08 décembre 2022 05:58

Moisson de la politique étrangères

mardi، 26 décembre 2017 - 09:18

L’Egypte a de nouveau joué son rôle au sein des Nations Unies particulièrement suite à son élection président non permanent du conseil international de sécurité représentant le continent africain au cours de 2016-2017, et sa présidence du comité de la lutte contre le terroriste au conseil de sécurité. La diplomatie égyptienne s’est toujours œuvré à proposer des initiatives et s’acquitter de ses responsabilités historiques dans la défense des questions arabes et africaines, et celles de la paix et de la sécurité internationales dans le cadre des constantes  mentionnées dans la charte des Nations Unies.      
L’
Egypte est parvenue à obtenir un poste au comité des droits de l’homme de l’ONU pour la période de 2017 à 2021.

L’Egypte s’est engagé à mettre la question de la lutte contre le rhétorique et l’idéologie terroristes en tête de l’ agenda du conseil de sécurité dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

L’Egypte a réussi à adopter une résolution chargeant le comité  consultatif  de faire des études sur les effets du terrorisme sur les droits de l’homme en particulier les droits économiques et sociales. Elle a adopté une résolution sur la coopération judicaire internationale en matière de la lutte contre le terrorisme.

L’Egypte a proposé des multiples initiatives en faveur des questions arabes, islamiques et internationales en vue d’atteindre l’objectif visé.

Les droits des êtres humaines :

15 mars : Participation égyptienne au dialogue interactif avec le comité des droits des êtres humaines chargé de suivre la situation des droits de l’homme au sud soudan lors de la tenue de la 34e session du conseil des droits de l’homme de l’ONU, le délégué de l'Egypte a demandé au Comité de connaître la source de l'information de la Commission selon laquelle le Sud-Soudan est au bord d'une guerre civile totale.

8 juin:  Au cours d’un débat public avec le Haut Commissaire aux droits de l'homme, le délégué de l'Égypte a fait une déclaration au nom des Etats arabes lors de la 35ème session du Conseil, et a demandé la mise en œuvre des principes de neutralité, de transparence, de responsabilité et a évité les doubles normes.

11 août: Le délégué de l’Egypte a inauguré la 19ème session du Comité consultatif du Conseil des droits de l'homme. Le Comité consultatif a pour fonction d’assister le Conseil des droits de l’homme en mettant à disposition des services d’experts et des recherches scientifiques, qui ne seront fournis que sur la demande du Conseil.

Le problème des mines

14 juin : Participation égyptienne au débat sur le danger des mines. L'Egypte a défini une stratégie à l’échelle nationale pour faire face à ce phénomène et a créé un fonds d’affectation spéciale avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).  De plus, l’Égypte a décrété un moratoire sur le transfert de ces mines vers d’autres pays.  Elle a toujours dit qu’il fallait trouver un équilibre entre les considérations humanitaires et le recours à ce type d’armes à des fins de légitime défense

La crise syrienne

28 février: Le délégué de l'Egypte a rappelé les objections formulées pendant des mois par son pays devant cette absence de preuves et le « déséquilibre » de ce texte, tout en réaffirmant la détermination de l’Égypte à voir les auteurs de l’emploi d’armes chimiques punis.  Il s’est dit une nouvelle fois surpris devant l’insistance incompréhensible à présenter ce texte sans qu’il n’y ait eu d’efforts pour corriger le déséquilibre précité.  C’est pourquoi l'Egypte s'est abstenue, et a mis en garde contre toute formulation d’accusations arbitraires.

24 mars: Veto égyptien au projet de résolution sur la situation des droits de l'homme en Syrie

4 avril : L'Egypte a condamné l'emploi d'armes chimiques dans la ville de Khan Cheikhoun à Idlib au cours de la seance extraordinaire du conseil de sécurité pour aborder l'attaque chimique présumée perpétrée dans la province d'Idlib.

5 avril : L'Egypte a condamné l’emploi d’armes de destruction massive « par quelque partie que ce soit », en particulier d’armes chimiques contre le peuple syrien.  « Nous ne comprenons pas comment l’impunité peut continuer de prévaloir concernant ces actes inhumains », a-t-il dit, le représentant de l'Egypte et a affirmé que sa délégation soutenait le principe d’une enquête.

12 avril: L'Egypte a réitéré son soutien au projet de résolution présenté par la France, la Grande bretagne et les Etats Unis sur l’incident survenu à Khan Cheikhoun et a lancé un appel aux États Unis et à la Russie à entamer des négociations sérieuses.

30 mai: L'Egypte a condamné le ciblage des civils, des hôpitaux et des écoles en Syrie, appelant tous les membres du Conseil de sécurité à engager un dialogue sérieux sur le processus politique.

