28 juin 2022 02:57

Allocution et discours

Discours du Président lors de la 8e conférence ministérielle de l'OCI sur la femme

vendredi، 09 juillet 2021 - 12:30

Au nom d’Allah Le Clément Le Miséricordieux Madame la Ministre / Hélène Marie Laurence ,Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille de Burkina Faso et Présidente de la septième Conférence sur les femmes Dr. Yousef Bin Ahmed Al-Othaimeen / le Secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique,
Dr. Maya Moussa / Présidente du Conseil national des femmes de la République Arabe d'Égypte, Présidente de la Huitième Conférence sur les femmes Mesdames et Messieurs les ministres, et chefs des délégations Mesdames et messieurs, chefs et influenceurs d'organisations internationales et régionales Présence honorable, que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous J'ai le plaisir de participer avec vous aujourd'hui à l'ouverture de cette importante conférence ministérielle accueillie par la République Arabe d'Égypte ici dans la nouvelle capitale administrative, ce qui reflète l'image de l'Égypte moderne et sa renaissance, signalant la naissance de sa nouvelle république qui accueille le tout sans aucune discrimination ni distinction, à la lumière des principes de la démocratie, de la justice, de l'égalité et de la citoyenneté.
Mesdames et messieurs L'Égypte a l'honneur de présider la huitième session de la Conférence des ministres de la femme pour les pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui vient confirmer une fois de plus, l'intérêt que l'Égypte attache à travailler pour améliorer la coopération et renforcer la solidarité entre les pays de l'OCI, pour réaliser un saut qualitatif dans divers domaines de travail liés aux problèmes des femmes dans nos pays et sociétés islamiques.
 Afin que nos organisations soient au courant des développements contemporains dont le monde en est témoin, le thème de la huitième session de la conférence a été choisi, préservant les acquis de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes à la lumière de la pandémie de Covid-19 et au-delà. L’Égypte a tenu dès le premier instant, en élaborant ses plans d'action et ses politiques, pour faire face à cette pandémie, de limiter ses répercussions sur les femmes, c’est pour cela que des allocations importantes ont été allouées, convaincues qu'investir dans les personnes reste l'investissement le plus important. Rendant compte que les femmes représentent l'un des groupes les plus touchés par ces crises, cela s'est incarné dans le renforcement des services de la protection sociale pour les femmes, ainsi que maintenir les moyens de les protéger de la violence, et d'introduire de nouvelles politiques financières et économiques qui soutiennent le marché du travail, renforçant l'autonomisation économique des femmes, en offrant des opportunités d'emploi convenables aux membres féminins de l'emploi irrégulier, ce qui nécessite d’agir vigoureusement à l'initiative présidentielle qui vise à soutenir la santé des femmes égyptiennes. Présence honorable, malgré les progrès remarquables réalisés par la plupart de nos pays dans le domaine de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes, nous constatons encore qu'il y a beaucoup de travail dans ce domaine, qui peut être accompli afin d'atteindre nos espoirs, en termes que les femmes jouissent de leur position appropriée dans nos sociétés, croyant aux paroles du Prophète de la Miséricorde, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, « Traitez bien les femmes », et sa parole, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, "Méfiez-vous de Dieu dans les femmes." Il ne fait aucun doute que le système de la coopération islamique représente une arène importante et majeure pour renforcer le rôle des femmes dans le monde islamique. Aujourd’hui, nous avons une opportunité historique très importante de présenter l’image réelle de la condition de la femme dans l'Islam, en revalorisant la coopération de nos pays dans ce domaine et en mettant en lumière les réalisations des États membres de l'Organisation de la coopération islamique, en termes d'accès des femmes aux postes de direction. Ainsi que leur autonomisation dans tous les domaines, en les protégeant de la violence et de la discrimination et d'autres problèmes majeurs, afin de prouver au monde entier, le fait que notre religion a donné à la femme ses droits il y a plus de 1400 ans, et nous voyons qu'un tel travail prend un nouvel élan avec une organisation spécialisée dans le cadre du système de coopération islamique, au domaine de la promotion, de la protection et de l'avancement des droits des femmes dans nos sociétés. C’est une organisation qui cherche à parvenir à un cadre global et à faire progresser le rôle des femmes dans tous les États membres de l'organisation, et j'ai le plaisir de souligner que depuis l'entrée en vigueur de la charte de l'organisation, l'Égypte ne ménagera aucun effort pour la soutenir techniquement et logistiquement jusqu'à ce qu'elle commence ses travaux.
Ainsi, j’ai dirigé que l'Égypte supporte la part des contributions secondaires aux pays frères moins développés, au sein de l'Organisation pour le développement de la femme, qui compte 22 pays, soit ceux qui ont ratifié le statut et y aient déjà adhéré, ou ceux qui ne l'ont pas ratifié et sont en passe d'adhérer. De même, l’Égypte, en tant que pays siège, a alloué un bâtiment indépendant, intégré et distinct avec toutes les installations et services, et j'ai personnellement un intérêt particulier à établir un centre de réflexion sur la recherche dans le cadre de l'organisation, comparable aux centres internationaux de préparation d'études, concernant les moyens de faire progresser la condition de la femme dans notre monde islamique. Nous aspirons également d'accorder une attention particulière à la création de liens solides entre cette organisation naissante, et l'organisation internationale œuvrant dans ce domaine, notamment dans le cadre du système des Nations Unies, afin de mettre en œuvre ses activités et de formuler des programmes de coopération communs, afin de servir les objectifs de l'organisation et les intérêts de ses membres. Aujourd'hui, j'invite tous les pays qui ne rejoindront pas cette organisation d’y adhérer, afin de réaliser la percée souhaitée dans divers domaines de travail, dans le but de résoudre les causes de femme. Mesdames et messieurs, Pendant les deux années prochaines, au cours de sa présidence de la huitième session de la Conférence des femmes ministres de l'Organisation de la coopération islamique, l'Égypte cherchera à se concentrer sur deux questions qu'elle considère parmi les plus urgentes. Le premier enjeu est l'autonomisation économique des femmes en tant que pilier principal pour atteindre et asseoir les valeurs de l'égalité des sexes. Le deuxième, est de lutter contre les répercussions négatives du terrorisme et de l'extrémisme sur les femmes, qui sont généralement le groupe qui souffre le plus de leur mandat. Mesdames et Messieurs, en conclusion, je ne peux que confirmer une fois de plus, que l'objectif principal auquel nous aspirons tous est de réaliser le progrès et la renaissance dans nos pays, mais cela n’aura pas lieu sans une véritable autonomisation des femmes dans tous les domaines de la vie. L'autonomisation des femmes est le mot secret derrière la construction des fortes civilisations éminentes, et notre devoir sincère envers nos peuples, nous oblige d’offrir aux femmes la chance de participer à tous ces domaines. Tous mes vœux pour la réussite de cette conférence, aspirant que ses résolutions permettront d'atteindre les progrès souhaités pour les femmes dans notre monde islamique. Merci et que la paix, la miséricorde et les bénédictions de Dieu soient sur vous.

Related Stories

Les plus visités

From To