21 mars 2019 06:41

Le Comité Ad Hoc pour répondre au programme du gouvernement

jeudi، 14 avril 2016 - 12:07

Le Comité Ad Hoc pour répondre au programme du gouvernement de l'ingénieur Shérif Ismail a recommandé, dans son rapport à soumettre à la Chambre des députés lors de sa séance plénière "le dimanche 10 avril 2016", d'accorder la confiance au gouvernement, tant en ce qui concerne sa formation, survenue en l'absence de la Chambre des députés, qu'en ce qui a trait à son programme soumis à la Chambre le 27 mars écoulé.

Le Comité a souligné la nécessité de l'engagement du gouvernement à l'égard des conclusions et recommandations du rapport sur les sept axes  principaux du programme et sa modification, compte tenu de ces conclusions et recommandations.

Le Comité a en outre recommandé que le gouvernement devrait  transmettre et visualiser le
document sur la Stratégie de développement durable : Vision Egypte 2030,  et le présenter à la Chambre  pour examen, avis et approbation avant d'adopter une vision d'avenir pour la planification générale de l'État au cours des 15 prochaines années (2015-2030), tant qu'il définit la politique générale de l'État à long terme.

Le Comité a souligné l'importance de renforcer et d'élargir  la coordination et la coopération entre la Chambre et le gouvernement en vue de les aider tous les deux à la mise en œuvre de l'agenda législatif dudit  programme et permettre au  gouvernement de le mettre en œuvre dans les délais déterminés. La Chambre,  les organismes de contrôle  spécialisés, les organisations de la société civile et l'opinion publique  nationale assureront le suivi de la mise en œuvre de ce programme et le contrôle effectif sur la performance du gouvernement.

Le Comité a invité les commissions  spécifiques auprès de la Chambre, dans leurs domaines respectifs de compétence, à exercer leurs fonctions en  termes de suivi périodique afin de déterminer l'étendue de l'engagement du gouvernement à la mise en œuvre de son programme d'action et des recommandations contenues dans le rapport du Comité.

Le Comité Ad Hoc pour répondre à la déclaration du gouvernement a noté dans son rapport qu'il était désireux de traiter avec le document du programme du gouvernement comme une seule unité indivisible, prenant en compte de diviser le  rapport de sa réponse conformément à l'ordre des sept axes principaux du programme, qui représentent les priorités de la politique générale de l'Etat, que le pouvoir exécutif, avec ses deux branches, à savoir le Président de la République et le Conseil des ministres, élabore et en supervise la mise en œuvre.

Le Comité a souligné que le premier axe: "Maintien de la sécurité nationale de l'Egypte", fut consacré aux questions de lutte contre le terrorisme, à l'amélioration de la performance de la sécurité et à la poursuite du développement des forces armées. Le Comité a assuré le suivi les efforts déployés par l'Etat pour protéger la sécurité nationale, abordant les foyers qui le menacent et les législations promulguées pour lutter contre le terrorisme.

Le Comité a proposé plusieurs recommandations sur ce thème liées à la rationalisation et au renouvellement du discours religieux et  médiatique,  l'éradication et la poursuite des sources de financement du terrorisme, la confrontation de la sécurité et les frappes préventives et le développement politique, social et économique des zones frontalières et défavorisées afin de tarir les sources du terrorisme, en sus d'un certain nombre de mesures visant à lutter contre le terrorisme au niveau international.

En ce qui concerne la politique de sécurité, le Comité a formulé plusieurs recommandations en vue d'améliorer la performance de la police en termes de services fournis dans les domaines du bien-être juvénile, de la répression de la criminalité et d'exécution des décisions, d'amélioration des conditions d'incarcération et des lieux de détention et de la protection sociale des détenus, de rationalisation des services de la circulation, de prévention des accidents et de  promotion et  diffusion des services de protection civile et de développement des services de l'état civil, des passeports et des permis de travail.

En termes de politique de défense, le Comité a réclamé le renforcement et le développement de la politique de défense de l'État à des fins de sécurité nationale, axant ses recommandations sur les politiques de recherche, de développement, de formation, d'équipement des forces armées avec les systèmes d'armement modernes, de renforcement permanent de leurs capacités et de leurs aptitudes au combat, d'amélioration du niveau des
services médicaux et thérapeutiques dans les hôpitaux des forces armées et d'intérêt à la production militaire et à la commercialisation des produits militaires en leur ouvrant de nouveaux marchés.

