17 juillet 2019 04:52

L'Egypte et l'agression sur Gaza

L’Egypte et l’agression sur Gaza

jeudi، 07 août 2014 12:00

La question palestinienne a occupé - et restera - en priori de la politique étrangère de l'Egypte dans les dernières décennies. A tout les stades, la cause palestinienne n'était jamais un document de tractations régionales ou internationales, et la relation étroite entre l'Egypte et la cause palestinienne n'était donc pas affecté par le changement du régime ou des politiques égyptiennes dont la dernière a été la révolution du 25 janvier lançant ainsi une nouvelle ère de l'histoire du système politique égyptien.

Pour couronner les efforts égyptiens continus et sincères à soutenir la cause palestinienne et à réaliser l'unité des rangs palestiniens, Fatah et Hamas ont signé, le 3 mai 2011, au Caire et sous le patronage de l'Egypte, l'accord de réconciliation nationale palestinienne, mettant fin à 4 ans de division interpalestinienne qui a paralysé le mouvement du peuple palestinien et l'a soumis à un marasme économique, aux troubles sociaux et à l'occupation israélienne déjà dévastatrice.

Cet accord représente un soutien important au projet de l'établissement de l'Etat palestinien escompté, surtout après la réaction internationale chaleureuse, en particulier de la part de France, qui a annoncé sa volonté de reconnaître l'Etat palestinien indépendant.

Les efforts égyptiens ont commencé dans une étape prématurée de la Cause palestinienne. Avant la Révolution de 1952, les événements en Palestine avaient attiré l'attention du mouvement national égyptien. L'Egypte était une partie importante dans les évènements, qui ont précédé la guerre de 1948. L'Armée égyptienne était à l'avant-garde des armées arabes qui ont participé à la guerre de 1948 afin de prévenir les massacres commis par Israël contre les Palestiniens dans le village de Deir Yassine. Pourtant, l'Armée égyptienne a assumé une lourde charge dans la guerre contre les forces armées israéliennes.

Cette guerre a causé la mort et la blessure des milliers d'officiers égyptiens. Les positions égyptiennes de la Cause palestinienne et des ambitions israéliennes dans les eaux et les territoires arabes étaient la cause principale de la participation d'Israël dans l'Agression tripartite contre l'Egypte en 1956 et 1967. L'Egypte a déclenché, le 6 octobre 1973, une guerre contre Israël et a imposé le problème du conflit israélo-arabe sur la scène internationale. L'Egypte a commencé ensuite l'étape de la paix avec Israël, tout en soulignant l'Accord du Camp David en 1979, qui a frayé la voie devant la possibilité de parvenir à une paix globale dans la région.

Les formes du soutien historique de l'Egypte à la cause palestinienne se multiplient, ainsi que ses efforts étaient la cause principale de la reconnaissance internationale par la cause palestinienne et de sa transformation d'une simple question des réfugiés à une cause du peuple. Ces efforts ont apparu clairement dans les mouvements égyptiens dans les différentes instances arabes et internationales.

Au niveau arabe : L'Egypte a adopté la première résolution arabe concernant l'indépendance de la Palestine, lors de la réunion du comité préparatif de la Conférence générale sur la fondation de la Ligue arabe en Octobre 1944.
En mai 1946: L'Egypte a accueilli la 1ère conférence arabe, qui a confirmé que la Cause palestinienne est celle de tous les pays arabes.
En 1959: L'Egypte a soumis une présentation importante concernant la représentation palestinienne à la Ligue arabe, ce qui a donné à la cause palestinienne un nouvel essor.
En 1962: L'Egypte a été la première à appeler à l'établissement d'un Etat palestinien indépendant et à soutenir la déclaration constitutionnelle palestinienne, stipulant la formation des autorités législatives, exécutives et judiciaires dans la bande de Gaza, que le gouvernement palestinien a choisi comme son siège principal.
En 1964 : L'Egypte a accueilli la 1ère conférence arabe en tant qu'une réponse immédiate au projet israélien, visant à dévier le courant du Jourdan. Elle a également proposé la fondation de l'Organisation de la libération Palestinienne (OLP) et son soutien en tant que représentant légitime du peuple palestinien dans les instances internationales.
En Septembre 1972 : Le président défunt Anouar El Sadate a proposé la formation d'un gouvernement palestinien provisoire afin de répondre aux dires de Golda Maïr, prétendant que le peuple palestinien n'existe plus.
En Novembre 1973: Lors du 6ème Sommet arabe à Alger, l'Egypte a réussi à inciter les Etats arabes à reconnaître l'OLP comme seul porte-parole légitime du peuple palestinien.
En Octobre 1974: Lors du 7ème Sommet à Rabat, l'Egypte et les Etats arabes ont confirmé le droit du peuple palestinien à établir une autorité nationale indépendante ayant en tête l'OLP, représentant légitime du peuple palestinien.

