21 juillet 2019 03:21

Le processus de Aghadir

mercredi، 16 septembre 2009 12:00

Vu la nature de la région méditerranéenne, la coopération régionale et l’intégration entre les partenaires méditerranéens ont toujours été tentantes.

Cependant, une initiative importante avait été prise à Agadir, au Maroc, lors de la réunion des ministres des affaires étrangères tenue le 8 mai 2001 par le Maroc, la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie pour l’établissement d’une zone de libre commerce entre les 4 pays.

Cette initiative était due aux consultations entre les 4 pays durant la conférence de Marseille qui peuvent être considérées comme la date de lancement de cette initiative d’Agadir ou l’initiative arabo-méditerranéenne (IAMLC).

La déclaration d’Agadir se basait sur trois objectifs nettement définis à la création de la zone arabo-méditerranéenne de libre échange:

1- Renforcer la coopération arabe mutuelle puis développer l’accord du commerce libre pan arabe, et les efforts déployés pour la création d’un marché arabe commun.

2- Etablir une forte alliance face aux défis du développement économique continu et des développements économiques globaux.

3- Parvenir à un mécanisme approprié à la libéralisation commerciale entre les pays arabo-méditerranéens et l’Union Européenne.

Ce mécanisme devrait être compatible avec les tendances de l’économie contemporaine, aussi bien sur la scène régionale qu’internationale. La déclaration d’Agadir a envisagé la possibilité d’une nouvelle zone de commerce libre, en tant que procédé d’ouverture régionale susceptible d’intégrer d’autres pays arabes méditerranéens.

A cet effet, le processus peut créer un bloc important sur les rives sud de la Méditerranée pour s’intégrer rapidement au bloc européen du nord de la Méditerranée.

Les différentes institutions européennes, y compris le Conseil et le parlement ont exprimé leur grand appui à la Déclaration d’Agadir et leur soutien à la création d’une zone de libre échange entre les 4 pays dans le cadre du processus d’Agadir et les pressèrent à conclure un accord durant la 1ère moitié de l’an 2002, pour aider à donner une vraie relance au commerce sud/sud aussi vite que possible.

La commission européenne s’est exprimée prête à soutenir l’établissement de la zone de libre échange financièrement et techniquement.

Les plus visités

From To