08 décembre 2022 05:30

Initiative « 30 millions doses de vaccins contre le Coronavirus aux pays africains »

dimanche، 14 août 2022 - 12:00
Initiative « 30 millions doses de vaccins contre le Coronavirus aux pays africains »

Le président Abdel Fattah Al Sissi a annoncé le lancement d’une initiative égyptienne visant à présenter 30 millions de doses de vaccins contre le Coronavirus aux frères des pays africains, et ce, en coordination avec l’Union africaine (UA).

Dans une intervention, qui a eu lieu le dimanche 5 juin 2022, lors d’une séance-débat intitulée "Vers des systèmes de santé flexibles et durables en Afrique", dans le cadre de la 1ère Conférence et exposition médicale africaine "la Santé de l’Afrique" (Africa Health ExCon), le président Al Sissi a indiqué que les capacités en Égypte sont à la disposition des frères, faisant état de son appréciation et de son respect humanitaire à tous ceux qui souffrent non seulement en Afrique mais également dans d’autres pays.

Avec la volonté et l’espoir, il y aura un acquis, a ajouté le président Al Sissi, signalant sa contribution à éliminer l’hépatite C en Egypte.

Le président Al Sissi a rendu hommage et a apprécié le professeur Harvey James Alter, le scientifique américain en virologie, le lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine en 2020, ainsi que le découvreur du virus de l’hépatite C (VHC).

Le président Al Sissi a souhaité la bienvenue à tous les participants à la conférence et au grand effort qui a été déployé jusqu’à présent pour organiser la conférence de cette manière.

Et il a affirmé que le manque de ressources n’est pas un obstacle à la réalisation des objectifs, notant que tout objectif a besoin de budgets et de fonds.

Il a également indiqué que l’Etat a eu recours aux entreprises américaines dans l’expérience égyptienne pour contribuer à assurer le traitement contre le virus de l’hépatite C (VHC) à un coût financier avec lequel l’Egypte peut couvrir le traitement des millions de personnes infectées.

Il a ajouté : "Pendant cette période, nous avons constaté que le médicament coûtait environ 10 mille dollars par personne, et nous l’avions obtenu des sociétés pharmaceutiques à un coût bien inférieur", exprimant ses remerciements aux sociétés qui ont contribué en ce sens.

S’adressant aux sociétés pharmaceutiques, le président Al Sissi a poursuivi : «L’Afrique est un marché prometteur, avec environ un milliard et 350 millions d’habitants, et dans environ 20 ou 30 ans, elle deviendra 2,5 milliards d’habitants», soulignant que l’Afrique est un grand marché d’avenir.

"L’avenir appartient à l’Afrique", a déclaré le président Al Sissi, "où 60 à 65% de sa population est jeune, sinon plus, ce qui représente une grande opportunité".

Le président a exprimé sa gratitude et ses remerciements, en son nom et au nom de tous les Égyptiens, à celui qui a découvert le remède contre le virus "C", le professeur Harvey James Alter, le scientifique américain en virologie, le lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine pour l’année 2020, et le découvreur du virus de l’hépatite C (VHC), ainsi qu’aux sociétés fabricantes de ce médicament et d’autres médicaments.

L’Égypte, comme tous les pays africains, a des ressources et des capacités limitées, mais sa population n’est pas petite, a déclaré le président Al Sissi, tout en affirmant l’engagement de l’Egypte à coopérer avec les pays africains dans tous les domaines avec ses ressources et ses capacités.

 

De plus, il a ajouté que les capacités en Égypte sont à la disposition des frères, et que les membres du gouvernement connaissent très bien l’étendue de l’appréciation humaine et du respect pour tous ceux qui souffrent, non seulement en Afrique, mais dans le reste du monde.

Les ressources égyptiennes ne sont pas énormes, mais les potentiels dont nous disposons sont à la disposition des pays frères, que ce soit sous forme de participation, de formation, d’enseignement, de traitement, d’échange ou de transfert d’expériences dans tous les domaines, y compris le domaine de l’industrie pharmaceutique, a-t-il poursuivi.

Le président Abdel Fattah Al Sissi a annoncé le lancement d’une initiative égyptienne visant à présenter 30 millions doses de vaccins contre le Coronavirus aux frères des pays africains, et ce, en coordination avec l’Union africaine (UA).

Il a dit que l’Afrique a des ressources dans tout, à partir des ressources humaines aux autres ressources dont elle dispose.

Le président a expliqué que le problème réside toujours dans le manque de ressources et la rareté de fonds alloués, se référant à l’expérience de l’Égypte dans la fourniture d’un service médical aux normes internationales, à 100 millions de citoyens, «Malgré nos capacités économiques limitées, nous avons fourni un service médical distingué au vrai sens du mot."

Le président a ajouté : «Le manque de capacités ne nous a pas découragés, car il n’y a aucun obstacle ou défi qui s’oppose à une volonté implacable de surmonter ce défi», louant les scientifiques et les sociétés pharmaceutiques géantes qui ont réussi avec le travail, la détermination, l’effort et la volonté, et non pas avec les souhaits.

Le président a souligné : «De nombreux problèmes ont été résolus grâce à des initiatives, telles l’initiative (100 millions de santé) et l’initiative pour éradiquer l’hépatite C. Celles-ci visaient des défis précis que nous aspirons à les surmonter. Ce outre les listes d’attente des patients besoins de traitements médicaux spécialisés, notamment les chirurgies majeures du cerveau, des nerfs, du cœur et des articulations".

