14 août 2022 12:41

Les Relations Économiques

dimanche، 10 novembre 2019 - 11:43

Les relations économiques entre l'Égypte et le Maroc se sont nettement développées ces dernières années. Le volume des échanges commerciaux entre eux augmente régulièrement depuis l'entrée en vigueur de l'Accord portant création du Haut Comité conjoint entre les deux pays en mai 1997 et la signature de l'Accord de libre-échange entre les deux pays en 1998, entré en vigueur le 29 avril 1999,  prévoyant la création d'une zone de libre-échange entre eux dans un délai de douze ans à compter de la date d'entrée en vigueur de la Convention et la signature le 23 mai 2006 du Protocole additionnel à l'Accord de libre-échange entre eux afin d'accélérer le processus de libéralisation douanière entre les deux pays, en plus de la Déclaration d'Agadir, entrée en vigueur en juillet 2007.

Parmi les indicateurs de l'évolution des relations économiques entre les deux pays, le volume de leurs échanges commerciaux est passé de 389 millions de dollars en 2008 à 526 millions de dollars en 2010 et entre 800 et 900 millions de dollars en 2018. L'Égypte continue de renforcer ses relations commerciales avec le Maroc et de résoudre tous les problèmes Commerciaux, à la fois bilatérale et dans le cadre de l'Accord de libre-échange d'Agadir, qui inclut l'Égypte, le Maroc, la Tunisie, la Jordanie et le Liban.

Le volume des investissements marocains en Égypte a augmenté, le Maroc se situant au 40e rang des pays investissant en Égypte, avec des investissements s'élevant à environ 80 millions de dollars dans 184 entreprises opérant dans les domaines du ciment, de l'industrie chimique, des matériaux de construction, des industries métalliques, du textile, des piles pour automobiles, en plus des entreprises dans le domaine de la construction, des services, du tourisme et des communications.

Les exportations égyptiennes vers le Maroc ont connu un essor considérable et varié, notamment dans les industries agro-alimentaires, les aliments pour animaux, les appareils électriques, les équipements, le fer et l'acier, le plastique et ses produits, les huiles animales et végétales, l'aluminium, le papier, le carton, les fruits, les dates, le verre, les produits chimiques, les engrais, les industries alimentaires, les matériaux de construction, le secteur de l'ingénierie et des produits électroniques, le secteur médical et le textile.

Tandis que les importations égyptiennes en provenance du Maroc comprennent des voitures, des produits carnés, du poisson en conserve, des préparations alimentaires, du carburant et des huiles minérales.

Les deux pays ont une réelle opportunité de coopérer au niveau des marchés arabes, africains et internationaux, où l'Égypte peut devenir la passerelle vers les produits marocains dans la région arabe et en Afrique de l'Est, alors que le Maroc devenant la porte d'entrée de l'Égypte sur les marchés de l'Afrique de l'Ouest et du Sud de l'Europe dans un cadre intégré représenté dans le Canal de Suez en Égypte et le port de Tanger au Maroc.

En septembre 2016, une mission marocaine a été lancée en Égypte pour discuter des opportunités d'investissement dans les deux pays, dirigée par le Secrétaire général du ministère du Commerce, de l'Industrie, de l'Investissement et de l'Économie numérique, Mohamed Ben Ayad, qui s'est rendue en Égypte avec une mission composée de 15 membres représentant le ministère du Commerce, de l'Industrie, de l'Investissement, de l'Industrie numérique, le Centre marocain de promotion des exportations, le ministère du Commerce extérieur, l'Agence de développement agricole, la Confédération générale des entrepreneurs marocains, outre la partie marocaine au Conseil des entreprises égypto-marocain et un groupe d'employeurs et d'investisseurs.

En novembre 2017, Egyptair et Morocco Airways ont signé un Accord de partenariat symbole. Selon les termes de l'Accord, les deux compagnies se rendront au Caire et à Casablanca par les vols des deux compagnies aériennes, tandis que les passagers bénéficieront de nombreux privilèges et options sur les 12 vols hebdomadaires opérés par les deux compagnies par le biais du système de partage de code fonctionnant plusieurs fois à compter du 28 novembre 2017.

Une délégation égyptienne s'est rendue dans la ville de Tanger au même mois afin de se familiariser avec les techniques de fonctionnement et de gestion du port méditerranéen de Tanger, l'un des ports les plus développés du continent africain. La délégation était dirigée par le président de l'Autorité portuaire d'Alexandrie, qui a rencontré lors de sa visite, le responsable du port de Tanger, qui a présenté l'expérience unique du nouveau port de Tanger dans l'application des derniers moyens d'application des normes des ports intelligents et écologiques.

En décembre 2017, une délégation de l'Association des hommes d'affaires égypto-marocains s'est rendue au Maroc pour discuter des relations économiques croissantes avec le Maroc. Un Protocole de coopération entre l'Égypte et le Maroc a été signé dans le domaine de l'artisanat entre la Chambre des industries de l'artisanat de la Fédération des industries et la Chambre des industries traditionnelles du Maroc dans le but de développer la coopération, d'ouvrir de nouveaux marchés pour les produits égyptiens et de réaliser une sorte d'intégration industrielle entre les deux parties.

Lors de la visite, l'Association d'hommes d'affaires égypto-marocaines a signé des Accords avec plusieurs Organisations professionnelles marocaines, visant à accroître les exportations de produits égyptiens, principalement de matériaux de construction, de marbre, d'appareils électroménagers, d'appareils électriques et de médicaments, avec le Centre régional d'investissement de Casablanca et l'Union générale des entrepreneurs marocains, l'Agence nationale d'investissement du Maroc et la Banque commerciale marocaine.

