15 novembre 2018 12:42

Le théâtre en Egypte

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

Depuis la deuxième moitié du 19ème siècle, l’Egypte a connu le théâtre, en vertu de son interaction avec l’Europe. Deux genres d’art dramatique avaient paru en Egypte, ainsi que le développement des formes théâtrales populaires que l’Egypte a connu avant cette date.

Premièrement :

Le jeu improvisé. Il se basait sur la répétition d’un texte écrit par un acteur professionnel sur un théâtre ambulant ou stable. Ce genre de théâtre fut connu en Egypte au 18ème siècle. Ces troupes ambulantes présentaient leur spectacle dans les villes et les villages d’Egypte dans les occasions publiques ou privées. Leurs théâtres qui ressemblaient à des cirques, étaient installés dans des lieux stables ou instables et tout dépendait de la performance des acteurs professionnels.

Deuxièmement :

Le théâtre des ombres chinoises, art qui narre des événements et des faits, et qui a nettement influencé le théâtre arabe moderne. Malheureusement la date de son apparition en Egypte reste inconnue. On convient toutefois qu’il était apparu pendant le règne des Fatimides et qu’il était devenu un art populaire présenté dans les occasions religieuses et sociales, dans les palais des gouverneurs et ceux de la classe aristocrate à titre de divertissement. Les personnages étaient de carton ou de cuir. Cet art s’est propagé en Egypte jusqu’à la fin du 18ème siècle.

Les spectacles étaient performés dans les cafés et dans les noces, mais ils ont perdu leur importance quand les dessins animés furent inventés. Le théâtre en Egypte ne prit sa forme actuelle qu’à l’arrivée de l’expédition française en 1789 sous le commandement de Napoléon Bonaparte.

C’est alors que se forma la troupe de la Comédie française. En 1869, le Khédive Ismail construisit le théâtre de la Comédie française et l’Opéra pour accueillir les délégations qui ont participé aux cérémonies légendaires qu’il avait organisées à ses invités à l’occasion de l’inauguration du Canal de suez.

En 1870, le Khédive construisit au sud du jardin de l’Azbakieh un autre théâtre donnant sur la place d’Ataba. C’est justement là que le premier théâtre national prit naissance. En 1885, la troupe d’Abou Khalil Al Kabani, y présenta sa première saison théâtrale alors qu’en 1891, la troupe d’Iskandar Farah qui avait pour héros Salama Hegazi présenta ses pièces les plus célèbres.

En 1905, la troupe de Salama Hegaziy présenta sa première saison.

A dater de 1914, le théâtre dramatique marqua un sérieux recul, alors que le théâtre comique s’épanouissait, réalisant de grands succès, surtout le théâtre animé par les troupes de Naguib El Rehani et d’Ali El Kassar.

Avec les demandes incessantes de l’indépendance d’Egypte et de la fin de l’occupation anglaise, une autre demande devenait aussi urgente, celle de la création d’un théâtre national. Ce n’est qu’en 1921 que ce théâtre fut inauguré par 4 pièces moyennant 2 pièces par jour.

En 1935, la troupe nationale égyptienne sous l’égide du poète Khalil Motrane a déployé de grands efforts pour régler la crise du théâtre. La troupe inaugura un institut aux acteurs et envoya des missions à l’étranger. Mais en 1942, la troupe a été dissoute par décret. Quand la révolution éclata, il existait deux grandes troupes théâtrales: la troupe nationale égyptienne, et la troupe égyptienne du théâtre moderne.

Dans les années 50, une nouvelle génération d’écrivains et de metteurs en scène différents de leurs prédécesseurs a amorcé une étape sérieuse du théâtre égyptien moderne. Parmi les écrivains figurent Lotfi El Kholi, Youssef Edriss, Noeman Ashour, Saad El Din Wehba, Alfred Farag et parmi les metteurs en scène : Nabil El Alfi, Saad Ardach, Abdel Rehim El Zourkani.

Dans les années 60, la pensée théâtrale recherchait une identité théâtrale distinguée,non traditionnelle et différente de celle du théâtre occidental. Les pensées de Tawfik Al Hakim et de Youssef Idriss et d’autres ont eu des participations sérieuses sur cette voie.

En 1960, Sarwat Okacha fonda l’institution publique des arts du théâtre et de la musique, et le théâtre des marionnettes du Caire présenta son premier spectacle en mars 1959.

Le succès des spectacles « son et lumière » aux pyramides en 1960 encouragea la création du théâtre du Sphinx où la troupe anglaise « D’Oldwick » présenta en août 1961 deux pièces de théâtre, Roméo et Juliette de Shakespeare ; Saint John de Bernard Show. C’est ainsi que commença l’exploitation des sites archéologiques et la présentation de spectacles artistiques, de poètes connus, tels Salah Abdel Sabbour, qui sont parvenus à rendre concret le théâtre lyrique en Egypte.

Dans les années 70, les pionniers ont poursuivi leurs donations et le théâtre national présenta en 1972 la pièce de Tawfiq El Hakim « Les mains douces », Youssef Idris présenta « Le troisième sexe » et Alfred Farag présenta « Le feu et l’olive ». Une autre génération de professeurs universitaires parut parmi lesquels figurent : Samir Sarhan, Mohamed Enani et Fawzi Fahmi.

Dans les années 70, le duo théâtral, l’écrivain Lénine El Ramly et l’acteur et metteur en scène Mohamed Sobhy ont composé la troupe théâtrale du secteur privé le « Studio 80 » et ont présenté des pièces théâtrales très raffinées et d’effet retentissant.

Dans les années 90, le théâtre du secteur privé devint en vogue. De célèbres acteurs à l’exemple d’Adel Emam ont gagné une grande popularité. Le théâtre comique a progressé aux dépens du théâtre tragique qui a marqué un grand recul.

Le théâtre expérimental :

Le théâtre expérimental a prouvé dans les deux dernières décennies du XXème siècle sa capacité d’assimiler les expériences du passé et de se recréer selon une nouvelle méthode qui se conforme aux superbes évolutions survenues. 



Related Stories

Les plus visités

From To