18 novembre 2019 12:28

Nous aspirons à des relations stratégiques entre l’Afrique et la Russie

dimanche، 20 octobre 2019 - 10:24

Le sommet de Sotchi est le premier événement de ce type dans l’histoire des relations russo-africaines, auquel va assister une quarantaine de chefs d’État dans le continent, des dirigeants de grandes fédérations et d’institutions régionales.  Le sommet et le forum économique examineront les perspectives des relations entre la Russie et les pays du continent, ainsi que  les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines politiques, économiques et culturels.


Avant le début du sommet qui devrait se tenir entre le 22 et le 24 octobre, le site officiel du sommet de Sotchi a publié un mot du Président Abdel-Fattah Al-Sissi, et ce en sa qualité de président de l’Union Africaine.  Le Président a dit- dans son mot- que ledit sommet cristallise les liens de fraternité historique entre l’Afrique et la Russie fédérale. Et de renchérir que ce sommet acquiert une grande importance étant donné qu’il vise à mettre en place un contour intégral pour booster les relations russo-africaines vers des horizons de coopération, susceptibles de répondre aux aspirations des peuples.


Le Président a indiqué que les pays africains et la Russie avancent sur un terrain d’action commune, basé sur les principes de respect du droit international, de l’égalité et la non-ingérence dans les affaires des autres pays. Outre de régler les conflits de manière pacifique.


Le Président Al-Sissi a expliqué que les pays africains disposaient d’un potentiel et de capacités énormes qui les qualifieraient- une fois optimisés- à figurer dans les rangs des puissances économiques émergentes.


Et de rappeler que ce sommet se tient également à la lumière de l’intérêt grandissant des grandes puissances dont les Etats-Unis, l’Union Européenne (UE), la Chine, le Japon et l’Inde pour l’établissement d’un partenariat économique et commercial avec le continent africain notamment après le lancement officiel de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) depuis Niamey en juillet dernier et qui est la plus grande du genre depuis la fondation de l’organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995, avec 1.2 milliard de consommateurs et un PIB totalisant près de 3.4 trillions de USD soit 3% du PIB mondial.

 La ZLECA devrait permettre de porter le commerce inter-africain de 17 à 60% d’ici 2022, réduire les importations, développer les capacités liées à l’industrie et la production, construire une infrastructure, créer un marché continental unifié, faciliter la mobilité des investisseurs et hommes d’affaires avec en perspective la création d’une union douanière commune. 


Le Président a ajouté que ces succès ouvraient de vastes horizons de coopération entre les pays africains et la Russie et réaffirmaient la détermination des gouvernements africains et de leurs peuples à coopérer avec divers partenaires en vue de réaliser des gains et des avantages communs.

                                                                                       
                                                                                                 LeProgrèsEgyptien


Related Stories

Les plus visités

From To