08 mars 2021 05:09

Aziz Abaza

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

Né, le 13/8/1898 à Menya El Amh, au gouvernorat d’El Charquéyah... Aziz Abaza a obtenu sa licence en droit de l’Université du Caire en 1923.

Ses études terminées, il fut nommé substitut du parquet à Tanta en 1925, puis, il devint membre au Parlement, puis, inspecteur au ministère de l’intérieur, puis, directeur dans l’administration des cartes d’identité, puis, gouverneur de Kalioubéya, du Fayoum, de Menya, de Beheira, de Port-Saïd et d’Assiout.

En 1950, il fut élu membre au Sénat, puis, membre de l’académie et au haut Conseil des arts et des lettres. Il est mort le 10/7/1970.

Aziz Abaza est le pionnier du théâtre lyrique après Ahmed Chawky. Diplômé de la faculté de droit en 1923, il a été élu membre de l’académie linguistique et président du Comité de la poésie du Conseil suprême des arts et des lettres. En 1965, le prix d’estime de l’Etat pour les lettres lui a été décerné.

En 1943, il a publié son recueil « Annat Haéra » qui le rendit célèbre. Il présenta dix pièces lyriques au théâtre dont :

Kaïs et Lobna (1943) : Le récit est celui des deux amoureux tel qu’il est narré dans le livre « Aghani El Asfahani ».

Al Abassa (1947) : Cette pièce présente les conflits politiques et personnels qui étaient abondants sous l’époque d’El Rachid dont la sœur Al Abassa était l’épouse de Gaafar Al Barmaky.

El Nasser (1949) : Cette pièce a traité une des époques épanouissantes d’Alexandrie, celui de Abdel Rahman Al Nasser ; mais cette prospérité a été suivie d’un conflit sanglant entre les deux fils de Abdel Rahman et Abdallah.

Shagarat Al Dor (1950) : C’est la tragédie de la reine Shagarat Al Dor, lors de l’invasion de l’Egypte par les Croisés.

Le coucher de l’Andoulousie (1952) : Il parle de la corruption politique de la dissolution des mœurs et de l’éclipse du pouvoir arabe en Andalousie en raison des conflits survenus entre les membres de la famille royale à Grenade et  le conflit sur le pouvoir entre les deux fils du Sultan.

Shahrayar (1955 ): L’écrivain nous présente une nouvelle perspective de cette histoire..en ajoutant le personnage de Doniazade, sœur de Chahrazad qui lui dispute son amour pour Chahrayar. Chahrezad symbolise la femme passionné et séduisante. A l’issue de la rivalité entre les deux femmes, Shahreyar devient souffiste.

Les feuilles de l’automne (1957) : La scène déroule dans le pays de Hyra l’an sept de l’hégire lorsque le conflit s’est aggravé entre les habitants de Hira et les troupes du Tsar après l’entrée de l’Islam.

 Les habitants de Hyra ont fortement résisté à l’armée de Rosttom qui devait opprimer la sédition mais les idolâtres ont refusé de s’attaquer aux Musulmans car la liaison nationale était plus forte que la liaison religieuse. C’est là le thème principal de la pièce. 

L’écrivain n’a pas respecté les évènements comme il l’avait fait dans ses pièces précédentes.
César ( 1953) : Cette pièce nous présente un moment crucial de l’histoire romaine, puisant ses évènements des récits de Plutarque sur l’histoire de César. Le noble Brutus fils illégitime de César est au centre du conflit quand il découvre sa filiation à César il se révolte contre lui-même et le conflit entre son sentiment filial et sa foi en  la République, le torture.

Zahra (1968) : Sa dernière pièce a été inspirée de la pièce grecque « Phèdre ».Bien qu’il l’ait revêtue de plus de modernité.


Related Stories

Les plus visités

From To