16 juillet 2019 08:40

III- Les relations économiques égypto-chinoises :

dimanche، 04 janvier 2015 12:00


Au cours des 5 dernières décennies, le dossier des relations économiques et commerciales entre l’Égypte et la Chine a témoigné d’une évolution sensible :

En 1953, avant de nouer des relations diplomatiques officielles entre les deux pays, l’Égypte a dépêché un responsable pour traiter des questions commerciales bilatérales et proposer au côté chinois d’importer le coton égyptien. Cette année, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint quelque 11 millions de dollars, à raison de 10,4 millions de dollars sous forme d’exportations égyptiennes vers la Chine, et de 600 mille dollars sous forme d’exportations chinoises vers l’Égypte.

En août 1955, les deux côtés ont signé à Pékin un accord commercial, en vertu duquel chacun d’eux inaugure un bureau commercial dans le pays de l’autre. Début 1956, les rencontres mutuelles des responsables des deux pays et les échanges économiques et commerciales se sont amplifiées, surtout après que l’Égypte a reconnu la République populaire de Chine, le 16 mai.

En février 1960, les deux gouvernements égyptien et chinois ont signé à Pékin un protocole annexe à l’accord déjà conclu. Ce protocole a été renouvelé à deux reprises, le 15 novembre 1961, puis le 17 mars 1962.

En décembre 1964, les gouvernements des deux pays ont conclu un accord de coopération technico-économique, sans rater au renouvellement annuel du protocole commercial signé et l’échange des visites entre les délégations commerciales.

En juin 1972, la coopération égypto-chinoise a témoigné d’un nouvel élan, avec la signature d’un accord sur la construction d’une usine de brique en Égypte avec une aide chinoise.

En octobre 1982, le comité égypto-chinois conjoint pour la coopération technico-électrique a été fondé au Caire.

Du 8 au 10 mars 1987, la 1ère session de la coopération technico-scientifique conjointe a été tenue au Caire ; un colloque au cours duquel une dizaine d’accords ont été conclus dans les domaines de l’échange des expertises, des recherches pharmaceutiques, de la fabrication des équipements médicaux, et des industries traditionnelles, techniques et agricoles. Cette année, le volume des échanges mutuels a atteint 135 millions de dollars, à raison de 125 millions sous forme d’exportations chinoises vers l’Égypte et 10 millions sous forme d’exportations égyptiennes vers la Chine.

Le 19 décembre 1989, le ministre égyptien de la Coopération internationale et le ministre chinois du Commerce extérieur ont convenu sur la construction par la Chine du Centre international pour les Conférences au Caire.

Le 8 juin 1993, une délégation parlementaire égyptienne s’est rendue en Chine et s’est entretenue avec le vice-président du comité financier et économique, relevant du Parlement chinois, de l’expérience chinoise dans le domaine de l’ouverture et des réformes économiques.

Le 21 mars 1995, la ministre chinoise de l’Économie et du Commerce extérieur s’est rendue en Égypte à la tête d’une délégation gouvernementale économique commerciale. Au cours de cette visite, elle s’est entretenue avec son homologue égyptien des moyens de promouvoir et de consolider la coopération économique et commerciale. Cette année, le volume des échanges mutuels a atteint 452,71 millions de dollars, à raison de 439,64 millions sous forme d’exportations chinoises vers l’Égypte et 13,06 millions sous forme d’exportations égyptiennes vers la Chine.

Le 17 avril 1997, Kamal al-Ganzouri, alors Premier ministre égyptien, s’est rendu en Chine à la tête d’une délégation, où un mémorandum d’entente a été signé, conformément auquel la Chine devait contribuer aux investissements de la zone franche, située au Nord-ouest du Golfe de Suez. Ont été également signés un mémorandum commercial, un accord de coopération technico-commercial, et un autre dans le domaine de l’énergie et de l’électricité, et un troisième dans le domaine du développement familial et rural. Les deux côté ont convenu à exempter de visas les Égyptiens qui désirent accéder à la région administrative de Hong-Kong. Cette année, le volume des échanges mutuels a bondi à 520,7 millions de dollars, à raison de 464 millions sous forme d’exportations chinoises vers l’Égypte et 56,7 millions sous forme d’exportations égyptiennes vers la Chine.

En 1999, la conclusion de l’accord de coopération stratégique a apporté aux relations bilatérales un nouvel élan sur les échiquiers politique, économique, parlementaire, culturel, touristique, populaire et partial. Cet accord a rendu globales l’entente et la coordination politiques. Les relations économiques ont passé des simples exportations et importations aux investissements et projets mutuels. Des compagnies égyptiennes ont inauguré des branches en Chine, comme celle d’al-Nassagoune al-Charqiyoune pour les tapis, et des compagnies chinoises ont établi des branches et des centres en Égypte. Les échanges culturels et éducatifs ne se sont plus limités au simple échange des délégations artistiques et des stagiaires.

Fin 2005, 35 projets chinois deviennent établis en Égypte, la plupart dans les secteurs de la filature et du textile, des industries chimiques, mécaniques et alimentaires, en plus de ceux des matériaux de construction, du pétrole, du transport maritime, des industries métallurgiques et de la technologie de l’information.

En 2011, les exportations égyptiennes vers la Chine ont augmenté de 25%, de nouveaux investissements chinois évalués à 80 millions de dollars ont été injectés en Égypte, et le volume des échanges mutuels a atteint 9 milliards de dollars.

Le 23 novembre 2012, un mémorandum de coopération a été signé entre les ministères des ressources hydriques et de l’irrigation des deux pays pour consolider la coopération réciproque dans le domaine des applications modernes, de la technologie de l’irrigation, des stratégies de l’épargne d’eau, de l’échange des expériences et de la formation conjointe.

Le 22 février 2014, une délégation composée de 12 hommes d’affaires et investisseurs chinois a entrepris la première visite en Égypte après le 30 juin. Cette délégation, qui représente les plus grandes compagnies multinationales œuvrant en Chine a affirmé l’existence de chances prometteuses d’investissement en Égypte, étant le plus grand marché au Moyen-Orient.

- Volume des échanges commerciaux entre les deux pays :
« Le gouvernement chinois prévoit l’augmentation à 11 milliards de dollars à la fin de 2014 du volume des échanges commerciaux entre l’Égypte et la Chine, surtout parce que la Chine doit cette année accueillir la Foire de Canton », a déclaré le délégué commercial chinois au Caire au cours d’une conférence de presse tenue le 23 septembre 2014.

Le volume des exportations chinoises vers l’Égypte a atteint 8,3 milliards de dollars en 2013, a-t-il ajouté, soulignant que la Chine avait l’intention d’augmenter ce chiffre à la fin de l’année pour que l’Égypte devienne son premier partenaire en 2014.

Les relations économiques et commerciales entre l’Égypte et la Chine sont gérées par 63 différents accords qui portent sur l’usage pacifique de l’énergie atomique, la coopération touristique, la coopération économique et technologique, entre autres domaines, en plus d’un accord de prêt.
 

Les plus visités

From To