7 novembre: l'Egypte a soutenu la prolongation d'un an du mandat du Mécanisme d'enquête conjoint sur l'incident de Khan Sheikhan.

La question palestinienne:

20 avril 2017: L'Egypte appelle les Palestiniens et les Israéliens à reprendre les négociations, surtout que la communauté internationale estime que la solution à deux Etats aux frontières d’avant 1967 est la meilleure solution au conflit.

20 juin 2017: Lors d'une réunion sur la situation au Moyen-Orient, le délégué de l'Egypte a déclaré qu'il était erroné d'imaginer que la région puisse réaliser la sécurité, la paix et la prospérité pour ses peuples au moment ou le peuple palestinien souffre.

8 décembre 2017: Le représentant de l'Égypte a dénoncé la reconnaissance américaine de Jérusalem occupée comme capitale d'Israël lors de la séance extraordinaire du Conseil de sécurité sur Jérusalem et a déclaré que l'Égypte rejetait toute conséquence.

Lutte contre le terrorisme

25 mai : Adoption à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU,  le 25 mai 2017,  de la résolution présentée par la mission égyptienne auprès de l'ONU relative à l'accueil favorable du  " Cadre international global de lutte contre la propagande terroriste  " et son entrée en vigueur.

20 juillet: L'Égypte a confirmé, lors de la session d'adoption d'une résolution des États-Unis d'Amérique, de renouveler le système de sanctions et d'Al-Qaïda, la nécessité d'adopter une stratégie globale pour combattre le terrorisme partout où il existe.

21 juin: La délégation égyptienne a confirmé, lors de la Réunion spéciale du Comité contre le terrorisme avec les organisations internationales, régionales et sous-régionales sur " la coopération judiciaire et policière en matière de lutte contre le terrorisme.

2 août: L'adoption à l’unanimité, la résolution 2370 (2017), présentée par l’Égypte -qui assure ce mois-ci la présidence tournante du Conseil, cette résolution une résolution vise à empêcher les terroristes de se procurer des armes ou les moyens d’en fabriquer.

La crise Libyenne


3 Août:En réplique aux accusations qatari, la mission permanente de l’Egypte auprès des Nations-Unies a envoyé un mémorandum au prési­dent du Conseil de sécurité de l’Onu, dans lequel elle rejette les allégations qatari.

Le trafic des êtres humaines

21 novembre: Le représentant de l'Egypte au conseil de sécurité a passé en revue les efforts de l'Egypte sur le volet local et international pour combattre le trafic des êtres humaines.

28 novembre : L'Egypte a condamné certains groupes criminelles en Libye et a plaidé pour des efforts internationaux afin de mettre fin à  l’abomination  de la traite des migrants et des réfugiés en transit en Afrique

la situation des Rohingyas et autres minorités dans l'État de Rakhine du Myanmar

12 septembre: L’Égypte a dénoncé, dans un communiqué, au nom de la communauté arabe, la situation humanitaire tragique , les violences et les massacres barbares et le nettoyage ethnique commises par les forces de sécurité à l’encontre des musulmans rohingyas, lors de la 36e session du conseil des droits de l'homme tenue à Genève.

28 septembre: Le représentant de l’Égypte a exhorté le Conseil à assumer ses responsabilités face à la crise des Rohingyas au Myanmar.  Il a déclaré que la position de la communauté internationale devait se fonder sur un ensemble de principes vitaux, en tête desquels figure celui de l’aide humanitaire.  Plaidant pour la fin des violences et l’ouverture d’un accès humanitaire dans l’État de Rakhine, le représentant a encouragé les parties prenantes à ouvrir un dialogue. 

Essais nucléaires de la péninsule coréenne

4 septembre : Le représentant de l'Egypte a condamné l’essai nucléaire de la RPDC, estimant qu’il faut à tout prix préserver la crédibilité du TNP et celle du Conseil de sécurité sur cette question.  Il a encouragé la RPDC à adhérer au Traité et à s’abstenir de tout autre acte de provocation. 

L'Iran

29 juin : Le représentant de l'Egypte a souligné la nécessité d'appliquer la résolution 2231 du Conseil de sécurité, qui traite de l'accord nucléaire entre les grandes puissances et l'Iran.

Participation égyptienne à la CNUCED

8-10 novembre: Le représentant de l'Égypte a participé à la première session du Groupe intergouvernemental d'experts sur le financement du développement de la CNUCED. L'Egypte souligne l'importance du rôle axial de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) dans l'application des principaux documents de développement mondial comprenant l'agenda de l'ONU pour le développement 2030 et le Programme d'action d'Addis-Abeba sur le financement du développement

Related Stories

Moisson sportive
mardi، 26 décembre 2017 - 11:08
La femme 2017
dimanche، 24 décembre 2017 - 09:08
Moisson touristique
jeudi، 21 décembre 2017 - 03:04

Les plus visités

From To