16 décembre 2019 03:02

L’Organisme général de l’Information

Analyse de l’OGI sur l'attentat terroriste de Badrachine et l'attaque de Hurghada

vendredi، 14 juillet 2017 - 11:20

Un attentat terroriste a eu lieu ce vendredi, 14 juillet 2017, à la ville de Badrachine, au gouvernorat de Gizeh, contre une voiture de police ayant coûté la vie à 5 policiers,  suivi quelques heures plus tard par une attaque à l'arme blanche contre des touristes à Hurghada pour coûter la vie à 2 touristes allemands outre 4 autres étrangers blessés.

L’attentat contre la police

Les attentats terroristes menés depuis 4 ans en Egypte visent, selon les statistiques effectués, les forces de police et les forces armées.

Cependant, les attentats terroristes continus contre les forces de police ont sensiblement changé ces deux dernières années, ce qui démontre l'incapacité des organisations terroristes de maintenir le ciblage des sièges de direction de la sécurité et des postes de police, depuis les deux grands attentats contre les sièges de sécurité de Dakahlia et du Caire en 2013 et 2014. Les groupes terroristes ont passé aux attaques aux charges explosives au nord-est du Sinaï nord ou aux armes à feu à travers la République contre des patrouilles de sécurité fixes ou mobiles.

Ce changement reflète de nombreuses indications, notamment :

·         La hausse de la capacité de la police égyptienne à protéger leurs sièges de direction de la sécurité, avec leurs services et centres, estimés à plusieurs centaines forts de dizaines de milliers d’employés, rompant ainsi la capacité des groupes terroristes à mener des attaque par charges explosives, attentats-suicides ou par armes à feu.

·         Malgré les nombreuses attaques terroristes contre des patrouilles de sécurité fixes ou mobiles, le nombre limité par rapport aux milliers de patrouilles cantonnées ou circulant chaque jour dans le pays confirme la baisse et la faiblesse sensible de la capacité humaine et d'armement des groupes terroristes en raison des frappes sécuritaires successives, et réfute la rumeur sur une menace sérieuse qui guette la situation sécuritaire en Egypte.

·         Les attaques terroristes contre des patrouilles de sécurité fixes ou mobiles, sur le plan géographique, ne comprennent pas la majorité des régions de la République, mais se limitent au nord-est du Sinaï, où sont les groupes terroristes de Daesh, et certaines régions du Grand Caire, surtout sur la périphérie des gouvernorats de Gizeh et de Qalyoubieh, connus par la présence d'une activité des Frères musulmans, et leurs alliés des groupes terroristes

·         Dans la grande majorité des attaques terroristes contre les patrouilles de sécurité fixes ou mobiles, la police a réussi à en arrêter les auteurs et à les traduire devant le tribunal.

L’attentat contre le tourisme

Avant d'analyser les attaques ces dernières années contre le tourisme en Egypte, arrêtons-nous devant des points importants concernant l'assaut de Hurghada, survenu ce matin:

·         Les autorités d'enquête n’ont pas encore publié les résultats de l'interpellation de l’agresseur arrêté et s’il s’agissait ou non d’un acte à caractère terroriste.

·         Selon certaines sources, les deux victimes sont des résidents étrangers qui travaillent à Hurghada, ce qui sera pris en considération sur les motifs de l'attaque et sa nature.

·      L'attaque a eu lieu dans un village touristique au centre-ville, à proximité d'une plage publique. L’agresseur y est arrivé à la nage. Il était donc incapable d'accéder à la station par la voie naturelle, en raison de la haute surveillance imposée sur tous les villages et les stations touristiques de la mer Rouge et en Egypte en général. De même, la majorité écrasante de près de 260 villages et stations touristiques de la mer Rouge se situent dans des zones privées avec beaucoup de protection naturelle et policière.

·         L’attentat mené à l’arme blanche, comme celui mené à Hurghada en 2016 n’a pas eu de victime, signifie que ce sont des actes individuels, dont les meneurs n’ont aucune capacité organisationnelle ni d’armement pour mener des attaques plus importantes.

Quant aux attaques terroristes contre des cibles touristiques en Egypte au cours des quatre dernières années, cela souligne que :

·         Les attaques terroristes contre des cibles touristiques en Egypte ont considérablement reculé depuis 20 ans, depuis l'attentat terroriste au temple d’Hatchepsout à Louxor en Novembre 1997, ayant donné lieu à 59 victimes.

·      Au cours des quatre dernières années, le tourisme et les touristes en Egypte n'ont été exposés qu’à des attaques limitées, par armes blanches, ayant entraîné à un nombre limité de victimes.

·         Quelques attaques terroristes limitées ont eu lieu dans les zones touristiques, mais contre des forces de sécurité fixes ou mobiles et non contre les touristes ni contre les sites touristiques. Les pertes en ont été limitées, comme était le cas en 2015 dans le temple de Karnak à Louxor et aux pyramides.

·      L’explosion de l'avion russe parti de l'aéroport de Charm el-Cheikh en Octobre 2105, est la plus grande attaque terroriste en ces quatre dernières années. Il est toujours l'objet d'enquêtes communes menées par les deux côtés égyptien et russe. Cet attentat a été suivi par un resserrement des mesures de sécurité dans tous les aéroports égyptiens avec une large participation internationale, ce qui a entraîné à des succès notables qui ont poussé les autorités américaines à autoriser la montée des ordinateurs portables et d’autres appareils électroniques sur les vols à destination des États-Unis partant du Caire.

·         Le recul net des attaques terroristes contre le tourisme et les touristes en Egypte ces dernières années, confirme le déclin et de la faiblesse de la capacité humaine et d’armement des groupes terroristes en raison des frappes sécuritaires successives, et nie les rumeurs sur la menace qui guette le tourisme en Egypte.

·         Une analyse des attentats terroristes menés ces deux dernières années dans différents pays, notamment en France, en 2015 et 2016, en Belgique, en Turquie, en Allemagne et en Grande-Bretagne, indique un que les victimes parmi les touristes étaient nombreux, comme était le cas de l’attaque à Nice, en France, qui a faut des victimes de 27 pays, et celui de Bruxelles dont les victimes appartenaient à 11 pays, outre les citoyens. Nulle analyse dans ces pays n’est allée jusqu’à prétendre que ces attaques menaçaient le tourisme comme tentent le dire certains en ce qui concerne l’Egypte.

Related Stories

Les plus visités

From To