réunion que voici s’inscrit dans le cadre de notre responsabilité commune vis-à-vis du soutien de la stabilité et de l’unité de la Libye et de son intégrité régionale, et vis-à-vis de sa protection contre les dangers du terrorisme et des ingérences étrangères, récurrentes depuis des années. Les États de l’Union africaine (UA) sont les plus proches de la Libye, aussi bien sur le plan géographique qu’historique, d’où leur plus grand intérêt porté à sa stabilité et à l’unité de ses institutions, pour que les forces de l’armée et de la Police libyennes parviennent à endosser leur rôle dans le maintien de la paix et de la stabilité et dans l’extermination de toutes les formes du terrorisme.

Je profite de cette occasion pour exprimer mes sincères remerciements à mon frère, son excellence le président Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo et président du Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye, pour sa généreuse proposition de tenir cette réunion au Caire. Je tiens à remercie également mes frères, son Excellence le Président Paul Kagame, Président de la République du Rwanda, son Excellence le Président Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud, en leur qualité de membres de la Troïka de la présidence de l'Union africaine, et son Excellence Moussa Faki, président de la Commission de l'Union africaine, pour avoir promptement répondu à la convocation de ce sommet. Cela confirme la responsabilité de l'Union Africaine envers la Libye et son engagement à soutenir la solution politique et le rétablissement de la stabilité en Libye, partant d'un principe de base, enraciné au sein de l'Union africaine depuis sa fondation, soit le fait d’œuvrer en vue de trouver des solutions africaines aux problèmes du Continent et le rejet absolue de toute ingérence étrangère.

Chère assistance,

Le peuple libyen frère a fait, pendant ces quelques dernières années, l'objet d'un processus d'épuisement de ses potentiels et de ses ressources, et d'un enchevêtrement inextricable de milices, d’organisations terroristes, de contrebande et de traite d’êtres humains. Lequel a été accentué par une longue impasse politique, par la subjectivité et la préférence des intérêts personnels étroits à la sublime intérêt national libyen, tout en tirant force  des parties étrangères qui ont soutenu le chaos et les organisations terroristes et qui se sont impliquées dans l'infiltration des terroristes et la contrebande d'armes vers la Libye, comme dans la contrebande du pétrole et des fonds hors les territoires libyens. Il est temps de mettre un terme à tout cela.

Tous les fils de la Libye ont le droit de tourner la page de ce chapitre douloureux de son histoire, de récupérer leur État et de commencer la phase de reconstruction. Cela ne sera toutefois possible sans la reprise du règlement politique dans les plus brefs délais et l'autonomisation exclusive des institutions de l’État libyen, pour leur permettre d’accomplir leurs devoirs de manière à répondre aux intérêts et aux besoins du peuple libyen frère et de protéger ses ressources. Cela permettra aussi à l'armée nationale et à la police civile d'assumer leurs responsabilités qui consistent à assurer la sécurité et la stabilité et d'éliminer les risques du terrorisme et des bandits armés dans la clandestinité. Ce qui fraie ainsi la voie à un cap politique qui favorise la tenue des élections par lesquelles ce pays récupère les attributs de la légitimité.

Nous exhortons, aujourd'hui, la communauté internationale d’assumer pleinement et sans relâche sa responsabilité pour permettre la reprise du règlement politique. Nous appelons l'émissaire onusien, Dr. Ghassan Salamé, à faciliter le retour aux négociations politiques d'une façon transparente et conforme aux accords de Skhirat, et ce via l'activation des voies de communication avec toutes les parties libyennes concernées sans aucune exception, et à demeurer impartial à l'égard de chacune d'elles.

Je suis confiant que notre réunion d'aujourd'hui émettra le message d'espoir requis à nos frères en Libye et constituera une impulsion primordiale aux efforts déployés pour endiguer la crise actuelle aux échelons africain et onusien.

Qu'Allah nous accorde tous la réussite dans tout ce que nous entreprenons au profit de la Libye sœur.  

Related Stories

Les plus visités

From To