17 octobre 2019 03:08

1er sommet Euro – Africain, Le Caire 2000

mercredi، 16 septembre 2009 12:00

Le 1er sommet Euro – Africain a été tenu au Caire, le 3 et 4 avril 2000 avec la participation de 66 états africains et européens. L’agenda du sommet comprenait 25 articles divisés en trois sections principales :

1ère section : La 1ère section comprenait les relations politiques entre l’Afrique et l’Europe, ainsi que les conflits armés, le problème des mines, la sécurité et la paix.

2ème section : la 2ème section s’est focalisé sur les relations économiques entre les deux côtés telles que : les moyens de consolider la coopération économique et l’intégration de l’Afrique à l’économie internationale, à travers le commerce, l’évolution du secteur privé, le traitement des dettes et l’évolution de la base industrielle.

3ème section : La 3ème section comprenait les côtés sociaux et les problèmes de l’environnement, de l’immigration et de la santé.

Le communiqué final du 1er sommet comprenait 108 articles divisés en 5 sections principales :

1ère : La coopération et l’intégration économique régionale :

Le communiqué final a confirmé l’importance de la coopération et de l’intégration économique régionale, vu qu’elles représentent la stratégie efficace du développement du continent africain. Le communiqué a insisté également sur le fait que l’intégration régionale peut être une étape importante vers un partenariat utile à l’économie internationale. Le communiqué a accueilli favorablement les résolutions de l’unité africaine au sommet qui s’est tenu à Serte en septembre 1999, concernant l’OEA. Le communiqué a mentionné les accords de partenariat dans le cadre des relations de l’Europe avec les pays méditerranéen et avec les pays africains dans le cadre de l’accord de Lomé.

2ème : L’intégration de l’Afrique à l’économie internationale :

Le communiqué a accueilli favorablement le progrès qui a été réalisé en Afrique dans le domaine des groupes économiques qui encouragent le développement économique et les avantages compétitives en Afrique, ainsi que la consolidation des relations de partenariat à travers l’élimination des obstacles entre les deux côtés progressivement, tels que les obstacles non tarifaires et la consolidation de la coopération dans tous les domaines concernant le commerce. Le communiqué a également demandé la nécessité de réaliser les initiatives déjà existant qui privilégient l’Afrique. Les deux parties se sont engagées à créer un environnement convenable pour le développement du secteur privé, afin qu’il puisse concurrencer. La consolidation du dialogue entre les deux secteurs public et privé. Le sommet a reconnu le besoin de l’Afrique d’une telle coopération pour encourager l’investissement, l’échange des expériences, la subvention des projets communs et l’intégration entre les compagnies. Le sommet a reconnu également le besoin de l’Afrique à offrir plus de chances d’obtenir la technologie.

3ème : Les dettes extérieures

Le sommet a noté que les dettes extérieures de l’Afrique se sont multipliées à cause des difficultés qui affrontent l’arrivée des capitaux à l’Afrique, ce qui a affecté le développement économique du continent. Le communiqué a juste mentionné l’évaluation des mesures qui visent à enlever les dettes en réalisant l’intérêt des pays africains les plus démunis. Improuver les initiatives visant à supprimer les dettes sera conditionné par la réalisation de réformes économiques afin d’utiliser ses dettes à réduire la pauvreté en Afrique.

4ème : Les droits de l’homme :

Le sommet a confirmé dans son communiqué final son engagement à consolider et protéger les droits de l’homme, ainsi que s’engager à condamner tous les travaux qui peuvent ravager ses droits, exigeant la consolidation des droits des enfants en Afrique et l’assurance de la démocratie et les libertés, ainsi que condamner d’accéder au pouvoir illégalement.

5ème : Les problèmes de développement :

Le sommet a réaffirmé sa condamnation à la souffrance de la moitié de la population africaine, en rendant cette souffrance aux évènements qui se déroulent dans chaque pays africain, mais sans minimiser l’importance des dimensions internationales prises pour lutter contre la pauvreté. Le sommet a également affirmé l’importance de la réalisation du développement continuellement, offrir plus de chance pour obtenir la nourriture et la coopération dans le domaine de protéger l’environnement.


Le sommet a adopté le plan d’action suivant :

• La tenue d’un sommet euro – africain chaque trois ans, ainsi que la tenue d’une réunion ministérielle et des réunions du comité de coopération commune pour réaliser les priorités des mesures adoptés par le sommet.
• La construction d’un groupe régional bilatéral sur le niveau des hauts responsables pour suivre la réalisation des priorités afin de consolider le partenariat stratégique entre les deux côtés.
• La consolidation des programmes de coopération régionale en Afrique à travers l’élimination des obstacles qui affrontent le commerce et l’investissement.
• L’engagement de l’Union Européenne à consolider les produits des états africains à arriver aux marchés européens sans les douanes.
• Simplifier les règles d’origine et encourager les projets communs entre l’Afrique et l’Europe.
• La création des programmes dans le domaine de l’évolution de la technologie.
• La consolidation de la construction des institutions démocratiques générales, et l’affirmation des efforts visant à consolider la démocratie et les règles de la gouvernance raisonnable, la dominance de la loi et la lutte contre la corruption.
• L’évolution de l’enseignement primaire et la consolidation des efforts africains visant à protéger les experts africains et à empêcher l’immigration des cerveaux hors de l’Afrique.

Les plus visités

From To