19 août 2019 06:02

Moisson de la société égyptienne en 2016

mardi، 03 janvier 2017 - 02:33

En 2016, l’État a accordé un intérêt particulier au secteur des jeunes. Un paquet d’arrêtés et de charges ont été émis pour activer et consolider le rôle des jeunes dans le système de l’action nationale à tous les plans. Une kyrielle d’initiatives et de directives ont été lancées pour soutenir les jeunes des points de vue économique, social, culturel et sportif. Et voilà que le programme intitulé « Solidarité et dignité » vient fournir une protection sociale globale aux catégories les plus démunies. Les achèvements les plus saillants sur cet échiquier en 2016 sont les suivants :

 

- 2016 : année des jeunes :

À l’occasion de la célébration de la Journée des jeunes égyptiens, le président Abd al-Fattah al-Sissi a annoncé que 2016 est l’an des jeunes, au cours duquel ils devaient être qualifiés dans le cadre d’un système scientifique national. Un prototype a été alors élaboré sous la forme du Programme présidentiel pour la qualification des jeunes à la direction. Ce prototype doit être une plaque tournante pour la qualification des jeunes dans tous les organes et institutions de l’État. Un bouquet de décisions et de directives ont été émises pour activer le rôle des jeunes dans le système de l’action nationale. La Banque centrale a été prônée de profiter de toutes les potentialités du secteur bancaire pour mettre en œuvre un programme global et intégré, susceptible d’étayer et de donner essor aux moyennes et petites entreprises que possèdent les jeunes, de sorte à leur consacrer au moins 20% des prêts au cours des quatre prochaines années.

Pour sa part, le ministère de l’Habitation a terminé, dans les limites du projet de la coopérative d’habitation, la construction de 145 mille unités de logement en 2016, avec un coût total de 20 milliards de L.E.

Par ailleurs, dans le cadre du projet de la bonification d’un et demi millions de feddans, une partie convenable de ces terrains a été consacrée aux jeunes, capables désormais de posséder ces terrains en se servant du programme gouvernemental de la subvention des jeunes.

 

- Le projet de la Banque égyptienne des savoirs :

la Banque égyptienne des savoirs est l’une des plus grandes et des plus globales sur le plan mondial. Elle contient des sources cognitives, éducatives et culturelles, issues des plus grandes maisons d’édition et des réseaux spécialisés d’échange scientifique. De là, elle constitue un projet pionnier, quant à sa disponibilité nationale.

 

- La première Conférence nationale pour les jeunes :

La première édition de la Conférence nationale pour les jeunes a été organisée fin octobre 2016, sous l’emblème de « Soyez créatifs et prenez votre élan ». Son objectif : cristalliser une formule intégrée de la vision conjointe entre l’État et les jeunes. Maintes questions ont été délibérées. L’expérience de la participation politique des jeunes au Parlement a été jaugée. La relation entre les libertés et la participation politique des jeunes a été abordée. La perspective des jeunes par rapport à la réforme du système de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et à la liaison indispensable entre ce système et le marché du travail a été exposée. L’impact du cinéma et des feuilletons sur la manipulation de la conscience collective et du comportement des jeunes a été examiné. Les participants ont également effleuré les causes de la violence pendant les matchs, les moyens du retour des spectateurs aux tribunes. Ils ont sondé le rôle des petites et moyennes entreprises dans l’éradication du chômage, les défis que relève l’État égyptien pour ancrer les principes de la démocratie et de la liberté au milieu des menaces sécuritaires, les moyens de régler le problème de l’émigration illégitime. Ils ont passé en revue les opportunités d’une participation efficace des jeunes aux municipalités, les problèmes économiques qui font surface, la conception des jeunes par rapport à l’avenir, et les moyens de remédier aux influences négatives sur l’identité égyptienne.

Plus sur la première Conférence nationale pour les jeunes

 

- Le Forum de la simulation de l’État :

Le premier Forum de la simulation de l’État a été tenu en juillet 2016. Il s’agissait de trois séances qui reproduisaient les appareils de l’État, en plus d’ateliers organisés en faveur des participants au Programme présidentiel pour la qualification des jeunes à la direction. Ont participé à ce Forum nombre de ministres, de députés et de présidents d’organismes gouvernementaux. Le Forum a été composé de 19 modèles de simulation, représentant les institutions et les appareils de l’État, dont le cabinet, le parlement, les organismes de contrôle et les conseils de droits, en plus de 35 ateliers reproduisant les secteurs politiques, sociaux, économiques et administratifs de l’État.

Plus sur le Forum

 

- La Conférence mondiale de Dar al-Iftâ’ :

Les travaux de la Conférence mondiale de Dar al-Iftâ’ (Maison égyptienne de l’émission des fatwas) ont démarré en octobre 2016, sous le thème de « La formation scientifique et la qualification à la fatwa des imams des mosquées des minorités musulmanes ». Cette Conférence s’inscrit dans le cadre des efforts prodigués par Dar al-Iftâ’ pour renouveler le discours religieux et inciter toutes les catégories de la société, et notamment les jeunes, au travail, à la production et aux attitudes positives et constructives. La Conférence a examiné le rôle des institutions de la fatwa dans le monde vis-à-vis des minorités musulmanes, les moyens de faire face aux menaces sociopolitiques et juridiques auxquelles se heurtent ces minorités, ainsi que les mécanismes de coordination entre les différents corps et le rôle de la fatwa sur le plan mondial.

 Plus sur la Conférence

 

- « Solidarité » et « dignité » :

Partant d’une vision radicale globale de la question fort compliquée de l’égalité sociale, et d’une volonté de faire parvenir les subventions gouvernementales à leurs ayant-droit, le Ministère de la Solidarité sociale, de concert avec d’autres ministères, a donné essor à deux programmes de subvention monétaire en faveur des catégories les plus démunies en Haute-Égypte et dans les banlieues du Caire et de Giza. La mise en œuvre de ces deux programmes, intitulés respectivement « Solidarité » et « dignité » constitue une partie du réseau de protection sociale. 500 mille citoyens doivent bénéficier de la première phase de ces deux programmes, dont le coût total s’est élevé à 5,6 milliards de L.E. Le programme doit être mis à exécution en trois phases et doit assurer pendant quatre ans des subventions monétaires à 3 millions de familles en extrême indigence.

Related Stories

Les plus visités

From To