Au niveau africain : En Janvier 1961: Lors du Sommet africain, tenu à Casablanca, l'Egypte a déclaré qu'elle protège le protège le portail est du Continent africain des ambitions israéliennes et a exhorté les Etats africains à freiner ces ambitions, et à parvenir à un règlement à la cause palestinienne, conformément aux résolutions de l'ONU.
Au niveau des pays non-alignés : En 1955 : L'Egypte a joué un rôle pionnier à la Conférence de Bandoeng pour défendre la Cause palestinienne.
Au niveau international : En Novembre 1974: Grâce aux efforts égyptiens, l'Assemblée générale a émis la résolution 3236, confirmant les droits du peuple palestinien, y inclus l'autodétermination, l'indépendance et le retour des réfugiés.
En Octobre 1975: Grâce aux efforts égyptiens, l'Assemblée générale des NU a émis la résolution 3375, appelant l'OLP à participer aux conférences sur le Moyen-Orient, tenues sous les auspices de l'ONU.
En Janvier 1976: Dans le cadre des efforts déployés pour la reprise de la Conférence de Genève sur la Paix, l'Egypte a demandé aux chefs de la diplomatie américaine et soviétique, étant les présidents de cette instance, de faire appel à l'OLP pour y prendre part.
En Mai et en Octobre 1976: Grâce aux efforts égyptiens, le Conseil de Sécurité a émis 2 communiqués, accusant les politiques et les exercices israéliens dans les territoires occupés, qui entravent les efforts de la paix.
En Novembre 1977 : L'Egypte a invité l'OLP à la réunion préparatoire, pour la reprise de la Conférence de Genève sur la Paix.
En janvier 1978: Lors des entretiens Sadate-Carter à Assouan, la diplomatie égyptienne a réussi à faire changer la position américaine officielle pour reconnaître les droits légitimes des Palestiniens.
Le 26 mars 1979: Signature de deux documents à Camp David concernant l'autonomie palestinienne et l'accord de paix égypto-israélien.
En Décembre 1988: Grâce aux efforts égyptiens, Les Etats-Unis décident de s'entretenir avec l'OLP.
Le 13 septembre 1993: L'Egypte a contribué à la signature du Traité d'Oslo entre les Palestiniens et les Israéliens, stipulant que les négociations visent à établir une autorité palestinienne élue dans un délai de 5 ans, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.
Le 27 août 1995: Signature des protocoles du Caire, attribuant certaines prérogatives à l'autorité palestinienne.
Le 15 janvier 1997: Grâce aux efforts de l'Egypte, l'Accord de Galilée a été signé sur le cadre général des préparatifs sécuritaires à Galilée, et les étapes suivantes de redéploiement.
Le 9 décembre 1997: L'Egypte a contribué à l'initiative appelant à rehausser la représentation palestinienne auprès de l'ONU, pour attribuer à l'OLP plus de prérogatives et de liberté d'action.
Le 21 mai 1998: L'Egypte et la France proposent la tenue d'une conférence internationale pour sauver le processus de paix, sans la présence des 2 côtés palestinien et israélien.
Le 5 septembre 1999: L'Egypte a été l'hôte de la Conférence de Charm El Cheikh sur la signature d'une note d'entente, relative aux mécanismes de la mise en œuvre de l'Accord de Wye Plantation.
Le 18 octobre 2002: L'Egypte a contribué aux efforts, menant à la Feuille de route, adoptée par le comité quadripartite. Cette Feuille comprend une vision globale pour régler la cause palestinienne et proclamer l'Etat palestinien en 2005.
Le 1 décembre 2003: L'Egypte a favorablement accueilli la Charte non-officielle de Genève entre les Palestiniens et les Israéliens, étant un exemple équilibré de paix qui ne s'oppose pas à la Feuille de route et qui met a priori El-Qods (Jérusalem), les refugiés, les frontières et les colonies.
Outre au soutien politique et diplomatique continu jusqu'à nos jours, l'Egypte a fourni les aides financières et humaines nécessaires au peuple palestinien, y compris : les programmes de formation, la fourniture de la bande de Gaza par l'électricité et l'installation des condensateurs de tension sur les lignes électriques, étendues de la ville égyptienne de Rafah à celle palestinienne afin de satisfaire aux besoins de nos frères palestiniens assiégés dans la bande de Gaza. L'Egypte a également contribué à augmenter le niveau scientifique et technologique des Palestiniens, tout en recevant les étudiants palestiniens dans les différentes universités égyptiennes.
Deuxièmement : L'Egypte et la réconciliation palestinienne
La signature de la réconciliation nationale palestinienne constitue le fruit des efforts égyptiens déployés en faveur d'unifier les rangs du peuple palestinien.
 


Les plus visités

From To