07 décembre 2019 02:11

L’Egypte et le Mouvement des pays Non-alignés

lundi، 07 mai 2012 12:00

Le sommet des non-alignés à Charm El Cheikh 2012

Le sommet des Non-alignés à Charm El Cheikh en 2009

L'Egypte est l'un des plus importants pays fondateurs du Mouvement des pays Non-alignés. Elle a assumé un rôle axial et mémorable concernant la fondation et le développement du Mouvement, ainsi que son soutien accordé pour sa survie vu son grand poids régional et international.

Le mouvement des pays Non-alignés regroupe environ les deux tiers des pays membres des Nations Unies, et représente le plus important et le plus large forum pour la coordination entre les pays en développement face aux différentes questions politiques, économiques et sociales proposées dans l’agenda du système mondial.

L'Egypte avait contribué à la transformation des idées liées au Mouvement des pays Non-alignés à une réalité lors de la fondation du mouvement. Elle a également accueilli le deuxième sommet du Mouvement en 1964. Et encore une fois, elle accueillera le 15ème sommet des dirigeants et des présidents du mouvement à Charm El Cheikh, au cours de la période du 11 à 16 Juillet.

Il est prévu que ce sommet sera un bond qualificatif dans la démarche du mouvement des Non-alignés au cours du 21ème siècle, comme ce fut le cas lors du Sommet du Caire en 1964.

Le Mouvement des pays Non-alignés est le premier mouvement, dans le cadre duquel des institutions et des organismes ont été établis, ils représentent des rassemblements des pays en développement et défendent leurs intérêts à la lueur de la tension dans les relations entre les pays riches, d'une part, et les pays pauvres, de l'autre part, ou entre le Nord développé et le Sud en développement et ce afin que les pays en développement bénéficient des cadres institutionnels disponibles.

 Pour réaliser la coopération Sud-Sud, donc il est indispensable de renforcer la solidarité et la coordination entre ces organes pour le développement de ces Etats, et éviter le doublage et les incohérences dans les spécifications et les rôles effectués au niveau international de telle sorte que ces processus ne fortifient pas les négociations entre les pays en développement et les pays développés qui maîtrisent les institutions financières et monétaires internationales. Avec l'effondrement de l'Union soviétique et la fin de la guerre froide, au début des années quatre-vingt-dix, un grand débat a eu lieu du sein du mouvement et de l'extérieur sur le rôle et l'avenir du mouvement au cours des étapes actuelles et futures.
Deux nouveaux points de vue différents sont apparus:
La première opinion juge que le Mouvement des pays non alignés a pris fin du point de vue de la pratique, parce que la justification de son existence a disparu.

 Le mouvement a été fondé durant la guerre froide, qui n'existent plus, de nombreux changements sont surgis au sein des pays fondateurs du mouvement tel la Yougoslavie qui n'existent non plus, d’autant plus certains de ces pays ne sont pas convaincus du Mouvement et ont établi des relations stratégiques avec les Etats-Unis d'Amérique, qui constitue le pôle unique sur la scène internationale à l'heure actuelle.

 Le second point de vue perçoit la poursuite de l’action du mouvement, vu les nombreux acquis réalisés auparavant qui ne peuvent pas être négligés ainsi que les nombreux défis persistant, avec l'émergence de nouveaux défis, ce qui nécessite l'activation du mouvement et la revivification de son rôle afin qu'il puisse contribuer à remédier à la grave congestion dans le monde, et à résoudre les problèmes régionaux et internationaux qui sont les foyers de tension dans le monde entier, en particulier les pays en développement, et à empêcher la domination des superpuissants sur les autres et leurs ingérences dans les affaires intérieures des Etats sous prétexte qu’ils luttent contre le terrorisme, l'intervention humanitaire, et la diffusion de la démocratie, et œuvrent à la réforme du système économique international, au comblement de l'écart économique entre les pays du Sud et du Nord, et au traitement des questions de la pauvreté et la faim, et au renforcement de la coexistence et le dialogue entre les cultures et les civilisations. Les pays Non-alignés jugent que la validité et l'existence du mouvement ont été confirmées par les derniers changements mondiaux. La fin de la guerre froide, la polarisation internationale entre l'Est et l'Ouest a renforcé l'appel du mouvement à la coopération internationale afin de créer un monde libéré de la peur et d'intolérance, et il est temps de développer le mouvement afin qu’il puisse harmoniser avec les nouvelles opportunités et les défis d’une manière efficace et efficiente, et augmenter leur capacité de travaille de l'extérieur, et améliorer les possibilités de travailler de l’intérieur.