En juillet 2018, quatre Accords de coopération ont été signés entre des hommes d'affaires égyptiens et des Organisations marocaines : un Accord de coopération conjoint avec le Casablanca Businessmen Club, qui regroupe environ 350 hommes d'affaires et dirigeants d'entreprises du secteur privé au Maroc, afin d'échanger des expériences et d'introduire des opportunités commerciales et d'investissement. En plus de faciliter la tâche des hommes d'affaires en explorant de nouveaux horizons pour l'intégration et la coopération entre les hommes d'affaires des deux pays, ainsi qu'un Accord de coopération avec la Business Women Association à Tétouan et un Accord de coopération avec le Groupe Ozone pour l'environnement et les services.

Les deux pays ont un haut-commissariat conjoint au niveau présidentiel, qui a tenu plusieurs sessions et a été témoin de la signature d'un grand nombre de Conventions, Protocoles, Programmes exécutifs et Mémorandums d'Accord dans divers domaines.

Au sein du Haut Comité, il existe 29 Comités techniques conjoints couvrant les différents domaines de la coopération bilatérale, les plus importants étant le Mécanisme de coordination et de consultation politique, l'industrie, les études géologiques, le commerce, l'agriculture, la médecine vétérinaire, la pêche, le tourisme, la navigation, les douanes, protection des infractions douanières, électricité, routes, reconstruction et logement, science et technologie, pétrole, banque d'informations sur les Accords pétroliers, développement administratif, santé, environnement, main-d'œuvre, infrastructure, planification, affaires sociales, sécurité sociale, médias, Wakfs, jeunesse et sports, justice et Droit.

 

Accord d'Agadir

L'Accord d'Agadir a été signé le 22 février 2004 entre l'Égypte, le Maroc, la Tunisie et la Jordanie. Il est entré en vigueur après l'échange des membres des instruments de ratification.

 

Marchandises exonérées

Toutes les marchandises échangées entre les États membres.

 

Avantages de l'Accord

1.    L'application des règles d'origine cumulatives, qui contribuent à la promotion de la coopération et du soutien économiques et commerciaux entre les États membres.

2.    La poursuite et la mise en œuvre de la Grande zone de libre-échange arabe et la contribution aux efforts visant à créer un marché arabe commun.

3.    La Déclaration d'Agadir permet de tirer davantage parti de l'expansion des marchés de l'UE après l'adhésion de 10 nouveaux pays.

4.    La Déclaration d'Agadir devrait renforcer les échanges commerciaux entre l'Égypte et les pays arabes, surtout si nous savons que le volume des échanges intra-arabes ne dépasse pas 10% de ses échanges totaux.

5.    L'Accord traite de nombreuses questions importantes telles que la réglementation douanière, les règles d'origine, les marchés publics, les transactions financières, les mesures préventives, les industries naissantes, le soutien, le dumping, la propriété intellectuelle, les spécifications standard, la mise en place d'un mécanisme de règlement des litiges, parmi les plus importantes de l'Accord d'Agadir. L'accès aux marchés européens entraînera une augmentation des investissements et une coopération régionale accrue entre les États membres.

L'Accord d'Agadir offre la possibilité d'utiliser certains des composants égyptiens de l'industrie automobile au Maroc et de tirer parti des avantages offerts par l'Accord d'Agadir et les Accords de partenariat euro-méditerranéens pour réaliser l'intégration souhaitée dans le secteur, vu que l'Égypte s'efforce notamment de créer un nouveau climat pour l'investissement arabe et étranger, réalisant de grands progrès dans cette direction, notamment la réforme structurelle de l'économie, l'adoption d'une nouvelle Loi sur les investissements et la facilitation des procédures administratives, qui permettront aux investisseurs, en particulier marocains, d'investir leurs capitaux dans l'économie égyptienne, alors que les investisseurs égyptiens cherchent les opportunités d'investissement au Maroc.

Trois réunions du Mécanisme de dialogue, de coordination et de consultation politique et stratégique entre les deux pays, ont été également tenues, la dernière en date a eu lieu en janvier 2014, au cours de laquelle les deux parties sont convenues de la nécessité d'œuvrer à l'établissement de relations futures entre les deux pays sur une base stratégique et de l'importance de la restructuration et de la revitalisation des relations bilatérales.

Le tourisme marocain vers l'Égypte est en augmentation depuis plusieurs années, avec le nombre de touristes atteignant environ 30 000 touristes par an, ce qui est un indicateur du retour du tourisme marocain en Égypte, ainsi que pour la coopération mutuelle des investisseurs dans le secteur du tourisme afin de stimuler le mouvement des touristes entre les deux pays.

 

Comité présidentiel conjoint entre les deux pays

Le Haut Comité entre les deux pays s'est tenu au niveau des deux Premiers ministres jusqu'en 2006, date à laquelle il a été décidé d'augmenter la représentation au sein du Comité au Sommet entre le Président égyptien et le Roi du Maroc, avec pour objectif principal le renforcement du niveau de coopération, de progresser les bonnes relations entre les deux pays et de résoudre rapidement tout problème. Le Haut Comité s'était déjà réunie en 2006 et certains problèmes commerciaux entre les deux pays avaient alors été résolus, notamment le problème des voitures et la question de savoir si les exemptions prévues par l'Accord d'Agadir s'appliquaient ou non. La décision a été prise au sommet d'appliquer l'accord aux voitures produites au Maroc. Déjà en 2006 ; certains problèmes commerciaux entre les deux pays étaient alors résolus, notamment le problème des voitures et le fait que les exemptions prévues par l'Accord d'Agadir s'appliquent ou non. La décision a été prise au Sommet de mettre en œuvre l'Accord sur les voitures produites au Maroc.

Related Stories

Les relations égypto-marocainnes
dimanche، 10 novembre 2019 - 11:37

Les plus visités

From To