17 juin 2019 07:45

L’Egypte rompt ses relations avec le Qatar

jeudi، 08 juin 2017 01:40

L’Egypte a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Qatar pour son ingérence dans les affaires intérieures de l'Egypte qui menacent la sécurité nationale égyptienne. Trois pays du Golfe - Arabie Saoudite, Bahreïn et les Émirats - ainsi que l'Egypte ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, lundi, en invoquant des questions de sécurité nationale et en accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir des "groupes terroristes".   

L’Arabie saoudite et le Bahreïn ajoutent couper toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec l’émirat.L’Égypte a fermé son espace aérien et ses ports maritimes à tous les moyens de transports qataris pour « préserver sa sécurité nationale ».Les grandes compagnies aériennes Emirates, de Dubaï, et Etihad, d'Abou Dhabi, ont annoncé la suspension de tous leurs vols vers et en provenance du Qatar à partir de mardi matin "jusqu'à nouvel ordre".- Le gouvernement yéménite a annoncé lundi la rupture des relations avec le Qatar, membre de la coalition militaire arabe opérant au Yémen, en l’accusant de liens avec les rebelles Houthis pro-iraniens et de soutien aux groupes terroristes.

Communiqué du Ministère des affaires étrangères
Ci-dessous la teneur du communiqué du Ministère :« La République arabe d’Egypte a décidé de couper ses relations diplomatiques avec l’Etat du Qatar, suite à l’insistance du régime qatariote à adopter une attitude hostile à l’Egypte, en dépit des tentatives déployées pour le convaincre de cesser de soutenir les organisations terroristes, dont en premier lieu la Confrérie des Frères musulmans, et d’assurer un refuge à ses leaders, condamnés par la Justice égyptienne d’être impliqués dans des opérations terroristes visant la sureté et la sécurité en Egypte. De plus, le régime qatariote propage l’idéologie d’al-Qaïda et de Daech, appuie les opérations terroristes au Sinaï, insiste à intervenir dans les affaires intérieures de l’Egypte et des Etats de la région, d’une manière qui menace la sécurité nationale arabe et qui sème la zizanie et la scission au sein des communautés arabes, en fonction d’un dessein qui vise l’unité et les intérêts de la nation arabe.Dans ce contexte, la République arabe d’Egypte annonce la fermeture de ses frontières aériennes et maritimes face à tous les moyens de transport qatariote, pour préserver la sécurité nationale égyptienne. Elle a l’intention de prendre les mesures nécessaires pour prôner les Etats amis et les compagnies arabes et internationales de procéder aux mêmes décisions par rapport à leurs moyens de transport si dirigeant vers Doha ».- Par ailleurs, les diplomates du Qatar ont 48 heures pour quitter leurs postes dans ces pays. Les citoyens qataris ont pour leur part 14 jours pour partir d'Arabie saoudite, des Emirats et de Bahreïn, et les ressortissants de ces trois pays se voient interdire de se rendre au Qatar. 
- La Grèce a accepté  la demande de l'Egypte de le représenter diplomatiquement au Qatar, le Caire ayant rompu ses relations diplomatiques avec Doha, a indiqué le porte parole du ministère des Affaires Etrangères, Ahmed Abou Zeid.

- Le bureau des plaintes au ministère de l'immigration et des affaires des Égyptiens à l'étranger a reçu soixante doléances présentées par les ressortissants égyptiens expatriés au Qatar durant les deux derniers jours.

Un numéro vert a été établi par le ministère pour recevoir toute demande ou question urgente à la suite de l'annonce officielle sur la rupture des relations avec le Qatar .

-Le Premier ministre, Chérif Ismaïl a déclaré que le gouvernement égyptien suivait avec intérêt la décision de la rupture des relations égyptiennes avec le Qatar en coordination avec le ministère des Affaires étrangères.Le chef du gouvernement a révélé la mise en place d’un comité de suivi des conditions des travailleurs égyptiens au Qatar. 

Il a signalé qu’il n’y aurait pas d’atteinte aux étudiants qataris dans les Universités égyptiennes.S’adressant à la presse, M. Ismaïl a ajouté que la situation des investissements qataris en Egypte n’a pas encore été examiné.

