19 octobre 2019 09:51

L'énergie

mercredi، 16 septembre 2009 12:00

L’énergie, principal pilier du développement économique et social, nécessite le développement et la bonne administration des ressources.
 
Source d’énergies disponibles en Egypte:
 
Premièrement: l’électricité
Utilisée pour l’éclairage dès le début du 20ème siècle, l’électricité entra en 1930 dans les domaines de l’agriculture et de l’industrie.
 
Dès 1960, la production de l’électricité comptait sur les sources hydrauliques et les centrales géantes prirent leur essor à l’issue de la création de la station du réservoir d’Assouan en 1960, de 340 mgw. de capacité, et la station du Haut Barrage en 1968 de 2100 mgw. de capacité.
 
 
Puis  plusieurs autres usines ont été construites dont le fonctionnement exigeait une grande quantité d’électricité telles: les usines d’engrais, de sidérurgie et de ciment. En raison du besoin accru en électricité, la station du réservoir d’Assouan (2) a été créée en 1985 de 270 mgw. de capacité, ainsi que les stations thermiques de production électrique à Choubra Al Kheima, à Abou Sultan, à Ataka, à Abou Kir, à l’Est du Caire, à Héliopolis, à Talkha, à Al Salheya, à Port-saïd et à Damanhour.
 
Le taux de croissance de la consommation  en électricité augmente de 7% par an.
 
Sources de production d’électricité:
1-Les centrales thermiques qui utilisent le pétrole et le gaz naturel.
2-Les stations hydrauliques: le réservoir d’Assouan, le Haut-Barrage, les barrages d’Esna, de Nagaa Hamadi et d’Assiout.
 
L’énergie nouvelle et renouvelable:
Elle est représentée par l’énergie solaire, l’énergie éolienne, la masse vitale et l’énergie nucléaire.

L’énergie solaire:

Le nombre d’heures de production d’énergie solaire varie entre 2300 et 4000 h/an dans les régions idéales telle celle de Al Koraïmat au Sud du Caire de 150 mgw., de capacité et au coût de 125 millions de dollars.



Usages de l’énergie solaire:
L’énergie solaire est utilisée dans les besoins domestiques, dans les usages industriels et dans la production de l’électricité.

L’énergie éolienne:
L’activité des vents est relativement stable en Egypte, le taux de leur vitesse atteint 10m/sec. dans le golfe de Suez, sur le littoral de la mer Rouge entre Raas-Ghareb et Safaga, à Chark Al Owaynat, à Hurghada et à Zaafarana… la capacité de ces deux dernières stations atteint 145 mgw., qui économisent 125 mille tonnes de pétrole/an. Cela se reflète positivement sur les projets de l’énergie renouvelable.
 
Energie de la masse vivante:
Les déchets animaux et végétaux sont disponibles et en abondance en Egypte. Ils constituent une source notable de gaz naturel, de biogaz ainsi que d’autres gaz tel l’éthanol et le méthanol.
 
L’énergie engendrée:
De 1981 à 2004, la production électrique a augmenté de 18 milliards kw/h à 95,1 milliards kw/h, ainsi que l’énergie disponible qui a passé de 18,5 milliards kw/h en 1981 à 123 milliards kw/h en 2004.
 
 La répartition de l’électricité varie d’un secteur à l’autre: le secteur de l’industrie; 35,5%, les services publics et le gouvernement 17,5%, le secteur commercial 6,3% et les autres secteurs, l’agriculture, la bonification des terrains et la consommation domestique prennent le reste. Près de 250 mille employés travaillent dans le secteur de l’électricité.
 
Projets de liaison électrique:
La liaison électrique constitue un des moyens efficaces qui participe à la limitation  des investissements nécessaires à l’ajout de nouvelles capacités de production. Une coopération existe avec les Etats du voisinage pour l’installation d’un réseau de liaison électrique au profit des Etats du Machrek et du Maghreb arabe et la jonction avec les Etats de l’Europe et de l’Afrique. En l’an 2004, l’Egypte a exporté à la Jordanie et à la Libye près de 791,577 millions kw/h évalués à 34,765 millions de dollars.
 
Le projet de liaison avec la Jordanie, inauguré en 1998, a été le prélude de la liaison avec le Machrek arabe.
 
Deuxièmement: le pétrole:
L’industrie du pétrole en Egypte remonte à l’époque des pharaons. Les bas-reliefs de leurs temples indiquent l’emploi de l’huile brute pour éclairer les lanternes.
 
La première opération d’arpentage géologique en Egypte n’a été exécutée qu’au 19èmesiècle par un officier maritime français en 1835.
 
En 1886, le gouvernement égyptien a procédé au creusement du premier puits dans le désert oriental. Ce puits produisait 25 barils/j. La première découverte du gaz naturel en Egypte revient à la compagnie égyptienne mondiale du pétrole d’Abou Madi en 1969.
L’industrie du pétrole a commencé effectivement en Egypte en 1956, quand la loi relative à la création de l’organisme général des affaires du pétrole fut promulgée.
 
En mars 1973, le ministère du pétrole était créé en tant que ministère autonome régulant l’industrie du pétrole.
Dès 1981, le pétrole a été considéré comme l’un des piliers fondamentaux de l’économie et l’une des sources importantes du revenu national.
 
Les découvertes:
L’Egypte a occupé le premier rang par le nombre de ses découvertes pétrolières parmi les Etats membres de l’OPEC, au cours des 15 dernières années. Les prospections pétrolières ont récemment connu une activité intensifiée, dans les régions des eaux profondes de la Méditerranée, du Delta du Nil et des nouvelles régions du désert occidental et les diverses zones privilégiées du golfe de Suez.
 
361 découvertes ont été réalisées en 2004 ce qui entraîna un surplus de pétrole brut, de matières condensées, de gaz liquéfié et de gaz naturels de 34,4 millions de tonnes en 81/82 à 59,9 millions vers la fin de 2004.
 
Le nombre des travailleurs dans ce domaine a triplé par rapport à 1981/1982, s’élevant à 63,6 mille vers la fin de 2004 dont 33,3 mille dans le secteur du brut et des gaz et près de 30,3 mille dans le domaine des produits pétroliers.
 
Le gaz naturel:
L’Egypte a utilisé le gaz naturel dans les années 70. Sa demande s’est accrue dans les années 90. Puis l’industrie du gaz en Egypte a connu une grande renaissance qui lui a permis d’augmenter les réserves en gaz naturel à 62 trillions pieds3 et d’accèder avec force à l’exportation du gaz en juillet 2003 vers la Jordanie… première étape de la ligne de gaz arabe qui s’étend jusqu’au Liban à travers la Syrie, la Turquie, l’Espagne et l’Europe.
 
 En 2005, commença l’exportation du gaz naturel liquéfié aux laboratoires de liquéfactions construits sur la Méditerranée.



Les plus visités

From To