Le Comité Ad Hoc pour répondre à la déclaration du gouvernement a mentionné avoir  suivi le programme du gouvernement au titre du second axe :  "Consolidation et renforcement de la structure démocratique" , qui a mis l'accent sur l'organisation des élections locales début 2017, et sur le développement des infrastructures et de l'informatique de la Chambre des députés, la coordination entre elle et le gouvernement, l'approfondissement de la participation politique des jeunes et la consolidation  de ce que prévoit la Constitution concernant la presse et les médias, soulignant avoir constaté que cet axe n'avait pas abordé la question de l'approfondissement de la participation politique des femmes ni le renforcement de la citoyenneté et des droits de l'homme.

Le Comité a présenté un ensemble de recommandations centrées sur le renforcement de la démocratie et la promotion des droits de l'homme et de la citoyenneté, les plus importantes visant à accélérer les élections locales, inculquer la culture démocratique, réformer les systèmes des élections et des partis, promouvoir les femmes et renforcer leur rôle dans le bénévolat et les affaires publiques, accorder l'intérêt à la démocratie participative et à son expansion et parvenir à la stabilité ministérielle et parlementaire.

En ce qui est du troisième axe:" Vision et programme économique", le Comité a abordé cet axe dans tous ses aspects et mis au point un ensemble de recommandations spécifiques pour la récupération de la performance économique et l'ajustement des politiques globales à travers: le renforcement de la situation financière de l'Etat et la  réduction de son déficit budgétaire grâce à la rationalisation et au contrôle des dépenses publiques,  l'augmentation des recettes publiques,  la bonne utilisation des ressources de l'État et la réduction de la dette publique.

Le Comité a également recommandé dans cet axe l'ajustement des politiques monétaires et l'amélioration de la performance du secteur bancaire à travers une gestion rationnelle du taux de change et de la réserve de trésorerie, la coordination complète et l'absence de conflit entre les politiques budgétaire et monétaire, la réduction du déficit commercial par la promotion des exportations égyptiennes, l'accroissement de leur compétitivité et l'ajustement et la rationalisation des importations égyptiennes.

Le comité a également recommandé d'attirer et encourager les investissements nationaux et étrangers par la promotion de la place   de l'Egypte sur la carte de l'investissement et du commerce international, le renforcement du partenariat entre les secteurs privé et public, l'augmentation de l'investissement direct étranger et la maximisation de son rôle au service de l'économie nationale, l'amélioration du climat d'investissement et l'audit complet du fichier d'arbitrage des différends relatifs aux investissements.

Le Comité a insisté sur la nécessité d'augmenter les taux d'emploi et  lutter contre la chômage en passant en revue les politiques, plans et programmes d'emploi et de lutte contre le chômage, en veillant au  développement  et à l'amélioration de l'enseignement technique et à la mise à niveau du cheminement des programmes de formation professionnelle, l'appui aux petites, moyennes  et micro entreprises au niveau du financement, du marketing,  de la simplification des procédures administratives et du développement  des initiatives des jeunes dans ces projets, en sus de l'organisation du marché des valeurs mobilières au service de l'économie nationale en tenant compte de la mise à jour les cadres législatifs et réglementaires du marché boursier et de garantir  une coopération et une coordination efficaces entre l'organisation du marché boursier et les  politiques  financières et monétaires et la promotion du rôle développemental du marché boursier au service de l'économie nationale.

Le Comité a considéré que les projets nationaux et stratégiques d'envergure  constituaient l'une des caractéristiques les plus importantes de cette étape de l'action nationale, après la promulgation de la Constitution, en 2014, le Comité a suivi les objectifs de chacun des mégaprojets  et la situation de sa mise en œuvre, et a recommandé l'accélération de la mise en œuvre de ces projets et la poursuite de leur gestion et de leur exploitation.

Concernant le quatrième axe "Justice sociale et services aux citoyens", le Comité Ad Hoc a recommandé l'amélioration des salaires et des pensions des groupes sociaux à faibles et fixes  revenus,  l'ajustement des prix et la protection des consommateurs, la rationalisation des subventions sur les produits,  l'appui aux services publics de base, leur répartition équitable et la garantie de leur diffusion et de leur qualité et le développement urbain,  outre la fourniture du logement sain et sûr à tous les citoyens , la réhabilitation et le développement des bidonvilles et la réalisation de la sécurité humaine aux groupes sociaux méritant l'aide.