Le chef du gouvernement a nié tout lien entre la rupture des relations avec le Qatar et l’importation du gaz de compagnies étrangères.Le Premier ministre a tenu ces propos lors d’une réunion du groupe des ministres concernés par l’économie. 

La conjoncture économique a été également au menu de la réunion en particulier l’exploitation des terres domaniales.Le chef du gouvernement a indiqué que le montant de la subvention consacré à l’électricité et au pétrole est influencé par le cours de change, les prix internationaux et la production locale. Il a précisé que la valeur totale de la subvention s’élevait à 330 milliards de LE.

- La communauté égyptienne installée au Qatar a affiché une vive préoccupation des conditions actuelles et s'est informée sur les vols assurant un lien avec le Caire en vue de regagner la patrie. Le gouvernement qatari n'a pas adopté de mesures contre la main d'oeuvre égyptienne au Qatar, a dit le ministre de la Main d'oeuvre, Mohamed Saafan.

Ce dernier a reçu mardi un rapport urgent en ce sens de l'attache des travailleurs du ministère à l'ambassade d'Egypte à Doha, Hecham Kamel.

Le rapport a confirmé qu'il n'y avait aucun changement envers la communauté égyptienne, suite à la rupture des relations entre l'Egypte et le Qatar.

- Les vols d'Egypte Air et de Qatar Airways ont été suspendus vers le Caire, faisant état de vols via le Koweït et le Sultanat d'Oman.

- Le sous-secrétaire du gouverneur de la Banque Centrale d'Egypte (BCE) pour la surveillance des banques, Tarek Fayed a affirmé qu'il n'y avait pas de problèmes dans les transferts de fonds des Egyptiens installés au Qatar.

M. Fayed a noté que toutes les banques opérant dans le marché égyptien recevraient, normalement et sans aucun obstacle, tous les transferts de fonds des Egyptiens vivant au Qatar.

Les statistiques révèlent que près de 300 mille Egyptiens travaillent au Qatar.
- L'ambassade d'Egypte à Doha au Qatar a annoncé que l'achèvement de l'examen des seuls cas d'urgence des ressortissants égyptiens au consulat égyptien à Doha se terminera à 23H00 ce lundi, à la suite de la décision du gouvernement égyptien de rompre les relations diplomatiques avec le Qatar.

Sur son son compte officiel sur Facebook, l'ambassade a ajouté qu'à partir de ce mardi le travail reprendrait au consulat égyptien suivant les horaires officiels de 10H00 à 12H30.

L'ambassade a informé les ressortissants égyptiens au Qatar que les mesures nécessaires seront prises pour maintenir le travail de la mission égyptienne de protection des intérêts à Doha au service de la communauté égyptienne au Qatar. 

Réaction locale :

- L'instance d'Al-Azhar a affirmé mardi son soutien au boycott décidé par les leaders arabes contre les pays commanditaires du terrorisme et s’ingérant dans les affaires intérieures de leurs voisins, entre autres le Qatar.

Al-Azhar a affirmé son soutien à toutes les mesures prises par les dirigeants arabes pour assurer l'unité de la nation arabe et affronter avec force et fermeté les complots trames contre la stabilité et la sécurité de leurs pays.

Al-Azhar a dit souhaiter que la nation arabe redouble d'efforts pour contrer les tentatives malintentionnées des "régimes égarés" compromettant la sécurité et la stabilité du monde arabe, espérant voir ces régimes se raviser. 

-Le département des affaires de l'aviation civile au ministère bahreïni des transports et des télécommunications, a décidé d'annuler tous les licences d'exploitation accordés aux lignes aériennes qataries Qatar Airways, et de fermer ses bureaux dans un délai de 48 heures.

Selon un communiqué publié dimanche par l'Agence de presse bahreïnie (BNA), tous les passagers ayant réservé des billets de ou vers le Qatar doivent prendre contact avec la compagnie pour récupérer leurs billets ou pour être indemnisés.

-Les PTT ont décidé la suspension de tous les services avec le Qatar.
Dans un communiqué, la Poste a indiqué que cette mesure avait été prise à l'issue de la rupture par l'Egypte de ses relations diplomatiques avec Doha.

-L'Organisation des peuples et des parlements arabes (OPPA) a annoncé son soutien total à la décision sur la rupture des relations diplomatiques entre l'Egypte et le Qatar.

