26 janvier 2021 12:15

Mahmoud Réda ….Le pionnier de la danse folklorique

mercredi، 12 août 2020 - 02:05

Le fondateur de la troupe folklorique « Réda », Mahmoud Réda, est décédé le vendredi 10 juillet 2020, à l'âge de 90 ans, des suites d'une longue maladie.

Le défunt, diplômé de la Faculté de commerce de l'Université du Caire en 1954, était considéré comme l'une des légendes de la danse folklorique.

Il a commencé son voyage au cinéma quand il est apparu dans le film '' Ahebak enta'' (Je t'aime) en 1949, où il a présenté le rôle d'un danseur, après quoi il a participé au film "Baba Amin" réalisé par Youssef Chahîne, puis les rôles au cinémadans lesquels le défunt est apparu comme danseur se sont poursuivis, dont dans les films ''Aghla men enaya'' (Plus précieux que ses yeux), ''Arousat el Mouled'' (la Poupée duMouled), '' FataAhlamy'' (le Prince de mes rêves) et autres.

Le défunt a commencéson itinéraire avec la dansedans le film "NourAyouni" (La lumière de mes yeux) avec la feue Naima Akef, outre son travail d'assistant de son frère Ali Reda.

Mahmoud Réda a rejoint une troupe de danse argentine eta travaillé avec euxpour 2 livres par jour en Égypte, à Rome et à Paris. Il allait au cinéma et regardait les types de films qui incluent du contenu de danse et de spectacle, où il regardait le film plus de 20 fois afin d'apprendre et d'améliorer sa performance. Le gymnaste avait également un rôle de premier plan dans sa forme physique et ses sauts rapides qui caractérisaient ses danses .

Le défuntétait fier du titrel' «Artiste du peuple», ce titre qu'il méritait après avoir fondé la troupe chorégraphique « Réda », qui formait un institut pour l'art folklorique en Égypte et dans le Monde arabe. Après que la danse n'était plus qu'un passe-temps, elle est devenue un métier qui combinait talent et créativité.

Les deux frères ''Réda''ontfondéla troupe chorégraphique avec la participation de la danseuse folkloriqueFarida Fahmi.

En août 1959, la troupe ''Réda'' a présenté ses premiersspectacles au théâtre Azbakeya, et elle ne comptait que treize danseurs et treize musiciens.La troupe a grandi jusqu'à comprendre180 danseurs dans les années 70 du siècle dernier.

Le défunt a participé à de nombreuses œuvres d'art, notamment "Le magicien des femmes" (Saher al nessaa), "Cœurs confus", "Vacances de mi-année", "Amour dans le temple de Karnak" et autres.

Mahmoud Réda a vécu une histoire d'amour avec sa première épouse, Khadija Fahmy, lasœur de sa partenaire, l'artiste Farida Fahmy. Il l'aimait éperdument et était conscient de sa crise de santé, souffrant de rhumatismes dans le cœur jusqu'à son décès. Sa deuxième femme la yougoslave Roza et la mère de sa fille, l'artiste Chérine Réda, est venue compléter le parcours familial de la réussite, mais sous autre aspect.

Mahmoud Réda demeurera une marque importante dans l'histoire de la culture et de l'art égyptiens, car il était un artiste avec un talent et une créativité particuliers, qu'il a évoquée lors de ses travaux. Mahmoud Réda restera vivant avec son art qui ne mourra jamais et se transmettra d’une génération à l’autre.Il nous a apprisnon seulement l'amour de la danse et de l'art folklorique,mais aussi le patriotisme et la recherche de la satisfaction du public.

Sources :

Le site officiel du ministère de la Culture

Portail d'Al-Ahram

Related Stories

Les plus visités

From To