08 mars 2021 05:24

1er anniversaire de Abdel Rahmane al-Abnoudi

vendredi، 22 avril 2016 - 12:19

Un des pionniers de la poésie dialectale, est décédé à l'âge de 76 ans. Il laisse derrière lui une oeuvre unique, témoignage de l'histoire et d'un renouveau poétique.
Né en 1939 dans la province de Qéna, en Haute-Egypte, Al- Abnoudi était surnommé Al-Khal ou «l'oncle », une expression utilisée par les habitants du sud pour exprimer leur affection et leur respect. Abnoudi a construit sa célébrité à travers ses oeuvres en dialecte égyptien, participant à l'essor et à la popularisation de cet art dont il est devenu l'un des maîtres.
Il est notamment connu pour avoir compilé une épopée du héros arabe médiéval, Abou-Zeid Al-Hilali, et de sa tribu qui a parcouru le monde arabe, du Yémen au Maghreb. Le poète a ainsi passé 35 ans de sa vie à rassembler les poèmes de cette épopée en Egypte, mais également en Tunisie, au Maroc et en Arabie saoudite, et en a publié plusieurs volumes.
« Abnoudi avait sa propre vision dans la poésie. Quelques critiques pensent qu'il fait partie de l'école du poète Fouad Haddad. Mais ils ont tort. Je pense qu'il a d'abord eu recours à l'image poétique. Quand il dit : Notre pays est sur la rivière se lavant les cheveux, c'est une image poétique qui attire l'attention. Haddad, par contre, s'occupait de la musicalité des mots. Abnoudi est le fils de la nature rurale en Haute-Egypte. Les images dans son oeuvre sont inspirées de sa vie dans le petit village d'Abnoud, à Qéna, et du patrimoine populaire », explique Abdo Gobeir, romancier et chroniqueur. « Il est incomparable dans son imagerie poétique et dans son dialecte saïdi avec lequel il lisait ses poèmes », ajoute-t-il.Abnoudi a révolutionné non seulement le contenu de la poésie dialectale égyptienne, mais aussi sa forme. Il y a eu la poésie romanesque, comme dans le recueil intitulé Ahmad Sémaein. Il y a eu aussi des recueils de lettres, dans lesquels il raconte l’histoire de la construction du Haut-Barrage d’Assouan, à travers des lettres échangées entre l’ouvrier Hiragi Al-Qott et sa femme, Fatma Ahmad Abdel-Ghaffar. Puis la cause palestinienne et les condoléances d’Abnoudi pour son ami le caricaturiste palestinien Nagi Al-Aly.Abdel-Rahman Al-Abnoudi s’est aussi fait connaître en tant que parolier, notamment au service de l’icône égyptienne de la chanson, Abdel-Halim Hafez, pour qui il a composé des romances, mais aussi des chants patriotiques. « Je pense qu’avant Abnoudi, la chanson était toujours attribuée au chanteur. Mais après la défaite de 1967.Les poèmes et chansons écrits par Abnoudi sont aussi considérés comme une documentation des grands événements qui ont touché l’Egypte, notamment la révolution du 25 janvier 2011 et celle du 30 juin 2013. Sa position après le 30 juin a suscité un débat sur ses idées et ses oeuvres.
Abdel Rahmane al-Abnoudi 

Un des pionniers de la poésie dialectale, est décédé à l'âge de 76 ans. Il laisse derrière lui une oeuvre unique, témoignage de l'histoire et d'un renouveau poétique.
Né en 1939 dans la province de Qéna, en Haute-Egypte, Al- Abnoudi était surnommé Al-Khal ou «l'oncle », une expression utilisée par les habitants du sud pour exprimer leur affection et leur respect. Abnoudi a construit sa célébrité à travers ses oeuvres en dialecte égyptien, participant à l'essor et à la popularisation de cet art dont il est devenu l'un des maîtres.
Il est notamment connu pour avoir compilé une épopée du héros arabe médiéval, Abou-Zeid Al-Hilali, et de sa tribu qui a parcouru le monde arabe, du Yémen au Maghreb. Le poète a ainsi passé 35 ans de sa vie à rassembler les poèmes de cette épopée en Egypte, mais également en Tunisie, au Maroc et en Arabie saoudite, et en a publié plusieurs volumes.
« Abnoudi avait sa propre vision dans la poésie. Quelques critiques pensent qu'il fait partie de l'école du poète Fouad Haddad. Mais ils ont tort. Je pense qu'il a d'abord eu recours à l'image poétique. Quand il dit : Notre pays est sur la rivière se lavant les cheveux, c'est une image poétique qui attire l'attention. Haddad, par contre, s'occupait de la musicalité des mots. Abnoudi est le fils de la nature rurale en Haute-Egypte. Les images dans son oeuvre sont inspirées de sa vie dans le petit village d'Abnoud, à Qéna, et du patrimoine populaire », explique Abdo Gobeir, romancier et chroniqueur. « Il est incomparable dans son imagerie poétique et dans son dialecte saïdi avec lequel il lisait ses poèmes », ajoute-t-il.

Abnoudi a révolutionné non seulement le contenu de la poésie dialectale égyptienne, mais aussi sa forme. Il y a eu la poésie romanesque, comme dans le recueil intitulé Ahmad Sémaein. Il y a eu aussi des recueils de lettres, dans lesquels il raconte l’histoire de la construction du Haut-Barrage d’Assouan, à travers des lettres échangées entre l’ouvrier Hiragi Al-Qott et sa femme, Fatma Ahmad Abdel-Ghaffar. Puis la cause palestinienne et les condoléances d’Abnoudi pour son ami le caricaturiste palestinien Nagi Al-Aly.

Abdel-Rahman Al-Abnoudi s’est aussi fait connaître en tant que parolier, notamment au service de l’icône égyptienne de la chanson, Abdel-Halim Hafez, pour qui il a composé des romances, mais aussi des chants patriotiques. « Je pense qu’avant Abnoudi, la chanson était toujours attribuée au chanteur. Mais après la défaite de 1967.

Les poèmes et chansons écrits par Abnoudi sont aussi considérés comme une documentation des grands événements qui ont touché l’Egypte, notamment la révolution du 25 janvier 2011 et celle du 30 juin 2013. Sa position après le 30 juin a suscité un débat sur ses idées et ses oeuvres.

Related Stories

Les plus visités

From To