15 avril 2024 01:41

Début de la séance d'ouverture du dialogue national en présence de toutes les forces politiques

jeudi، 04 mai 2023 - 11:45

Les activités de la séance d'ouverture du dialogue national (DN) ont débuté mercredi dans la salle de conférences du parc des expositions de Nasr City, en présence du Premier ministre, Moustafa Madbouly, et avec une large participation de toutes les forces politiques et de toutes les catégories de la société.

Prennent part à cette séance, des membres du conseil d'administration du DN, des rapporteurs adjoints dans les commissions, des membres du comité de grâce présidentielle, des jeunes de diverses forces politiques, des religieux, des députés de la chambre des représentants et du sénat, des présidents d'universités et de centres de recherche, des organisations de la société civile, des auteurs de propositions sur des questions de dialogue national, des professionnels de médias et des écrivains.

Le coordinateur général du dialogue national, Diaa Rachwane, a antérieurement déclaré que les représentants des médias égyptiens et étrangers ont été invités à suivre la séance d'ouverture du DN, partant du droit de l'opinion publique à l'information et au suivi immédiat et transparent du déroulement du dialogue national.

Le dialogue national a été lancé un an après que le président Abdel Fattah Al-Sissi a chargé, lors de l'Iftar de la famille égyptienne le 26 avril 2022, la direction de la Conférence nationale de la jeunesse, en coordination avec tous les courants politiques partisans et de jeunesse, de mener un dialogue politique sur les priorités de l'action nationale et de soumettre les résultats au Président de la République.



Discours du Président Al-Sissi lors de la séance d'ouverture du Dialogue National

Le glorieux peuple Égyptien,

Mesdames et Messieurs,

Je vous adresse aujourd'hui, un salut d'appréciation et d'estimation pour votre honorable réunion, afin de s’entretenir et d'échanger les visions, souhaitant le bien de notre chère patrie, pour tracer les traits de notre Nouvelle République, que nous - les Égyptiens - visons qu'elle soit un État démocratique moderne. De même, nous mettons pour nos fils et descendants une feuille de route, pour un avenir prometteur et radieux qu'ils méritent.

Mesdames et Messieurs,

Mon appel au dialogue national, lancé lors de l’Iftar de la Famille Égyptienne, vient de ma ferme conviction que notre nation égyptienne possède des capacités qui lui permettent d’avoir plusieurs alternatives, pour trouver des voies du progrès dans tous les domaines, politiquement, économiquement et socialement; Que notre chère Égypte possède les compétences mentales, la sincérité des intentions et la volonté du travail qui la placent au premier rang des nations et des États. Ainsi, nos rêves et nos espoirs nous obligent à se mettre d'accord, à s'aligner pour travailler, et à s'assembler.
En outre, les défis croissants auxquels l'État égyptien est confronté à tous les niveaux ont renforcé mon désir sur la nécessité de tenir un dialogue, espérant qu’il soit global, efficace et actif, comprenant toutes les opinions, et tous les points de vue, atteignant des résultats tangibles et bien étudiés pour toutes les questions à différents niveaux.

Tout au long d'un an, depuis que j'ai appelé au dialogue national, j'ai suivi de près, avec un grand intérêt ses procédures préparatoires et la création d'un climat favorable à sa tenue, en affirmant à chacun d'entre vous aujourd'hui, ce que j'ai déjà déclaré : "La divergence d'opinions ne met pas en cause les bonnes relations."
Au contraire, je vous assure que l'ampleur de la diversité et la variation des vues et des suggestions renforcent fortement l'efficacité des résultats que j'attends de votre honorable réunion, étant diversifiée et inclusive de toutes les composantes de la société égyptienne.

Alors, je répète mes salutations à tous les participants à cette expérience nationale respectable, et je vous invite à déployer plus d’efforts pour lui faire réussir, affronter les problèmes et les causes et les analyser, afin de trouver des solutions et des alternatives, priant Allah le Tout-Puissant de couronner nos efforts avec la réussite et le succès.
Tout en insistant sur mon soutien continu à ce dialogue, la création de tous les moyens pour son succès, l’activation de ses résultats, dans le cadre de la démocratie et de l’exercice de la politique effective, en espérant- moi-même- de participer à ses phases finales.

En conclusion, je vous souhaite le plein succès et la réussite dans cette grande mission nationale, j'adresse aussi mes remerciements et ma reconnaissance à tous les responsables et les organisateurs. Notre chère et précieuse Égypte mérite que nous déployons les efforts, et sacrifions la sueur et le sang, de nous rassembler autour de son amour "Étant la fin, et toujours le moyen."

Vive l'Égypte, vive l'Égypte, vive l'Égypte.

Merci infiniment

Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous.



Le dialogue national lancé par le président Al-Sissi est le premier de genre depuis 1952
Le coordinateur général du dialogue national (DN), Diaa Rashwan, a confirmé que le DN lancé par le président Abdel Fattah Al-Sissi en avril de l'année dernière est le premier de genre en Égypte depuis 1952.

C'est la première fois que nous assistons à un dialogue national sans objectifs prédéterminés, à l'exception d'un objectif général qui nous concerne tous, qui est de s'entendre sur les priorités de l'action nationale, a déclaré M. Rashwan dans son allocution lors de la séance d'ouverture du dialogue national, mercredi.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi n'a pas de parti ou de syndicat socialiste, comme c'était le cas lors des dialogues précédents, a ajouté le coordinateur général du DN, soulignant que le chef de l'Etat a appelé tous les Égyptiens à un dialogue ouvert sur des objectifs fixés par les Égyptiens.

Il n'y a aucune force politique, aucun syndicat professionnel ou syndical, aucune association civile, aucun mouvement de jeunesse ou partisan qui n'a pas participé au DN, a expliqué M. Rashwan.

Toutes les questions sociales sont sur la table, les questions de la construction de l'État que le président Al-Sissi appelle désormais l'État démocratique moderne, a-t-il ajouté.

Il y a un grand pourcentage de ceux qui s'opposent aux politiques menées en Égypte, et c'est leur droit, cependant, le DN est orienté vers la formulation d'alternatives, soit sous la forme de propositions législatives, soit de propositions de décisions exécutives, a dit M. Rashwan.

Il n'y a aucun préjudice à la constitution égyptienne actuelle, a ajouté le coordinateur général du DN, expliquant que la modification ou le changement de la constitution relève de la Chambre des représentants, de la présidence et du référendum populaire.

Les objectifs de la politique étrangère égyptienne sont unanimement convenus, l'État égyptien s'efforce avec tout ce qu'il a dans tous les développements régionaux, et il est convenu qu'il n'y a pas de discussion sur politique étrangère, a expliqué M. Rashwan.

Il a souligné que le dialogue national n'est pas une institution alternative aux institutions étatiques constitutionnelles, expliquant qu'il s'agit de représentants de différentes entités représentant le peuple.

Sources:       (MENA)
Presidency.eg

Related Stories

Les plus visités

From To