19 octobre 2019 09:18

Etapes d'évolution des banques

mercredi، 16 septembre 2009 12:00



La réforme et l'évolution continue du secteur bancaire en Egypte avaient pour but de rehausser le niveau de sa performance et son rôle dans l'économie nationale. Cette nouvelle étape est survenue après plusieurs étapes, et à dater de l'an 1952.

Etape d'égyptianisation des banques (1952-1960) : 
Cette étape a été témoin de grandes évolutions. La structure de l'appareil bancaire était composée de banques relevant des étrangers, en plus de quelques banques égyptiennes. De 1952 à 1957, les banques étrangères s'intéressaient essentiellement au profit plus qu'à l'intérêt économique de la société. Le gouvernement de la révolution a par conséquent décidé d'égyptianiser les banques.

Etape de nationalisation, d'intégration, et de spécification des banques (1960-1966) :
Cette étape se distingue par la nationalisation des banques, la création d'une institution bancaire générale, en plus de la banque centrale égyptienne par un décret présidentiel de 1961 en tant qu'entité indépendante. L'intégration des banques a été accomplie en 1963, et a permis la formation de grandes unités bancaires capables de participer au financement du plan de développement.
L'appareil bancaire comprend 5 banques commerciales, 5 banques spécialisées, en plus de la banque centrale. Le 1er juillet 1964, le système de spécialisation sectorielle des banques a été appliqué. Cette étape s'est distinguée par l'influence socialiste sur la politique bancaire.

L'étape de la spécification fonctionnelle et son abolition (1967-1973) : 
Cette étape caractérisée par un surplus d'intégration entre les banques s'est effectuée à partir d'une base fonctionnelle, notamment en ce qui concerne le secteur public. A la fin de cette étape, la structure de l'appareil bancaire comprenait 4 banques commerciales, 3 banques spécialisées, en plus de la banque sociale Nasser. L'octroi des crédits n'ayant pas changé, le mécanisme non concurrentiel et l'évolution de la performance des services bancaires sont demeurés en place.

Etape de l'ouverture des banques (1774-1982) : 
Elle marque le début de l'application de la politique de l'ouverture économique, de l'encouragement de l'investissement arabe et étranger par l'abolition de la spécification fonctionnelle des banques, en 1971.
La structure de l'appareil bancaire a été influencée par la création des banques d'investissement et des travaux visant à assurer le financement au service de l'investissement, la création de deux banques conjointes entre l'Egypte et les Etats arabes pour financer le commerce et le développement, et la création des banques non soumises au contrôle de la banque centrale, jouissant de lois spéciales à l'instar de la Banque internationale arabe et la banque islamique.
Tout cela a eu de grands effets sur la politique bancaire, et sur le mécanisme de la performance et du traitement. Par conséquent, le degré de concurrence entre les banques et le financement de l'appareil bancaire par le secteur privé a augmenté pour aller de pair avec la politique de l'ouverture économique.
Etape d'ajustement de la performance des banques (1982/83-1990) :
Quelques mesures ont été prises au cours de cette étape pour régler les problèmes bancaires survenus de l'impulsion dans quelques applications bancaires, parmi lesquelles figurent : l'amendement des dispositions de la loi des banques et des crédits, le renforcement du rôle de la banque centrale dans le contrôle des banques, l'adoption de nouvelles mesures pour l'octroi des crédits, la promulgation de quelques amendements dans le cadre de l'organisation du traitement en devises étrangères ,et achevés par la création d'un marché bancaire libre aux devises étrangères en mai 1987.

Etape de la réforme bancaire globale (1990-1995) : 
Elle est considérée comme le début de l'étape de libéralisation et de réforme économique, les prix de l'intérêt et du taux de change ont été libérés, et le mécanisme de financement du déficit du budget général à travers les bons du trésor.
Parmi les principales évolutions figurent : le renforcement de la banque centrale pour qu'elle puisse intervenir au cas où l'une des banques souffre d'un certain problème, susceptible d'influencer sa position financière, ou les demandes des déposants.
Cette étape s'est caractérisée par une plus grande activité de l'appareil bancaire conformément aux évolutions actuelles, car son rôle est fondamental dans l'activation du marché des billets de banque, des fonds d'investissement et des bons du trésor, et l'achat des actions des sociétés privatisées relevant du secteur des travaux. Cette étape a été témoin de la libéralisation des prix, et la détermination de l'intérêt.

L'étape actuelle (de 1997- à nos jours): 
Plusieurs politiques et mesures ont été adoptées dans le but d'augmenter le rôle de l'appareil bancaire dans le financement de l'investissement, et pour rendre les banques plus capables de satisfaire les requis du marché. Un programme a été élaboré pour la réforme et l'évolution des banques, l'intégration des petites entités, la réalisation d'une application compétente des bases de contrôle et de supervision financière, tout en augmentant les taux des crédits dont les principaux points sont:
1) L'existence d'un cadre organisé aux politiques bancaires connu sous le nom de gouvernement des banques, et qui garantit la précision de la détermination des responsabilités et du contrôle, l'évaluation de la performance et des cadres capables d'assimiler ce rôle stratégique.
2) Œuvrer dans le but de coordonner les politiques de gestion des actifs et des passifs de chaque banque, garantir la qualité des bourses de crédits des banques, réaliser des taux d'intérêt élevés, et évoluer l'activité de la division bancaire.
3) Evoluer le système d'information de l'appareil bancaire, utiliser la technologie sophistiquée, achever la liaison des unités de l'appareil bancaire par le contrôle des banques et la liaison des succursales aux centres principaux dans le but d'assurer des informations précises.
4) Appliquer des systèmes d'évaluation de la compétence des crédits aux déposants à travers des sociétés spécialisées dans ce domaine.
5) Assurer les services et les outils bancaires nouveaux et variés pour augmenter l'intérêt de l'argent investi et renforcer la position financière des banques par la rehausse du minimum d'efficacité des capitaux.
6) Restructurer l'appareil bancaire par l'encouragement de l'intégration des banques.
7) Elargir la base de possession par la nomination du programme de sortie des épargnes publiques des sociétés conjointes.
 
L'année 2007 a connu le fonctionnement de la première Compagnie d'information sur le crédit en participation de 32 banques. Par ailleurs, l'adjudication de la première version des obligations présentées par la L.E a réussi à couvrir 250% des marchés mondiaux ... Ceci reflète la confiance des investissements étrangers dans l'économie égyptienne.
 En dépit des facteurs négatifs qu'a connu l'Egypte en 2011 et 2012 en raison de la transformation politique et sociale, la performance des banques égyptiennes avait joui de l'équilibre positif via le maintien de la confiance des déposants pour garder leurs économies, la réduction de la spéculation sur les devises , le respect des directives émises par la Banque centrale et l'examen des projets qui contribuent à la promotion de l'économie.
 
Données des banques publiques en Egypte
Données des banques privées en Egypte

 


Les plus visités

From To