08 mars 2021 01:33

6-12 octobre 2018

dimanche، 14 octobre 2018 - 12:46

Indices économiques

La BM salue les réformes et l'investissement dans l’être humain en Egypte

Le président de la Banque Mondiale (BM), Jim Kim s'est félicité du programme de réformes socio-économiques et de l'investissement dans l’être humain en Egypte, faisant état, entre autres, des mesures entreprises pour baisser la subvention de l’énergie.

M. Kim a tenu des propos en ce sens lors de la séance d'ouverture des réunions annuelles de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI) qui se tiennent à Bali en Indonésie avec la participation des ministres de l'Investissement Sahar Nasr et des Finances, Mohamed Moaet lors de laquelle il a exposé les expériences réussies de quatre pays, à savoir, l'Egypte, le Pérou, la Pologne et l’Éthiopie.

Mr Kim a rappelé que la BM avait aidé l'Egypte à attirer des investissements étrangers vers le secteur privé dans les domaines de l’énergie nouvelle et renouvelable et à assurer une nutrition scolaire à 12 millions d'enfants.

Il a également évoqué les efforts déployés par le gouvernement égyptien en matière de santé, d’éducation et de construction de réseaux de drainage des eaux usées.

(FMI) : Le programme de réforme économique a contribué à améliorer la situation économique en Egypte

 Le directeur du département du Moyen-Orient et de l'Asie centrale du Fonds monétaire international (FMI), Jihad Azour, a souligné que le programme national de réforme économique lancé par le gouvernement égyptien, à la fin de 2016, avait contribué à améliorer la situation économique, à soutenir le recul de l'inflation, à la réduction du taux de chômage, et à l’amélioration remarquable des horizons de croissance.
M. Azour a loué les réformes mises en œuvre par le gouvernement égyptien, qui ont permis à la Banque centrale de faire face aux pressions exercées sur les marchés internationaux, notamment les marchés émergents.
lors d'une conférence de presse sur la région, en marge des réunions d’automne du FMI et de la Banque mondiale à Bali, en Indonésie, M. Azour a affirmé que les résultats positifs obtenus par les politiques du gouvernement égyptien, notamment la banque centrale pour la gestion des marchés financiers ont permis à l'Egypte de suivre le rythme des transformations financières mondiales.

Moody's relève ses perspectives pour le système bancaire égyptien de stables à positives

L'agence International de notation Moody's a relevé ses perspectives pour le système bancaire égyptien de stables à positives, affirmant que la croissance économique a contribué au secteur du crédit, générant des capitaux nationaux.
Le rapport, publié par l'agence sur son site Web, indique que ses prévisions pour le système bancaire reflètent les données positives récentes indiquant que la notation de la dette souveraine à long terme en Égypte s'est améliorée à "B3".
Moody's s'attend que la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel atteigne 5,5% en 2019, contre 4,2% en 2017, et les réformes économiques et financières en cours stimuleront la production nationale.

L'Egypte continuera à coopérer avec l'IRENA pour répandre l'usage de l'énergie renouvelable

Le ministre de l'Electricité et de l'énergie renouvelable, Mohamed Chaker a affirmé que l'Egypte continuerait à coopérer avec l'Agence internationale d'énergie atomique (IRENA).

M. Chaker a salué les hautes capacités de l'IRENA qui peut jouer un rôle décisif dans la diffusion de l'usage de l'énergie renouvelable, a déclaré M. Chaker lors de l'inauguration de la première conférence sur l'énergie renouvelable, qui s'étend sur trois jours.

L'Egypte a réussi, grâce à la stabilité politique actuelle, à adopter des politiques de réforme dans le secteur de l'énergie dans le cadre d'une nouvelle stratégie visant à sécuriser les livraisons énergétiques et la bonne gouvernance du secteur, a-t-il dit.

L'énergie nouvelle et renouvelable générée en Egypte peut franchir 42% en 2035; le plan préfixé vise à atteindre un pourcentage de 20% de la quantité énergétique d'ici 2022, a-t-il expliqué.

M. Chaker a fait état en ce sens de 30 projets d'énergie solaire d'une capacité totale de 1.5 gw et d'un coût d'investissements de deux milliards de dollars.

