19 avril 2024 10:00

La 1ère Conférence mondiale sur la population, la santé et le développement (CIPD)

lundi، 04 septembre 2023 - 10:33
La 1ère Conférence mondiale sur la population, la santé et le développement (CIPD)

La Conférence mondiale sur la population, la santé et le développement 2023 commence aujourd'hui, sous le patronage du président Abdel Fattah El-Sissi, sous le titre « Une population en bonne santé pour le développement durable ».

Elle se tiendra dans la nouvelle capitale administrative jusqu'au 8 septembre avec la participation de plus de 8 000 personnes venues d'Égypte et de pays du monde entier.

Les activités de la conférence comprennent le lancement de la Stratégie nationale de population et de la Stratégie générale de santé en Égypte, à la lumière de l’intérêt des dirigeants politiques pour le système de santé et la question démographique en Égypte.

La conférence comprend 65 séances de dialogue auxquelles participent 270 intervenants égyptiens et étrangers. Le programme scientifique de bourses égyptiennes participe également avec 14 ateliers et 33 sessions auxquelles participent 125 personnes dans 31 spécialisations.

Parmi les sujets les plus importants qui seront abordés lors de la conférence figurent la bonne gouvernance, la diplomatie sanitaire, l'impact de la dynamique démographique sur la durabilité environnementale, l'autonomisation des femmes, la promotion de l'égalité des sexes, la couverture sanitaire complète, la santé mentale et psychologique, la toxicomanie, l'investissement dans les soins de santé, l'économie de la santé, l'innovation, la recherche et le développement, la transformation numérique, les industries pharmaceutiques et biopharmaceutiques et la promotion de la santé.

La conférence vise à mettre l'accent sur l'interconnexion entre la population, la santé et le développement durable et à fournir une plate-forme d'échange d'expériences et de connaissances pour améliorer la santé et le bien-être de la population tout en soutenant le développement économique et social et en parvenant à des recommandations et à une feuille de route sur les moyens de s’adapter pour faire face aux défis mondiaux et améliorer les résultats en matière de santé.

Il convient de noter que, selon les prévisions des Nations Unies, la population mondiale devrait atteindre 7,9 milliards en 2050, avec plus de la moitié de l'augmentation attendue de la population mondiale jusqu'en 2050 concentrée dans 8 pays, dont l'Égypte.

Le 3 septembre 2023

 Les derniers préparatifs pour la tenue de la Conférence internationale sur la population et le développement

 Le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, a tenu une réunion avec les dirigeants du ministère, les responsables des directions de la santé dans tous les gouvernorats, pour examiner les derniers préparatifs pour la tenue de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD).

8 000 personnes de l’Égypte et des différents pays du monde sont inscrits sur le site électronique pour assister à la CIPD, prévue du 5 au 8 septembre 2023 sous les auspices du président Abdel Fattah Al-Sissi, selon Abdel Ghaffar.

Le ministre a suivi les derniers préparatifs de tous les comités organisateurs de cet événement, en sus du lancement de la Stratégie nationale pour la population et la Stratégie générale pour la santé en Égypte au cours de la Conférence, a indiqué le Porte-parole du ministère de la Sané, Hussam Abdel Ghaffar.

Lors de la réunion, M. Abdel Ghaffar a jeté la lumière sur l'importance de prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les deux stratégies dans le cadre de l'intérêt de la direction politique au système de la santé égyptienne, ainsi qu'à la question de la population.

Le 5 sept 2023

Al-Sissi : L’Égypte est capable de surmonter tous les défis

L’État égyptien est capable de relever et de surmonter tous les défis, a affirmé le président Abdel Fattah Al-Sissi lors d'une intervention pendant la séance "la population et l'avenir des soins de santé", organisée dans le cadre de la conférence mondiale sur la population, la santé et le développement 2023.

Nous tenons à disposer de réserves pour relever tous les défis. Beaucoup de personnes pensaient que les chances de l'Égypte de relever les défis n'étaient pas grandes, mais nous en sommes capables, a-t-il ajouté.

Malgré tous les défis auxquels l'Égypte était confrontée au cours des dix dernières années, nous avons déployé de grands efforts et nous étions conscients des défis existants, a rappelé le chef de l'Etat.

Nous avons travaillé ces dernières années de manière accélérée dans tous les domaines pour combler le fossé entre la croissance démographique et les taux de développement que nous souhaitons atteindre, a-t-il expliqué.

