25 mars 2019 01:47

Trois ans d’efforts, d’achèvements et de détermination

vendredi، 09 juin 2017 - 11:03

Au cours des trois ans écoulés du mandat du Président Abd al-Fattâh al-Sissi, l’Égypte a emprunté le chemin des réformes effectives. Le plan de ces réformes consiste à diagnostiquer le problème, à étudier les solutions disponibles, à prendre des pas selon un calendrier réaliste et efficace, loin des slogans emphatiques, des déclarations mielleuses et des paroles lénitives qui ont auparavant freiné le progrès de l’État et l’a placé au bord de l’abîme. Pendant mille jours, de nouvelles notions et orientations vers l’action sérieuse et la construction ont été nées pour réaliser des achèvements considérables sur la voie du développement en faveur des générations présente et avenir. Cet élan à l’intérieur a été accompagné par des exploits sur le plan des relations régionales et internationales. Une politique extérieure équilibrée et avenante, fondée sur le respect et la coopération réciproques et sur la non ingérence dans les affaires intérieures, a été adoptée vis-à-vis de tous les États du monde.

Certes, la restitution graduelle de la stabilité et de l’ordre se dresse à la tête des achèvements intérieurs, surtout après le déchaînement grave qu’a témoigné le pays après deux révolutions. Il ne faut pas omettre la poursuite des groupuscules terroristes et l’étranglement de leurs potentialités, d’où la réduction de leurs opérations sanglantes et le rétablissement de la sécurité en faveur du citoyen et des ressources de l’État. Cette stabilité intérieure ouvre grande la porte devant les investissements et le développement tangible, qui permettent le progrès de l’État et son redressement après son trébuchement économique. Parallèlement, l’État a pris des mesures décisives pour exterminer la corruption, les pots-de-vin, le favoritisme et la négligence, qui ont longtemps pesé sur la société égyptienne.

Et voilà que le peuple égyptien, authentique et perspicace, endure les conséquences du plan de la réforme économique, dont la hausse effrénée des prix, et dédaigne les prétentieux. Il a confiance à son Président, à son gouvernement et à ses Forces armées dans leur course acharnée sur la voie des achèvements et dans leurs tentatives de surmonter les obstacles et de résoudre les problèmes. Il suit l’inauguration des projets d’infrastructure qui servent aussi bien les citoyens que les investissements et les entreprises de développement et de production. Il constate que les crises précédentes, dont celle du combustible et celle de l’électricité, ont disparu, et que des routes, des ponts et des tunnels sont creusés par centaines, selon les normes mondiales, sans pour autant être laissés sans entretien. Il repère les efforts consentis pour régler des problèmes accumulés, dont les bidonvilles, le logement, le transport, l’agriculture, l’énergie, la santé, l’enseignement, la culture et le tourisme, sans oublier le développement de l’axe du canal de Suez et la promulgation de la loi sur l’investissement. Il ressent désormais vivre dans un État démocratique qui accepte les différents avis, soutient la cohabitation pacifique, refuse la violence et donne aux jeune l’opportunité de s’exprimer et de prendre place dans les premiers rangs. Il respecte son Parlement élu qui promulgue les lois et les législations susceptibles de promouvoir la renaissance de l’État dans tous les domaines.

Il va sans dire que la stabilité intérieure, les réalisations successives sur la voie de la lutte antiterroriste, la solidarité populaire et le succès graduel des plans de réforme ont amené la communauté internationale à réagir favorablement avec la politique extérieure de l’Égypte, au cours des trois dernières années, pour atteindre un niveau positif sans précédent. En fait, l’Égypte a emprunté une politique fort équilibrée vis-à-vis des différentes puissances internationales ; une politique fondée sur la coopération constructive en faveur du plan de développement intérieur. Par ailleurs, les dirigeants du monde apprécient les perspectives égyptiennes vis-à-vis des questions régionales et internationales, ce qui se manifeste dans les réceptions et les visites mutuelles du Président et du ministre égyptien des Affaires étrangères, en plus des relations amicales renouées avec les États arabes, africains, européens et asiatiques, outre les États de l’Amérique latine. Cela va de pair avec l’entente et la coopération de grande envergure avec les États-Unis, la Russie, la Chine et la France.

Les trois dernières années sont parvenues à fermer une page obscure, où les directions ont été perdues. Le Président a endossé une grande responsabilité, sans tenir compte des entraves, pour remettre l’Égypte sur les rails et ouvrir les horizons d’un avenir prometteur et épanouissant qui sied au peuple endurant et croyant de l’Égypte, soucieux de récupérer sa suprématie régionale et internationale.

Related Stories

Les plus visités

From To