15 décembre 2019 12:04

Relations égypto-soudanaises

lundi، 22 mars 2010 12:00

Relations politiques

Le 23/09/2014, le Président  Abdel Fattah Al Sissi à reçu, à New York, Salva Kiir Mayardit, Président de la République du Soudan du Sud, en marge de la soixante-neuvième session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Salva Kiir a apprécié le rôle assumé par l'Egypte tant au Moyen-Orient  qu'en Afrique, saluant  le soutien de l'Égypte à son pays dans divers domaines, notamment  celui de l'éducation, et exprimant son aspiration à la poursuite de ce soutien. Salva Kiir a déclaré que son gouvernement s'engageait à une approche pacifique pour régler la crise interne au sud-Soudan. Al  Sissi a mis l'accent sur l'importance  que la rivière du Nil doive représenter une réelle opportunité pour la coopération et le développement dans la région du bassin, au profit de toutes les parties.

Le ministre des affaires étrangères Sameh Choukry s'est entretenu le 16 mars avec une délégation de haut niveau formée des rédacteurs en chef et des représentants des quotidiens et des medias audiovisuels soudanais, dont 20 journalistes et représentants des medias soudanais.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères Dr. Badr Abdel Atty a déclaré que l'entretien a lieu dans le cadre de la visite effectuée par la délégation soudanaise en Egypte afin de consolider davantage la coopération bilatérale dans le domaine des medias de manière à assurer le rôle positif des medias des deux pays frères pour relancer les relations bilatérales vers de vastes horizons. 

Le Ministre Choukry a traité lors de l'entretien les différents aspects des relations bilatérales et son importance à la lumière des liens historiques entre les deux peuples, indiquant que les rapports avec le Soudan et les rapports éternels consolidés par leurs intérêts et leur destin communs, ainsi que la présence d'un grand nombre de nos frères soudanais vivant en Egypte. 

Choukry a également indiqué les récents développements positifs au niveau des relations, notant que le président al-Sissi tient à visiter le Soudan en tant que premier déplacement de sa tournée à l'étranger, tout en indiquant la dernière visite du président al-Bashir en Egypte et l'accord de relever le niveau du comité conjoint au niveau du Sommet, et ses répercussions sur davantage de développement et d'approfondissement des relations culturelles, commerciales, économiques et politiques afin d'être à la hauteur des aspirations et des ambitions des deux peuples de la Vallée du Nil.

Le porte-parole a ajouté que le ministre Choukry a aussi abordé, lors de sa réponse aux questions des journalistes et des représentants des medias soudanais, maintes questions importantes relatives au rôle régional de l'Egypte et la coopération conjointe dans la lutte contre le terrorisme ainsi que l'importance de la Conférence sur le développement économique de l'Égypte à Charm el-Cheikh avec la participation du président Al Bachir, et la responsabilité partagée des médias en Egypte et au Soudan afin de maintenir les relations bilatérales. 

Choukry a expliqué que la coopération entre l'Égypte et le Soudan comprend maintes questions, y compris le dossier du Barrage de la Renaissance et l'importance d'équilibrer entre le développement et le respect des besoins en eau de l'Egypte et du Soudan, notant que le comité conjoint discutera les moyens disponibles pour le développement des relations bilatérales entre les deux pays, en particulier l'activation de l'accord des quatre libertés entre les deux pays. Il a souligné l'importance d'inaugurer la route Qustul - Ashkit et une autre route entre les deux pays dans les plus brefs délais afin de promouvoir le commerce entre les deux pays et avec le reste des pays africains frères.

Abdel-Atty a déclaré que, de sa part, la délégation des médias soudanais a exprimé sa gratitude pour l'organisation de l'entretien avec le ministre Choukry et d'autres entretiens de la délégation soudanaise avec des responsables égyptiens de haut niveau, et son aspiration qu'une visite similaire au Soudan soit effectuée de la part d'une délégation égyptienne prochainement, contribuant ainsi au renforcement des relations entre les deux pays et les deux peuples.

Les relations entre ces deux pays datent de l'Ancienne Egypte, lorsque le Soudan était connu sous le nom de Nubie. Ils sont liés par des "relations éternelles ". La majeure partie de la frontière entre l'Égypte et le Soudan est située sur le 22e parallèle nord, telle que définie en 1899 par le Royaume-Uni pour délimiter la frontière nord du Soudan anglo-égyptien.
Plus récemment, depuis l'indépendance du Soudan en 1965 et même avant, les relations de ce dernier avec son puissant voisin égyptien ont oscillé entre inimitié et affinité.

