23 janvier 2020 04:42

Histoire de la femme dans la vie égyptienne

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

La femme a joué un rôle important dans la société égyptienne. Ce rôle a émergé depuis l’époque pharaonique, Elle y était traitée au même pied d’égalité que l’homme et a accédé aux postes politiques et au pouvoir.

Hatshepsout, à titre d’exemple, a gouverné l’Egypte depuis 1479 av.J.C jusqu’en 1457 av.J.C. Elle s’est acquittée d’un rôle historique visant à renforcer les piliers de l’Etat dans les domaines de la religion, du commerce, et de la politique intérieure et extérieure. Telle fut la voie suivie également par les reines Néfertiti et Cléopâtre.

Après l’établissement de l’Etat moderne sous le règne de Mohamed Ali, le rôle de la femme devint clair. L’école des infirmières créée en 1832 était le premier noyau qui a frayé la voie au travail de la femme. Elle vit le jour grâce aux contributions de plusieurs savants et penseurs égyptiens, tels Refaa El-Tahtawi et Qassim Amin, qui ont adopté la cause de la femme égyptienne et qui ont revendiqué le droit de la femme à l’enseignement et au travail.

Au début du XXème siècle, quelques femmes égyptiennes ont fondé la première organisation non gouvernementale de services (la marche de Mohamed Ali – l’Association intellectuelle des femmes égyptiennes), annonçant ainsi une participation plus large de la femme égyptienne à l’action publique.

Elles ont  participé à plusieurs associations de bienfaisance, de benévolat et de lettres. Le rôle de la femme égyptienne s’est manifesté dans les causes nationales. Elle figurait à l’avant-garde des masses participant à la révolution de 1919, au cours de laquelle une femme est tombée martyre.

C’est ainsi que la femme a donné la preuve de son engagement dans mouvement nationaliste égyptien. Cependant, la constitution de 1923 ne lui a pas accordée ses droits politiques, ce qui a abouti à l’accentuation de ses revendications.

Le premier parti politique féministe égyptien a été créé en 1942. En 1947, l’Union féministe égyptienne a réclamé la nécessité d’amender la loi électorale pour faire participer la femme au droit de vote et pour lui attribuer tous les droits politiques et le membership aux conseils locaux et parlementaires.

Au cours de la conférence féministe tenue le 19 février 1951, des manifestations féministes ont revendiqué un parlement réunissant les hommes et les femmes à part égale.

Au lendemain de la Révolution de Juillet 1952, la constitution de 1956 a stipulé l’octroi à la femme de tous ses droits politiques, partant de la conviction que constitue une violation des principes de la démocratie et de la non-discrimination entre les citoyens d’une même nation. Partant de ce fait, la femme a accédé, pour la 1ère fois, au parlement à l’issue des élections de 1957.

L’accès de la femme à ses droits politiques était le prélude à davantage de droits, tel son droit aux postes publics et supérieurs, et à sa reconnaissance en tant que force productive au même pied d’égalité que l’homme. Cette évolution a été couronnée par la nomination de la première ministre des affaires sociales en Egypte en 1962.

A partir de cette date, la femme a continué à occuper de postes ministériels dans tous les gouvernements égyptiens, en plus du renforcement de sa représentation dans les institutions législatives et politiques.

Related Stories

Les plus visités

From To