L’Égypte tient à répondre aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique

L'Égypte tient à répondre aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique, a affirmé le premier ministre égyptien Moustafa Madbouly dans une allocution prononcée au nom du président Abdel Fattah Al-Sissi lors de la séance générale du Sommet africain sur le climat, organisé dans la capitale kényane Nairobi les 5 et 6 septembre courant sous le thème de "promouvoir la croissance verte et des solutions de financement de l'action climatique pour l'Afrique et le reste du monde".

Dans le cadre de son engagement à contribuer efficacement à l'effort international pour faire face au changement climatique, l’Égypte a travaillé constamment pour parvenir à des résultats tangibles lors de la Conférence de Charm el-Cheikh, qui contribuent à la mise en œuvre effective des engagements en accélérant la mise en place des mesures et des projets sur le terrain, a-t-il indiqué.

Et d'ajouter que l’Égypte répond aux demandes des pays en développement pour réaliser la justice climatique et renforcer l’effort international en vue d'une transition juste et rapide vers une économie à faibles émissions, capable de faire face aux effets du changement climatique.

Le Sommet africain sur le climat intervient à un moment où notre monde, et en particulier notre continent africain, connaît une augmentation du rythme et de l'impact des conséquences négatives du changement climatique, comme les sécheresses dans la Corne de l'Afrique et la région du Sahel, les feux de forêt au Maghreb, les ouragans meurtriers en Afrique australe et l'augmentation de la température des océans, a-t-il noté.

L’Égypte, qui présidait la conférence, a tenu à faire de Charm El-Cheikh une étape importante pour faire la lumière sur la particularité des besoins et des circonstances africaines dans le cadre de la réponse au danger existentiel lié au changement climatique, a rappelé M. Madbouly.

La conférence d'aujourd'hui affirme l'engagement de notre continent africain à réaliser une transition juste vers l'économie verte, et soutient les demandes légitimes d'obtenir une part équitable du soutien financier et technique et des investissements internationaux, qui permettent de profiter des énormes potentiels et des ressources du continent africain, non seulement pour financer des projets de réduction des émissions, mais aussi des projets d'adaptation et de résilience, a-t-il dit.

Étendre l'énergie propre et les sources d’énergie nouvelles et renouvelables est au cœur du nouveau modèle de développement, qui a été accueilli favorablement par les pays du continent qui l'ont inclus dans leurs engagements nationaux à généraliser les énergies renouvelables, a fait savoir M. Madbouly qui a évoqué des exemples prometteurs et inspirants, y compris l'Égypte où environ 20% de la production d’énergie provient de sources d’énergie renouvelable.

L’Égypte vise à faire porter ce pourcentage à 42% d’ici 2030, a poursuivi le premier ministre égyptien lors du sommet africain sur le climat.

L'accès au financement reste le goulot d’étranglement pour l’Afrique et les pays en développement qui cherchent à réaliser leurs rêves et leurs plans pour remédier à la crise climatique sans affecter leur processus de développement ni alourdir leurs dettes, a dit Moustafa Madbouly.

La réunion d'aujourd'hui représente une excellente occasion d'aborder les questions de financement climatique, a-t-il renchéri, signalant que la vision de l'Égypte à cet égard concerne un certain nombre de points, dont la nécessité de reconsidérer les outils de financement disponibles, le financement concessionnel et les dons pour accélérer le changement requis, et l’importance de revoir les critères de flux d’investissement pour garantir que le continent africain obtienne sa juste part de financement.

Nous souhaitons que la prochaine conférence de Dubaï représente une percée dans la mise en œuvre de l’engagement des pays développés à assurer 100 milliards de dollars de financement climatique par an, qui n’a pas été tenu bien qu’il ne s’agisse que d’un engagement symbolique envers la responsabilité historique partagée, a-t-il ajouté.

L'augmentation de la population au cours des dix dernières années en Égypte aura de graves conséquences sur les ressources de l'État

 La ministre du Plan et du développement économique et présidente du conseil d'administration du Fonds souverain d'Égypte (FSE), Hala Al-Saïd, a indiqué que l'augmentation de la population que l'Égypte a connue, au cours des 10 dernières années, aura de graves conséquences sur les ressources de l'État et affectera ainsi les efforts de développement du pays.

