22 octobre 2019 03:24

L'Egypte arrive 3ième au niveau mondial dans le classement des pays à forte croissance

mercredi، 18 septembre 2019 - 10:48

Le paquet de réformes et les démarches sérieuses entreprises par le gouvernement égyptien, lors des dernières années, ont contribué à réaliser un progrès tangible dans l’achèvement des objectifs du développement durable et à enregistrer le taux de croissance annuel le plus élevé depuis 10 ans, estimé à 5.6% lors de l'exercice 2018-19 contre 2.9% en 2013-2014, permettant ainsi à l'Egypte de trôner en tête des marchés émergents et des pays en développement en matière de croissance et d'arriver en troisième au niveau mondial dans le classement des pays à forte croissance, a affirmé la ministre égyptienne du plan et de la réforme administrative, Hala Al-Saaed citant le magazine britannique "The Economist" et évoquant la baisse du taux de chômage à 8.1% lors du premier trimestre en 2019 contre 13.2% en 2014.

Mme Al-Saaed a passé en revue les efforts de son ministère pour mettre en œuvre les objectifs du développement durable dans tous les gouvernorats du pays tout en tenant compte des dimensions socio-économiques et écologiques, évoquant les reformes législatives et institutionnelles entreprises pour améliorer le climat d'affaires et mettre en place l'infrastructure nécessaire pour séduire les investisseurs, encourager les partenariats avec le secteur privé et réaliser le développement global.

Contrairement aux pronostics, l'inflation a reculé à 7.4%, s'en réjouit la ministre égyptienne, expliquant cela à la solidité de l’économie nationale et sa capacité à marquer une croissance, encourageant ainsi la Banque centrale d'Egypte (BCE) à appliquer une politique monétaire expansionniste en réduisant son taux directeur sur les prêts.

Mme el-Saeed a mis en en exergue l’amélioration du statut de l'Egypte dans les rapports économiques internationaux et de son classement dans l'indice mondial de la compétitivité sachant qu'elle est passée de la 119e place en 2014-15 à la 94e en 2018 et de la 122e en 2017 à la 64e place en 2018 sur l'indice mondial de l'innovation.

L'Egypte a également avancé de huit places sur l'indicateur du climat des affaires (ICA) de la 128e en 2018 à la 120e en 2019, poursuit la ministre, justifiant cela aux reformes à grande échelle entreprises en une seule année lors de la dernière décennie, ce qui lui a valu d’arriver deuxième dans la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord" en matière de réformes.

La ministre égyptienne a aussi mis en avant les rapports positifs rendus sur l’économie égyptienne par des institutions financières mondiales comme le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque Mondiale (BM), ainsi que l’amélioration de la note de l'Egypte par les agences de notation mondiale comme Fitch, Standard&Poor's, Moodey's qui, à l'unisson, ont constaté une amélioration de l’économie avec une perspective positive.

Concernant le secteur de l’énergie, la ministre a rappelé que sa part de contribution dans l’économie avait augmenté avec des investissements se chiffrant à 246 mds de LE durant l'exercice 2011-2012.

"L'Egypte adopte une stratégie claire pour réaliser le développement durable dans le secteur de l'énergie durant la période 2018-2030 et qui repose sur plusieurs axes dont la sécurisation de l’énergie, la libéralisation des marchés locaux de l’énergie, le renforcement de la bonne gouvernance et la limitation des effets néfastes sur l'environnement, a noté Mme el-Saeed.

MENA

Related Stories

Les plus visités

From To