21 juillet 2019 03:12

L'industrie

mercredi، 16 septembre 2009 12:00


L’industrie a pris jour en Egypte dès l’ancienne civilisation égyptienne. Les anciens Egyptiens ont extrait les minerais de cuivre, d’argent, d’or, les pierres précieuses tel: l’émeurade, et la turquoise. Ils ont excellé dans la préparation du verre  et du papyrus.
 
Plusieurs industries étaient devenues célèbres sous l’époque pharaonique telle: l’industrie de la porcelaine,  la construction des navires, la fabrication  des tissus de lin et des huiles.
 
A l’époque moderne, au 19ème siècle, sous le règne de Mohamed Aly, l’Egypte a été le théâtre d’une grande renaissance industrielle… Mohamed Aly a fondé une base industrielle importante et de nombreuses industries qui employaient la technologie de pointe de l’époque et des ouvriers égyptiens hautement formés. Un grand progrès industriel s’est réalisé mais s’est vite  interrompu à l’issu de  l’intervention des forces étrangères.
 
A la fin de la première guerre mondiale, le capitalisme national commença à réintroduire une industrie moderne… En 1916, le comité de l’industrie était créé et visait à encourager les industries nationales.
 
Puis l’économiste égyptien, Talaat Harb, parvint à fonder la première banque nationale qui avait pour objectif la création de nouvelles industries, l’attraction  des épargnes nationales pour être investies dans le secteur de l’industrie.
 
La période de 1952 à 1961 s’est distinguée par la mise en place de projets pilotes d’industries lourdes tel: la sidérurgie, les industries pétrolières et pétrochimiques, les industries chimiques, les matériaux de construction, les industries pharmaceutiques, la filature et le tissage, les industries d’ingénierie et électriques, les industries métallurgiques et les industries alimentaires.
 
L’évolution se poursuivit jusqu’en 1974, date de promulgation de la loi sur l’investissement du capital arabe et étranger pour encourager l’investissement et attirer les épargnes des Egyptiens à l’étranger. Puis la politique d’ouverture économique fut annoncée.
 
La fin des années 70, fut témoin de la création de cités industrielles hors de la ceinture du Caire. Dès 1981, le slogan de "fabriqué en Egypte" devint le premier objectif de l’industrie, pour assurer l’autarcie et accéder à l’exportation.
 
Les petites et moyennes industries ont acquis un certain intérêt en tant que pilier important et complémentaire des grandes industries lourdes surtout qu’elles n’exigent pas de capitaux énormes et qu’elles recourent aux matières brutes locales disponibles et assimilent un nombre considérable de main d’œuvre dans les villages et les gouvernorats… C’est à cet effet que fut fondé le Fonds social de développement.
 
Le secteur de l’industrie participe à 20% du produit national global et le volume des exportations industrielles a atteint environ 60% de l’ensemble des exportations et assimilant près de 30% de la main d’œuvre globale soit près de 2,5 millions d’ouvriers.
 

Facteurs de l’industrie en Egypte:
 
Plusieurs éléments ont aidé à la création de l’industrie:
La main-d’œuvre abondante et bon marché, l’assurance du capital, l’encouragement des investisseurs, l’assurance du climat approprié, les facilités offertes aux investisseurs, l’assurance des moyens de transport,  facilitant le transport des marchandises et des productions vers les marchés locaux et mondiaux, sans omettre l’abondance des matières brutes nécessaires à l’industrie, les végétaux représentés par les légumes, les fruits, le coton, le lin, le sésame, la canne à sucre, la betterave et autres, l’assurance des matières animales, des produits laitiers, du cuir et des divers métaux: le cuivre, le zinc, le plomb, le chrome, le fer, le nickel, le tangestin, le phosphate, le basalte, l’aluminium, le charbon, les allumettes, le sel, le manganèse, le kaolin, le fer, le graphite, le quartz, le tétalium, le lithium, la potasse.
 
Programme de modernisation de l’industrie:
 
Il cherche à promouvoir la capacité concurrentielle mondiale de l’industrie égyptienne afin de tirer profit de l’ouverture des marchés égyptiens. Ce programme, lancé de concert avec l’Union Européenne tend en premier lieu à augmenter le taux de croissance nationale et la capacité compétitive du secteur industriel, à créer un surplus de chances d’emploi, à majorer les salaires et à permettre  l’intégration dans l’économie mondiale.
 
L’accord de financement avec l’Union Européenne a créé un nouveau mécanisme celui de la fondation du Fonds de garantie des crédits, et de trois autres programmes importants représentés par la création d’un Fonds de soutien à la capacité concurrentielle des machines et un Fonds aux risques des projets innovés.

 
Les industries égyptiennes qui jouissent d’avantages compétitifs:
  1- Les industries alimentaires.
  2- Les industries chimiques et pétrochimiques.
  3- Les industries d’ingénierie.
  4- Les industries de filature et de tissage.
  5- Les industries des produits d’aluminium.


Les plus visités

From To