Mme Al-Saïd s'exprimait lors de la séance des défis et des opportunités de la Conférence mondiale sur la population, la santé et le développement 2023, en présence du Président Abdel Fattah Al-Sissi dans la capitale administrative (NCA).

Elle a mis en garde contre les conséquences de l'augmentation de la population sur le développement et les revenus moyens, soulignant les grands efforts déployés par l'État égyptien pour améliorer la production agricole, afin de répondre à l'augmentation de la population, que ce soit à travers le système agricole durable ou à travers la Réhabilitation des Terres.

Les efforts continus de l'État pour développer le système agricole ont conduit à une augmentation de la demande alimentaire, ce qui a incité le gouvernement à importer de grandes quantités de ressources alimentaires de base dont le blé, la viande et les huiles, a-t-elle ajouté.

Le Président Al-Sissi ordonne de créer d’énormes réserves financières pour la CMU

Le ministre des Finances, Mohamed Maait a affirmé que le Président Abdel Fattah Al-Sissi avait ordonné de créer d’énormes et solides réserves financières pour assurer la viabilité du système de la Couverture maladie universelle (CMU).

M. Maait s'exprimait lors d'une séance-débat sous le thème "la population et l'avenir des soins de santé.. Les défis et les opportunités.. et le projet de la CMU" en présence du chef de l'Etat.

Pour sa part, la Directrice Régionale du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) des pays Arabes, Laila Baker a affirmé que les taux de natalité ne sont ni le problème ni la solution, soulignant que le choix d'avoir des enfants et de fonder une famille constitue une décision humaine qui comporte de nombreuses dimensions et répercussions.

De son côté, le Directeur régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour la Méditerranée orientale, Ahmed Al-Mandhari, a indiqué que la santé de l'individu et de la société est un pilier fondamental du développement social et économique ainsi qu'un pilier de la paix et de la sécurité.

Al-Sissi inspecte un salon médical en marge de la conférence mondiale sur la population et la santé

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a visité un salon médical en marge de la conférence mondiale sur la population, la santé et le développement, accompagné du ministre de la Santé, Khaled Abdel Ghaffar.

M. Abdel Ghaffar a passé en revue un certain nombre d'initiatives, dont celle des futurs couples, qui présente des soins à tous les Égyptiens et étrangers résidant en Égypte, y compris les services de dépistage des maladies infectieuses et non transmissibles, et l'initiative de détection précoce et traitement des tumeurs cancéreuses.

Le président a ensuite quitté les lieux suite à sa participation à la conférence tenue en présence des présidents de la Chambre des représentants et du Sénat, et des ministres de la Défense, du Plan, de la Santé et des Finances.

Le 6 sept 2023

Début des activités de la 2e journée la CIPD dans la NCA

La Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) 2023 a débuté mercredi pour la deuxième journée consécutive dans la nouvelle Capitale administrative (NCA), avec la participation de plus de 8 000 personnes de l’Égypte et de nombreux pays du monde.

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a assisté hier à la séance d'ouverture de la CIPD, qui se tient du 5 au 8 septembre, au cours de laquelle la Stratégie nationale pour la population et le développement 2023/30 a été lancée, outre une feuille de route sur la question de la population pour améliorer la qualité de vie.

La conférence comprend 65 séances de dialogue, auxquelles participent 270 interlocuteurs égyptiens et étrangers. 

Aujourd'hui, il est prévu de signer un accord visant à créer des centres éducatifs et à leur fournir les équipements les plus modernes pour former les médecins à utiliser les méthodes les plus récentes de planning familial conformément aux normes internationales, en présence du ministre de la Santé et de la Population Khaled Abdel Ghaffar, et de l'ambassadeur d'Allemagne au Caire, Frank Hartmann.

De surcroît, une séance de discussion sera tenue sous le thème "Le rôle de l'Autorité des hôpitaux et des établissements d'enseignement dans la lutte contre les handicaps des enfants et la réadaptation des patients", alors que 11 autres séances porteront sur nombreuses questions, y compris l'autonomisation de la femme, l'égalité des sexes afin d'améliorer la santé de la population, le cadre stratégique pour la santé en Égypte, la division démographique, la mise en place des systèmes durables de santé capables à faire face aux changements climatiques, ainsi que d'autres sujets liés à la population, à la santé et au développement.

Source : (MENA)


Related Stories

Les plus visités

From To