L'Organisation poursuivra la mobilisation du soutien international en faveur de cette décision et ses efforts pour cerner le Qatar jusqu'à ce que ce pays se plie à la volonté de la communauté internationale de combattre le terrorisme et d'empêcher son financement. M. Abdel Aziz Abdullah, président de l'Organisation en question a déclaré que la rupture des relations avec le Qatar est un tournant pour la région arabe et constitue un coup de grâce porté au terrorisme et aux pays qui le financent.

- Le chef de l’Autorité nationale des médias, Hussein Zein a salué lundi la décision sage prise par le président Abdel Fattah El-Sissi de rompre les relations diplomatiques avec le Qatar, vu son incitation contre l'Egypte et son soutien aux groupes terroristes notamment la confrérie des frères musulmans pour déstabiliser le pays.

Les médias nationaux soutiennent l'Etat égyptien dans ses positions nationales courageuses, a indiqué M. Zein, affirmant que la télévision et la radio couvrent durant toute la journée les réactions et les analyses de la situation.

Communiqué commun publié par l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn

L’Arabie saoudite et ses alliés, engagés dans un bras de fer avec le Qatar, ont déploré à l’issu d’une réunion mercredi au Caire, la “réponse négative” de Doha à leurs conditions pour mettre fin à la crise et annoncé le maintien de leurs sanctions.

Ils ont également imposé à Doha des sanctions économiques, l’Arabie saoudite fermant sa seule frontière terrestre.
Finallement, les quatre pays ont adressé au Qatar une liste de 13 demandes, lui réclamant entre autres "la fermeture d’une base militaire turque" et de " la télévision Al Jazeera, qu’ils jugent trop agressive", ainsi que "la réduction des relations de Doha avec l’Iran."

Le Qatar, qui a rejeté les accusations de terrorisme, a répondu officiellement à ces exigences lundi dans un message au Koweït, qui joue le rôle de médiateur.

A l’issue de leur réunion au Caire, les chefs de la diplomatie saoudienne, égyptienne, émiratie et bahreïnie ont exprimé dans un communiqué “leur regret face à la réponse négative du Qatar, qui fait preuve de négligence et de manque de sérieux (…) en ce qui concerne la révision de ses politiques et de ses pratiques”.

Cela “reflète un manque de compréhension de la gravité de la situation” de la part de Doha, a martelé le ministre des Affaires étrangères Sameh Choukri en conférence de presse.

“Il n’est plus possible de tolérer le rôle de saboteur que joue le Qatar” dans les conflits régionaux, a-t-il ajouté.

Il a dit que les quatre ministres avaient convenu de “tenir leur prochaine réunion à Manama”, capitale du Bahreïn, à une date non précisée.

Le communiqué commun publié par l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn, affirme la nécessité de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes, de tarir ses sources de financement et de les empêcher d'avoir des refuges.

Le communiqué, dont la lecture a été donnée par le ministre des Affaires étrangères Sameh Choukry lors d'une conférence de presse tenue conjointement avec ses homologues saoudien Adel Al-Jubeir, émirati, Abdullah Bin Zayed, et bahreïni Khaled ben Ahmed El-Khalifa, souligne la nécessité de stopper toute forme d'incitation à la haine et à la violence.

Le communiqué appelle au respect total à l'accord de Riyad conclu en 2013 ainsi qu'à l'agenda et aux mécanismes afférents décrétés en 2014 dans le cadre du CCG, prône le respect de toutes les recommandations du sommet islamo-américain tenu en mai à Riyad, la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays et l'abstention de tout soutien aux groupes hors la loi.

Le communiqué précise la responsabilité de tous les pays du monde de combattre toute forme de terrorisme et d'extrémisme qui constituent un danger à la paix et à la sécurité internationales.

Le communiqué note que le soutien de l'extrémisme et du terrorisme et l'ingérence dans les affaires intérieures des pays arabes sont un dossier ne supporte ni chantage et ni tergiversations.

Les revendications avancées au Qatar interviennent dans le cadre des six principes précédents, dans le cadre de la protection de la sécurité nationale arabe et de la paix et de la sécurité internationale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.

Ces revendications créent également l'atmosphère propice au règlement des crises de la région, ajoute le communiqué qui juge impossible de continuer à tolérer le sabotage exercé par le Qatar.

 


Les plus visités

From To