Sous la présidence de Ja'far Muhammad al-Numayri (1969-1985), les relations entre les deux pays ont été au plus haut, culminantes lors de la signature d'un accord de défense commune d'une durée de 25 ans en 1976, qui stipulait qu'une attaque armée visant l'un des deux pays serait considérée comme une attaque contre les deux. Cette alliance a été dénoncée à l'occasion du coup d'Etat de 1985 mené par Abd al-Rahman Muhammad Hasan Siwar al-Dahab. Cet événement a non seulement mis fin au régime Numayri mais aussi aux relations cordiales avec l'Egypte.
Les deux pays sont soucieux de consolider leurs relations dans les divers domaines.

 Visites mutuelles

 Le vice-président soudanais, Ali Osman Mohamed Taha, a déclaré lundi que les relations stratégiques de son pays avec l'Egypte seront un bon atout pour la relation régionale.

M. Taha, lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre égyptien par intérim, Essa Sharaf, en visite au Soudan, a réitéré l'engagement du Soudan pour développer les relations avec l'Egypte dans un cadre stratégique et dans l'intérêt des deux peuples.

Il a qualifié la visite de M. Sharaf à Khartoum d'"affirmation de démarche vers le chemin du renforcement des relations historiques et profondément enracinées entre les deux pays", et a accueilli le changement en Egypte et son nouveau leadership.

Le vice-président soudanais a souligné l'importance du suivi des réalisations de cette visite, dont la signature d'un certain nombre d'accords dans les champs du développement, du commerce et de l'économie.

M. Sharaf, pour sa part, a promis d'adopter une manière franche et transparente pour discuter de toutes les questions bilatérales.

Le Premier ministre égyptien par intérim et la délégation qui l'a accompagné lundi ont achevé leur visite dans le nord du Soudan et se sont dirigés vers le sud du pays pour s'entretenir avec les officiels de la région qui sera officiellement indépendante le 9 juillet 2011.

Pendant la visite, le Soudan et l'Egypte ont signé neuf accord et protocoles d'accord, dont un accord de coopération entre le Fonds d'assurance sociale en Egypte et la Chambre soudanaise de Zakat (aumône) et du Développement, et un accord cadre entre l'université du Caire et le ministère soudanais de l'Education supérieure.

Les deux parties ont également signé deux protocoles d'accord dans les domaines des réformes administratives et de l'échange des informations et des données bancaires entre autres.

 Les relations économiques

Le secrétaire général de l'Union des exportateurs et importateurs arabes au Conseil de l'union économique arabe, Mossaad Rached a affirmé qu'un accord de coopération commercial avait été signé entre l'Egypte et le Soudan pour le troc de marchandises.

Rached a indiqué, dans une déclaration à la clôture de l'exposition internationale de Khartoum, que cet accord était le premier du genre entre des pays arabes.

L'accord, conclu entre 43 holdings relevant du ministère égyptien du commerce intérieur et la société soudanaise des duty-free, prévoit l'organisation de foires dans toutes les provinces soudanaises, tout au long de l'année, pour y vendre les marchandises des compagnies égyptiennes, en échange du troc de marchandises entre les deux pays, a-t-il dit.

Ce système de troc contribuera efficacement à régler les problèmes des transactions bancaires compliquées qui ont entravé de nombreux accords commerciaux faciles entre les deux pays, ces dernières années,
 

Des relations décevantes sur fond de dissension politique et de restrictions à l'accès au marché soudanais. Le voyage historique du Président MORSI devrait favoriser un nouvel élan de la relation bilatérale.

Des relations bilatérales décevantes

Malgré un contexte historique, géographique et culturel favorable, les relations économiques entre l'Egypte et le Soudan restent modestes. Membres de la zone de libre-échange COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa), les deux pays ont signé dans le passé plusieurs accords bilatéraux visant la relance des échanges économiques et permettant la libre circulation des personnes et des biens entre les deux pays.

La mise en œuvre de ses accords traine manifestement. Les tensions politiques qui ont marqué l'histoire récente, notamment pendant le régime du Président Moubarak, et, les lourdeurs administratives des deux côtés du Nil en sont la principale explication.

Les égyptiens évoquent en particulier des restrictions (barrières tarifaires et non tarifaires) par le Soudan sur les importations égyptiennes. 50 produits égyptiens seraient interdits à l'importation au Soudan, pour des raisons de protection de la production locale. Il s'agit aussi de produits dont l'importation depuis l'Egypte, dans le cadre des accords du COMESA, priverait le Soudan de recettes fiscales importantes (véhicules).
Par ailleurs le Soudan importe des produits de consommation des pays du Golfe et d'Arabie Saoudite, qui pourraient être importés d'Egypte à meilleur coût, du fait d'un marché local sensible au « made in » et de financements plus favorables.

La révolution du 25 janvier 2011 a permis une amélioration remarquable des relations politiques, mais cette dernière est contrebalancée par une détérioration de la situation économique de l'Egypte post-révolution.
L'Egypte reste toutefois, plus que jamais, déterminée à développer ses relations politiques et économiques avec le Soudan.