"Nous aspirons à mettre fin aux listes d’attente", a-t-il ajouté, notant que l’objectif de réduire le nombre de patients sur ces listes, qui étaient auparavant importantes, a été atteint. Il a également déclaré que des pays plus avancés disposant de plus grandes capacités économiques que les nôtres, n’étaient pas en mesure de le réaliser.

Le président a ajouté: "Il s’agit de 1,3 million opérations majeures, dont chacune coûte entre 100 mille et 300 mille L.E, et peut atteindre même 400 mille L.E. Les coûts peuvent s’élever selon le type de chirurgie, y compris la transplantation d’organes".

Le président a noté qu’il a dirigé le Ministre par intérim de la Santé et de la Population, Dr. Khaled Abdel Ghaffar, sur la nécessité de raccourcir le délai d’attente des patients de 3 semaines afin d’alléger leur souffrance. Il a souligné que tout patient besoin d’une intervention chirurgicale majeure, doit subir l’opération aussitôt  que possible, juste après avoir effectué les examens médicaux nécessaires.

Le président Al Sissi a souligné que l’objectif de l’Égypte était l’achèvement du système complémentaire d’assurance-maladie en 10 ans et non en 15 ans comme estimé précédemment, afin de fournir des services médicaux distingués à tous les citoyens. Il a confirmé que ledit système a été lancé et mis en œuvre dans cinq gouvernorats jusqu’à présent, et qu’un programme complet d’assurance-maladie sera mis en place, dans dix ans, pour tous les Égyptiens.

"Nous sommes confrontés à de nombreux défis, sans être toutefois effrayés ni frustrés", a déclaré le chef de l’État, notant que l’Égypte compte près de 2,5 millions de naissances/an et 500 mille décès. Cet état de choses signifie qu’environ 2 millions de personnes ont besoin de 4 mille lits, soit un coût d'environ 2,5 milliards de dollars/an pour la santé, se demandant ainsi: "Est-ce que cela nous fait peur?" Le président a répondu en disant: "De toute évidence, non. Nous continuerons à œuvrer pour relever et surmonter les défis".

Le président Al Sissi a souligné qu’il ciblait des maladies spécifiques par les initiatives qu’il avait lancées, et que même si nous ne pouvons pas tout faire, au moins nous assurons des parties de notre plan cible. Il a confirmé que nous avons de l’expérience dans tous les secteurs.

"J'ai écouté la déclaration du vice-président du Zimbabwe au cours de laquelle il a signalé le problème de l’eau", a poursuivi le président, notant, dans ce contexte, que "le quota annuel de l’Égypte en eaux du Nil est de 55,5 mds m³, un quota qui n’a pas changé au fil des ans depuis 1959, lorsque la population égyptienne était estimé entre 3 et 4 millions citoyens. "Est-ce à cause de ces évènements,  nous sommes entrés en guerre avec nos frères pour augmenter ce quota?", demande le président. ”Non, nous ne nous sommes pas engagés dans des guerres, mais nous avons, plutôt, œuvré pour maximiser nos ressources hydrauliques", a-t-il répondu. Il a confirmé: "Le défi est une opportunité pour nous et ne devrait jamais être un obstacle. C’est pourquoi nous avons mis en place des programmes avancés de traitement des eaux usées pour garantir que tous les Égyptiens aient accès à l’eau potable conforme aux normes de l’OMS".

Il a ajouté : "Nous serons la première ou la deuxième nation au monde à maximiser et à bénéficier du traitement et du dessalement de l’eau. L’Afrique est en mesure de relever et de surmonter les défis ".

Le président Al Sissi a averti que la première étape pour assurer un véritable développement est, à vrai dire, la réalisation de la stabilité et de la sécurité.

"Quand j’ai confirmé que la stabilité et la sécurité sont des droits de l'homme, beaucoup de gens étaient confus. En fait, sans la stabilité et la sécurité, les entreprises n’investiront pas dans un pays qui pourrait être détruit. Par conséquent, il n’y aura pas d’infrastructure, le pays entrera dans un cycle sans fin de crises et la souffrance des peuples continuera.", a déclaré le président.

Le président Al Sissi a souhaité la bienvenue aux invités de la conférence en Égypte: "Je vous souhaite la bienvenue, je suis heureux de votre présence dans notre pays, l’Égypte. J’espère que vous aurez l’occasion de visiter les monuments égyptiens."

Le président Al Sissi a fait référence à l’expérience positive de «l’Autorité égyptienne de l’Achat Unitaire (UPA)» en Égypte, en déclarant: "Il s’agit d’une expérience dont nous avons beaucoup bénéficié grâce à la présence d’un organisme responsable de toutes les marchandises en provenance de l’étranger, en particulier les médicaments. L’UPA nous permet d’offrir de meilleures conditions d’achat quant aux différents produits, médicaments, appareils ou équipements grâce au travail institutionnel."

Il a ajouté "Si nous pouvions parvenir à généraliser cette expérience au niveau du Continent africain, nous réussirons à assurer de meilleurs conditions de vie dans la région. Aussi, les coûts de traitement serait réduit de 30 à 50%, grâce à la réduction du coût d’achat des médicaments".

Le président El-Sissi a félicité l’Autorité égyptienne des Médicaments (EDA) pour avoir atteint le "niveau de maturité 3" de l’OMS, lui souhaitant plein succès.

Related Stories

Les plus visités

From To