Le ministre a également évoqué la construction de la centrale hydroélectrique à Gabal Ataka au Canal de Suez, d'une capacité de 2400 mw, actuellement en cours de construction.
La connexion électrique régionale peut jouer un rôle important dans le renforcement de la sécurité énergétique sur le moyen et le long terme, a-t-il poursuivi, ajoutant que l'Egypte prenait part activement à de nombreux projets régionaux de liaison électrique.

De nombreuses mesures ont été prises pour encourager la participation du secteur privé aux projets énergétiques, entre autres l'adoption d'amendements législatifs pour éliminer les obstacles obérant les investissements.

Hausse des réserves en devises à 44.459 milliards d'USD fin septembre dernier

La Banque Centrale d'Egypte (BCE) a annoncé que les réserves en devises ont augmenté de 40 millions d'USD fin septembre dernier.

Selon la BCE, les réserves en devises étrangères ont enregistré 44.459 milliards d'USD contre 44.419 milliards d'USD en août 2018.

L’Égypte classée première en Afrique dans les investissements directs étrangers

La présidente exécutive de l'Agence d'investissement régionale du COMESA (marché commun de l'Afrique orientale et australe), Heba Salama, a déclaré, que l’Égypte était classée première parmi les pays africains qui attirent le plus d'investissements directs étrangers au cours de l'année dernière, avec des investissements estimés à 7,4 milliards de dollars.

L'Éthiopie a occupé la deuxième place avec des investissements évalués à 3,6 milliards de dollars, tandis que le total d'investissements directs étrangers dans les pays du COMESA atteint 18 milliards de dollars.

Dans des déclarations publiées dimanche par le magazine "African Business", Mme Salama a indiqué que l'Égypte avait attiré la partie la plus grande des d'investissements directs étrangers sur le continent africain au cours de l'année dernière, représentant 42% du total des investissements étrangers en Afrique.

Les investissements directs étrangers dans le monde ont reculé de 23% pour atteindre 1,43 trillions de dollars en 2017, tandis que les investissements directs étrangers en Afrique ont baissé de 21% pour enregistrer 42 milliards de dollars en 2017, a signalé Mme Salama.

Mme Salama a noté que l'accord de libre-échange continentale africaine avait permis de faire accroître les investissements sur le continent africain qui cherche à créer un marché unique des produits et des services et à faciliter la libre circulation des citoyens.

Elle a révélé que les pays du COMESA avaient connu une croissance durable de 5% au cours des cinq dernières années.

Investissements

L'Egypte signe un contrat avec la BM pour le soutien de l'infrastructure dans cinq gouvernorats

L'Egypte a signé un accord de 300 millions d'USD avec la Banque Mondiale BM pour le soutien de l'infrastructure dans cinq gouvernorats, dans le cadre du programme de l'assainissement des zones rurales, et ce en marge des réunions annuelles FMI/BM dans la ville indonésienne de Bali.

Ont cosigné l'accord, la ministre de l'Investissement et de la Coopération internationale Dr. Sahar Nasr et le vice-président du groupe de la BM pour les affaires du Proche-Orient et du Nord de l'Afrique Farid Belhaj.

La ministre de l'Investissement a souligné que l'accord s'inscrivait dans le cadre des efforts du gouvernement pour améliorer l'infrastructure dans les zones rurales dans les gouvernorats les plus nécessiteux en Egypte et soutenir les réseaux de la protection sociale pour les pauvres et les gens à revenu limité.

Le projet, a-t-elle dit, vise à assurer les services d'assainissement à environ 892 mille citoyens dans les villages qui souffrent de pollution dans les gouvernorats de Sharqiya, Daqahlia, Damiette, Gharbiya et Menoufia.

La ministre a ajouté que l'investissement dans le capital humain était une priorité pour le gouvernement, et louant l'attachement de la Banque Mondiale à consacrer environ 500 millions d'USD pour le soutien de la stratégie du développement de l'enseignement et 530 millions pour le secteur de la santé.

Dans ce cadre, M. Belhaj a confirmé que la décision de la Banque d'investir dans le capital humain en Egypte était le résultat des réformes menées par l'Egypte pour la réalisation d'un bond dans les services de la protection sanitaire, du développement de l'enseignement et du soutien des réseaux de la protection sociale des pauvres et des gens à revenu limité.

Related Stories

Les plus visités

From To