C'est dans ce contexte qu'intervient la visite du Président Morsi à Khartoum, les 4 et 5 avril 2013, à la tête d'une délégation composée de 11 ministres et 35 hommes d'affaires. Pour la première fois un président Egyptien a passé deux jours à Khartoum.

Le retard de la  ratification par le côté égyptien de l'accord sur les quatre libertés, a longuement été vu par les soudanais comme l'un des obstacles entravant les relations économiques bilatérales. Celle-ci devrait intervenir prochainement après ce voyage qualifié d'historique.

Echanges commerciaux modestes

L'Egypte est le troisième partenaire commercial du Soudan,  bien après la Chine (10 Md$ en 2011) et les Emirats Arabes Unis (2 Md$ en 2012), avec un chiffre officiel d'échanges commerciaux autour de 600 M$ entre 2009 et 2011, mais une balance commerciale largement en sa faveur. Un volume significatif, mais non chiffré d'échanges informels laisse une marge importante à l'appréciation de la place que tient réellement l'Egypte au Soudan.
 

 Echanges commerciaux entre l'Egypte et le Soudan :

 

Année 

2009

2010

2011

Exportations

563

678

511

Importations

44

42

27

 Principales exportations de l'Egypte vers le Soudan :

Produits alimentaires, riz
Engrais
Equipements électroménagers, Machines et pièces détachées
Produits en aluminium, en cuivre et en plastique
Produits pharmaceutiques et cosmétiques
Verre et ouvrages en verre, meubles

Principales importations du Soudan

Sésame et graines oléagineuses
Son de blé
Mélasse
Poissons et produits aquatique          
Animaux et viande

Investissements à faible taux d'exécution:

Entre 2003 et 2011, 213 projets dont le montant s'élève à  7.8 Mde dollars ont reçu l'approbation du gouvernement soudanais. Parmi ceux-ci des projets industriels (117), de services (79) et agricoles (17).

Le taux d'exécution de ces projets demeure toutefois faible et ne dépasse pas, selon les chiffres officiels, les 3M de dollars. Ces chiffres ne prennent pas en compte un grand nombre de petits investisseurs non déclarés, dont le recensement est difficile.

Les secteurs prioritaires évoqués lors du voyage du président MORSI sont : l'agriculture (en partenariat), l'élevage, le biogaz (à partir des arbres de jatropha implantés dans le nord du Soudan) et le transport (routier et ferroviaire). Les investissements historiques ont été dans les domaines des plastiques,  des câbles électriques et des industries de transformation. Un fonds d'investissement particulièrement actif au Soudan est celui du groupe CITADEL (ciment, agroalimentaire et agriculture).

Une filiale de la Banque nationale d'Egypte, a été ouverte à Khartoum en septembre 2012, avec pour mission de relancer les investissements égyptiens. Elle est présidée par l'ancien gouverneur de la Banque centrale du Soudan. 

Une nouvelle route Gastal /Halfa liant le Soudan et l'Egypte devrait être inaugurée an avril prochain. D'un coût de 740 M$, le projet pourrait fortement réduire le coût du transport et faciliter les échanges, notamment après la construction du port sec de Kastal et la zone franche d'Abou-Simbel.

Il y aurait plus d'un million d'égyptiens au Soudan, dont 12 000 enregistrés, qui travaillent dans le BTP, l'agriculture et les NTIC.

Relations culturelles

La profondeur des relations scientifiques, culturelles et religieuses liant l'Égypte et Soudan et l'attachement de deux pays à les développer confirment la coopération mutuelle.

Le ministre soudanais a salué le rôle joué par Al-Azhar dans le renforcement de la culture du dialogue et de l'islam modéré.

Il a espéré la coordination complète avec Al-Azhar dans la lutte contre les courants extrémistes qui menacent le monde entier et le retour pionnier d'Al-Azhar en Afrique, notamment au Soudan.

Al-Azhar offre plusieurs bourses aux étudiants soudanais et soutient toujours le Soudan, a affirmé cheikh Ahmed Al-Tayyeb.
 

L'ambassadeur d'Égypte au Soudan, Ossama Chaltoute, accompagné par le ministre de la culture et de l'information à la province de Khartoum Mohamed Youssef El Dokair, inaugureront mardi prochain la 70ème édition de la foire annuelle égypto-soudanaise du livre, organisée au siège du club des officiers à Khartoum.

Le surveillant général de la Foire du livre au Soudan, Salah Nour, a affirmé qu'une élite d'ambassadeurs, d'intellectuels et d'écrivains arabes participeraient à cette foire qui durerait pendant 21 jours, ajoutant qu'elle grouperait plus d'un million livres.
 

Les plus visités

From To