Premièrement: la vision égyptienne vis-à-vis du mouvement des Non-alignés :

L'Egypte juge que le Mouvement des pays Non-alignés représente le cadre le plus important et le plus large pour coordonner les situations des pays en développement face aux différents problèmes politiques, économiques et sociales proposés dans l’Agenda de l'Organisation des Nations Unies et soutenir l'action collective face aux politiques unilatérales qui constituent un des grands défis qu’affrontent les pays du tiers monde, dont la majorité sont membres du mouvement.
L'Egypte accorde un grand intérêt au mouvement des pays Non-alignés et à son maintien, vu son influence régionale et internationale, le mouvement regroupe le deux tiers des pays membres des Nations Unies par conséquent elle constitue un poids important donc il est indispensable de renforcer les relations entre ses pays pour défendre ses intérêts. L'un des piliers sur lesquels repose l’attitude égyptienne est que si le Mouvement des pays non alignés est fondé dans le cadre d'un Ordre International bipolaire donc le changement des circonstances impose le développement des outils du mouvement pour qu’il puisse contribuer.

 L'Egypte a joué un rôle axial non seulement dans la fondation du Mouvement lors du premier sommet tenu dans la capitale yougoslave à Belgrade, en 1961, mais également son rôle a commencé avant même la fondation du mouvement, lorsque elle a joué un rôle distinct dans le développement de l'idée de sa fondation, et puis la transformation de cette idée en une entité tangible dès le début de 1955 lors de la tenue de la Conférence de Bandung dont la diplomatie égyptienne a déployé des grands efforts avec la participation des pays fondateurs du mouvement tels, l’Inde, l’Indonésie, le Yougoslavie pour la réussite de la conférence. Par conséquent le succès de cette conférence a suscité l’appréciation des dirigeants et des présidents des pays du monde en ce moment.

 L'Egypte juge que la scène internationale témoigne actuellement la détérioration des principes essentiels sur lesquels le Mouvement des pays Non-alignés est fondé. Il s'agit d'une situation alarmante, notamment en ce qui concerne la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, le respect de leur souveraineté, la stabilité et l'indépendance de leur décision, l'insuffisance de la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale pour prévenir toute ingérence dans les affaires intérieures de Etats. En plus, les affaires intérieures sont devenues un prétexte pour imposer une hégémonie sur les autres. Tous ces grands défis exigent le maintien du mouvement, sa reconstruction et le développement de ses capacités.

 Les documents du Mouvement des pays Non-alignés confirment le rôle historique de l'Egypte dans le développement du mouvement. Ce rôle pionnier constitue la base de la marche du mouvement dans l'intensification des efforts conjoints avec de nombreux pays qui cherchent à soutenir le mouvement pour le développement de ses objectifs et de ses mécanismes, et à le rendre plus efficace dans le traitement des grandes questions politiques, économiques et culturelles sur la scène mondiale, en particulier lorsque le mouvement s’est transformé d’une entité regroupant 25 Etats à 118 Etats des pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Amérique latine.

 L’Egypte démontre, par sa participation active aux sommets du Mouvement des pays Non-alignés - depuis sa fondation - son interaction ininterrompue et son rôle pionnier, non seulement au niveau régional, mais aussi à l'échelle; pour promouvoir les questions des pays en développement afin qu’ils obtiennent leur part équitable sur l'arène internationale, convaincu de l’importance de renforcer l'action collective multipartite à travers l'appui de l'Organisation des Nations Unies, et de ses organisations et ses organes, en particulier l'Assemblée générale et la réformation et la restructuration du Conseil de sécurité en vue d’engager les pays membres de ses résolutions et de ne pas contrainte ses pays de travailler hors du système international et loin du cadre de la législation internationale.
L'Egypte a accueilli le deuxième sommet du Mouvement en 1964 au milieu d'une vogue de l'indépendance nationale et de la libération au niveau mondial, ce sommet a été un élan dans l'histoire du Mouvement des pays non alignés depuis son émergence.

 

Les plus visités

From To