Le Comité a sollicité le développement des infrastructures sociales et le développement des ressources humaines par le biais des soins de santé intégrés et des affaires des habitants, tant  par le biais de la gestion et de la planification de la politique de santé, que par la disponibilité,  le déploiement  et l'optimisation de ces services, le développement de la politique des médicaments, le développement des capacités des cadres humains pour la santé, l'intérêt accordé à la prévention contre les maladies,  la planification familiale,  la réforme du système éducatif, la promotion de la recherche scientifique, le développement culturel et la préservation de l'identité nationale par le biais de la gestion rationnelle du processus de développement culturel, la diffusion des services culturels, le  développement de la culture de l'enfant, la prise en charge des jeunes et leur autonomisation dans les sphères politiques,  économiques  et sociales,  la promotion des sports et le renouvellement
du discours religieux considéré par le Comité comme question de sécurité nationale.

Quant au cinquième axe: "Développement sectoriel", le Comité a recommandé la nécessité de l'intérêt à accorder au développement agricole et à assurer la sécurité alimentaire à travers le développement de la production agricole et des richesses bovine , avicole et piscicole, parvenir à la sécurité de l'eau, tant à l'échelle interne qu'externe, développer les ressources en eau, en améliorer la qualité et les protéger contre la pollution, accorder la priorité à la sécurité énergétique et en accroître les ressources traditionnelles et renouvelables, assurer le développement industriel et la promotion des industries nationales et de la technologie de l'information et de la communication, construire la société de la connaissance numérique, promouvoir et revitaliser l'industrie touristique et lui ouvrir de nouveaux marchés utilisant des modèles non conventionnels de l'activité touristique, développer et  protéger les antiquités égyptiennes et le patrimoine culturel égyptien  et développer les secteurs des transports et des communications.

En ce qui concerne le sixième axe: « Réforme administrative et  simplification  des procédures de contentieux", le Comité a présenté un ensemble de mesures et recommandations  relatives à la réforme administrative,  dont  la réorganisation et la réforme de l'appareil administratif de l'État, la simplification et la facilitation des procédures et opérations administratives, le renforcement des compétences humaines du personnel de l'appareil administratif  de l'État et la restructuration des salaires.

Le Comité a de même recommandé d'engager un processus de réforme législative réelle allant de paire avec la réforme  et le développement administratifs globaux,  la lutte contre la corruption sous ses différentes formes, la transparence et l'intégrité, recommandant également de reconsidérer la Stratégie nationale de lutte contre la corruption "2014-2018" et de prendre les mesures législatives pour contrer et prévenir la corruption et limiter le pouvoir discrétionnaire des services administratifs dans les opérations administratives et financières.

Le Comité a consacré un axe séparé à l'organisation des affaires en matière de  justice et à la simplification des procédures de contentieux ignorées par le programme du gouvernement, le Comité a recommandé plusieurs mesures à cette fin, notamment  la réforme et la modernisation de la législation et des procédures régissant le fonctionnement de la justice, la réglementation des affaires des magistrats et des procureurs, l'activation du rôle des avocats et les soins à fournir aux auxiliaires au service de la prompte justice, le développement des tribunaux et  autres institutions impliquées en matière de justice, le recours aux technologies modernes pour faciliter les procédures contentieuses et la simplification de la mise en œuvre des décisionsj udiciaires.

Par rapport au septième axe du programme du gouvernement: "Consolidation des relations étrangères et soins pour les Égyptiens à l'étranger", le Comité  a défini une série de mesures visant à ouvrir de nouveaux horizons de coopération et de consolidation des relations étrangères de l'Etat au service de la sécurité nationale, en étroite relation avec la sécurité régionale et internationale. Les plus importantes visent à: raviver les principes et orientations authentiques de la politique étrangère égyptienne, restaurer le rôle régional  d'avant-garde de l'Égypte à l'échelon arabe au niveau des relations bilatérales et des organisations de l'action arabe commune, rétablir le rôle naturel de l'Égypte au sein du continent africain et  développer les relations équilibrées avec les grandes puissances de la communauté internationale.

Le Comité a noté que le programme du gouvernement dans cet axe n'a pas abordé la question des soins à fournir aux Egyptiens travaillant à l'étranger, en dépit de son importance, le Comité a identifié les principaux défis auxquels sont exposés ces soins, appelant le gouvernement à fournir des soins réels et complets aux Égyptiens vivant à l'étranger.

 

Related Stories

Les plus visités

From To