25 janvier 2020 06:58

Opérations pour purifier Kerdassa du terrorisme

Sous le slogan de "Nous n’arrêterons pas tant que nous n’aurons pas nettoyé le village de tous les terroristes et criminels

mardi، 24 septembre 2013 - 12:00

La police et l'armée ont pris d'assaut Kerdassa, à la périphérie du Caire, où les islamistes -des pro-Morsi ou des éléments radicaux- sont très actifs. Onze policiers y avaient été tués le 14 août dans un commissariat juste après le début de la campagne de répression contre les partisans du président déchu.
Au moins 65 personnes ont été arrêtées, dont certaines impliquées dans l'attaque du commissariat, a rapporté l'agence officielle Mena.

L'objectif est d'arrêter "140 personnes recherchées" et de retrouver les auteurs du "massacre" du commissariat, selon le responsable de la sécurité.
Ce jour-là, au moment où soldats et policiers tuaient plusieurs centaines de manifestants pro-Morsi au coeur du Caire sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda, les télévisions égyptiennes passaient en boucle les images des corps horriblement mutilés des policiers de Kerdassa. Les médias, quasi-unanimement acquis à la cause de l'armée, dénoncent régulièrement le "terrorisme" des Frères musulmans qui assurent, eux, que leurs manifestations sont pacifiques.

"Nous n'arrêterons pas (l'opération à Kerdassa) tant que nous n'aurons pas nettoyé le village de tous lesterroristes et criminels", a assuré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Hani Abdel Latif.
Selon lui, les forces spéciales de l'armée sont engagées "dans des combats directs" avec des militants islamistes dans le village où un couvre-feu de jour a été imposé.
Des journalistes de l'AFP sur place ont fait état d'échanges de tirs nourris et d'hommes armés tirant sur les policiers depuis des immeubles.
 

Dans l'après-midi, la télévision d'Etat a diffusé des images de policiers menant des perquisitions et des arrestations.
Lundi déjà, l'armée avait repris sans faire de victimes le contrôle de Delga, une ville de 120.000 habitants dans le centre de l’Egypte, tenue depuis un mois par des pro-Morsi que les autorités accusaient d'avoir brûlé des églises.
"Delga et Kerdassa figurent parmi les conséquences les plus néfastes du régime des Frères musulmans", a commenté M. Abdel Latif.

 

Related Stories

Les plus visités

From To