06 décembre 2019 01:13

Abdel Moneïm Riad

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

Né en 1919 dans le village “Sepropay”, banlieue de la ville de Tanta en Egypte, il a grandi dans une famille réputée pour sa discipline et son exactitude.Son père Mohamed Riad Abd-Allah était colonel d’armée et commandant des groupes d’étudiants de la Faculté militaire. Il a enseigné à un grand nombre de personnes qui  occupent  des postes de commande à l’institution militaire égyptienne.

Après ses études secondaires, il entra à la Faculté de médecine selon le désir de sa famille. Mais deux ans plus tard il préféra se joindre à la Faculté militaire. En 1938, il accéda au grade de sous-lieutenant et en 1944, il obtint sa thèse de magistère en sciences militaires.

Entre 1945 et 1946, il fit des études en Grande Bretagne et  réussit avec mention excellent dans l’art de l’artillerie anti-avions. Par la suite,  il s’inscrivit à la Faculté de commerce. Il maîtrisait plusieurs langues dont l’Anglais, le Français, l’Allemand et le Russe.

Le 9 Mars 1969, des accrochages violents eurent lieu entre les forces égyptiennes et israéliennes tout au long du Front, de Suez au Sud à Kantara au Nord. En dépit du danger menaçant, le Général Abdel Moneïm Riad se rendit au Front pour surveiller de plus près les combats et pour se trouver au milieu de ses soldats.

A midi, à la suite de son arrivée sur les lieux, Riad insista à visiter l’une des unités secondaires de l’Infanterie qui se trouvait à 250 m des forces israéliennes, au plus fort de la lutte avec les forces égyptiennes. Riad dirigea lui-même le combat qui dura plus d’une heure et demie lorsque l’ennemi attaqua la tranchée d’où il conduisait le combat. Abdel Moneïm Riad fut mortellement atteint. Il achevait ainsi ses 32 ans de service à l’armée par cette mort glorieuse.

Après sa promotion,Abdel Moneïm Riad a été nommé à l’artillerie. En 1941 et 1942, il s’est engagé à l’une des batteries anti-avions à Alexandrie, à Salloum et  dans le  désert occidental où il participa à la deuxième guerre mondiale contre les forces italiennes et allemandes. 

Entre les années 1947 et 1948, Riad a été membre de l’administration et de la planification des opérations militaires au Caire. Il avait été le trait  de liaison entre cette administration et le commandement du champ de bataille en Palestine, et c’est pour cette raison que la médaille d’or de mérite lui avait été décernée. En 1951, lieutenant–colonel, il dirigeait l’école d’artillerie anti-aérienne.

En 1953, il fut nommé chef de la première brigade anti-avions à Alexandrie. L’année suivante, il était choisi pour le commandement de la défense anti-aérienne en artillerie,  poste qu’il occupa jusqu’en 1958 date de son départ en Union Soviétique pour faire un stage de stratégie tactique qu’il a accompli avec mention excellent. Il remporta le titre de “Général d’or.”

A son retour, en 1960, il fut nommé chef d’Etat-major d’artillerie puis sous-chef des opérations des forces armées en 1961. Il a été conseiller du commandement des forces aériennes pour les affaires de la défense aérienne. 

En 1962/63 il a participé comme général de division à un stage sur les missiles à l’école d’artillerie anti-aérienne. En 1964, il fut nommé chef d’état-major du commandement arabe uni. En 1966, promu général, il acheva ses études à l’Académie Suprême militaire de Nasser, et obtint le fellowship de la Faculté Suprême de la guerre.

Le 30 mai 1967,ayant ratifié le traité égypto-jordanien de défense conjointe, il devint le Commandant Suprême des forces militaires des deux pays. Chef du commandement avancé, il est parti le premier janvier 1967 en compagnie de quelques officiers arabes à Amman pour y créer le Head quarter du commandement.

Lors de la guerre de 1967, le Général Riad fut nommé, commandant général du Front Jordanien, et le 11 juin 1967, il fut choisi comme chef d’Etat-major des forces armées égyptiennes et de concert avec le Général Mohamed Fawzi nouveau ministre de la défense et commandant général des forces armées, ils reconstituèrent et réorganisèrent les forces égyptiennes.

En 1968, Abdel Moneïm Riad fut nommé secrétaire général adjoint de la Ligue arabe. 
La dernière mission qui lui  avait été confiée était celle de la direction des combats d’artillerie contre les forces israéliennes stationnées sur la rive Est du Canal de Suez pendant la guerre d’usure.

Les forces égyptiennes sous son égide réalisèrent des conquêtes militaires: 
Le combat de Raas-El-Eich au cours duquel une petite force de l’infanterie avait réussi sous l’occupation de Port-Fouad, par les Israéliens , à  détruire le contre-torpilleur israélien “Illat”, et  quelques avions militaires israéliens en 1967 et 1968. 

Related Stories

Les plus visités

From To