23 janvier 2020 04:57

La femme dans l’Egypte pharaonique

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

L’importance historique de l’ancienne civilisation égyptienne réside dans le système des valeurs et des messages humanitaires qui a englobé tous les aspects de vie et qui a formé, au fil de 7 mille ans, les   profondes racines de notre société moderne.

Parmi ces valeurs humanitaires les plus importantes, figure la reconnaissance de l’importance du rôle de la femme dans la société.

Cette valeur a été pratiquement concrétisée en accordant à la femme égyptienne une situation privilégiée en tant que seul partenaire de l’homme dans sa vie religieuse et profane conformément au principe de la création et de la cosmogonie figurant parmi les principes religieux pharaoniques qui prévoient l’égalité juridique complète et pour la 1ère fois la liaison sacrée entre l’homme et la femme à travers les contrats de mariage éternels.

Cette position a atteint le niveau de la vénération. C’est ainsi qu’existaient les déesses à côté des dieux, telles la déesse de la sagesse,Isis, qui avait pris la forme d’une femme  et déesse Isis, symbole de la fidélité et du dévouement.

La femme égyptienne dans l’histoire pharaonique a laissé son empreinte dans divers domaines professionnels aux divers domaines du travail, et a réussi à accéder au trône . Citons à titre d’exemple « Hotep », mère du roi Chéops ; « Khent », fille du pharaon Mykérinos ; « Abah Hoteb », reine de Thèbes ; « Hatchepsut », fille du pharaon Amon ; « Ti », mère de Akhnaton ; « Cléopâtre » et Marc Antoine dont l’histoire a joui d’un grand intérêt littéraire au niveau du monde tout entier.

La femme a de même exercé la magistrature, telle « Nepet », belle-mère du roi Pépi 1er de la 6ème dynastie, elle  occupa également le même poste au cours de la 26ème dynastie.

La femme a également travaillé dans le domaine de la médecine, telle « Psechet » qui a porté le titre de grand  médecin sous la 4ème dynastie. Les femmes scribes ont accédé aux postes de (directrices, chef de département des dépôts, observatrice des dépôts royaux, femme d’affaires, prêtresse).

« La femme égyptienne menait une vie heureuse dans un pays où l’égalité entre les deux sexes était un fait naturel ».C’est une phrase bien expressive de l’égyptologue française Christiane De Noblecour.

La civilisation pharaonique a également posé les premières législations et lois gérant le rôle de la femme, dont les plus importantes sont celles du mariage ou liaison sacrée, qui déterminent les droits et les devoirs basés sur le respect mutuel entre époux et épouse, la maîtresse de la maison qui  avait droit à l’héritage tout comme l’homme ; et en  cas de divorce injustifié, elle avait droit au  tiers des biens de son époux.

De même, l’ancien Egyptien s’attachait à ce que son épouse soit enterrée avec lui dans le même cimetière. Partenaire dans la vie terrestre, elle le sera  après la résurrection.

Quant au droit à l’éducation, la femme égyptienne apprenait les sciences dès l’âge de 4 ans, dans les écoles qui enseignaient les principes du calcul, des mathématiques, de la géométrie et des sciences, en plus des rudiments de la langue hiéroglyphique et de la langue hiératique familière de la vie quotidienne.

 Enfin, la fille acquiert, tout à fait comme le garçon, le titre de « scribe détentrice de l’encrier », et elle avait la possibilité de choisir la spécialisation scientifique qu’elle voulait.

Parmi les dires du sage égyptien concernant la nécessité de protéger la femme :

- « Il est sage d’aimer ta partenaire dans la vie et d’en prendre soin, car elle prendra par la suite soin de ta maison ».

- « Tout le long de ta vie, prends soin d’elle, car elle est le don des dieux qui ont exaucé à tes prières et te l’ont octroyée.. Révérer le bienfait  et satisfait les dieux ».

- « Ressens ses douleurs avant qu’elle n’en souffre ».

« Elle est la mère de tes enfants, si tu la rends heureuse et tu en prends soin, elle fera de même avec eux. Elle est une consigne dans tes mains et dans ton cœur, tu en es responsable devant Dieu le plus Grand, puisque tu a juré dans son sanctuaire d’être pour elle un frère, un père et un partenaire de vie ».. Telle est la conviction de l’ancien Egyptien.

Related Stories

Les plus visités

From To