05 décembre 2021 04:52

Les mégaprojets nationaux … Locomotive du développement

jeudi، 26 mai 2016 - 02:48

Dans son mot devant le forum des travaux égypto-japonais [2/3/2016], le Président Abdel Fattah Al Sissi a parlé des projets nationaux géants en tant que locomotive du développement. Le [5/5/2016] jour du signal de la récolte du blé dans le cadre du projet d’un million et demi de feddans, il a abordé les autres projets nationaux dont celui du réseau national des routes, le projet du développement du Sinaï et le projet national de l’électricité…  

Le communiqué du gouvernement devant le Conseil des députés le [27/3/2016] a mentionné quelques uns de ces projets dont: Le projet de développement de l’axe du Canal de Suez, la création d’une génération de villes nouvelles, la bonification d’un million et demi de feddans, l’évolution du littoral Nord-Ouest  par la création d’une série d’axes horizontaux et longitudinaux en plus des projets industriels, touristiques, urbains, agricoles, de production électrique, outre le triangle doré en Haute-Egypte dont le plan général qui sera accrédité vers la fin de juin 2016 vise la création d’une région économique, métallurgique et touristique sur le littoral de la mer Rouge, sans omettre les grandes routes et les nouveaux axes de développement. Actuellement s’effectue l’exécution d’un réseau de routes dans tous les gouvernorats d’Egypte dont  la longueur atteindra environ 5 mille km, l’axe du 30 juin, la nouvelle cité d’El Galala dans le but d’évoluer la région du golfe de Suez et de Ein El Sokhna, d’attirer davantage d’investissements touristiques et d’assurer de nouvelles chances d’emploi. 

La question qui s’impose concerne l’importance de ces projets, les mécanismes, l’horaire d’exécution et leurs effets positifs sur le citoyen ordinaire et sur l’attraction des investissements nationaux et étrangers.

Premièrement: Le nouveau Canal de Suez:

On peut tout d’abord dire que le nouveau Canal de Suez vient en tête de ces projets qui ont prouvé la capacité de l’homme égyptien à réaliser un énorme projet conformément à la date qui lui a été fixée [une seule année] et en vertu d’un financement purement national [Des certificats d’investissement évalués à 64 milliards de L.E. collectés en huit jours].  

Sans doute, il existe sur le nouveau Canal de Suez aura un effet direct à court et à long terme surtout en ce qui concerne l’augmentation du nombre de navires et les heures d’attente. A ce propos, et selon le langage des chiffres, on peut dire qu’en 2015, le nombre de navires transitant le Canal de Suez, s’est chiffré à 17.483, moyennant une augmentation de 335 navires soit un taux de 2% de plus qu’en 2014 … Le volume net des charges a atteint 998 millions et 700 mille tonnes en 2015 moyennant une croissance de 36 millions de tonnes de plus qu’en 2014 et d’un taux de 3,7% ….Les revenus annuels du Canal ont réalisé un chiffre record, celui de 40 milliards de L.E, [1]

Le cours navigable du Canal de Suez a été témoin du transit de 2724 navires variés dans les deux directions au cours des deux mois de mai et de février 2016, chargés de 158 millions et 329 mille tonnes en comparaison à la même période de l’an dernier au cours duquel, 2630 navires chargés de 155 millions et 557 mille tonnes ont transité le Canal  moyennant la croissance du nombre des navires durant cette période d’un taux de 3,6% et de 1,8 % dans l’augmentation des charges.[2]

Il est à noter que le Canal de Suez a été témoin en un seul jour, celui du [5/5/2016] du  transit de 61 navires dans les deux sens, chargés de 4 millions de tonnes dont 31 ont transité du nord sans attendre en étant chargés de 2,1 millions de tonnes alors que du sud 30 navires ont traversé le nouveau cours du Canal chargés de 1,9 millions de tonnes.

Cette augmentation notable dans le nombre et dans les charges des navires révèle l’importance du creusement du nouveau Canal de Suez et sa capacité d’assimiler l’augmentation prévue du mouvement commercial mondial transitant le Canal de Suez.[3]

En général, on peut dire que l’importance du nouveau Canal de Suez réside non seulement de son effet direct sur l’augmentation du nombre de navires transitant le Canal mais également dans son rôle efficace dans la promotion du mouvement économique en général à travers une série de projets reliés au nouveau Canal de Suez à l’exemple : d: Chark El Tafria, de Port-Saïd, d’El Arich, de Tor, de Ein El Sokhna et de Adebeya en plus d’un nombre d’activités prévues à savoir ,l’assemblage des voitures et des électroniques, le raffinage du pétrole et les pétrochimies.  

Ce projet participera avec d’autres à l’habitation de millions d’égyptiens dans la région du Canal et au Sinaï et ces projets représentent dans leur ensemble un élément d’attraction aux investisseurs étrangers.

Deuxièmement: le projet national de développement de l’axe du Canal de Suez:

En ce qui concerne le projet national de développement de l’axe du Canal de Suez, il est étroitement lié au premier et vise essentiellement à amplifier les bénéfices à retirer des énormes capacités du Canal de Suez et à assurer de chances d’emploi et à transformer la région du Canal de Suez en centre mondial de navigation maritime, et de services logistiques, en grand centre industriel et en portail au commerce entre l’Orient et l’Occident. Quelques projets essentiels et prioritaires ont été déterminés dont la création d’une grande zone industrielle à proximité du port d’El Ein El Sokhna sur une superficie de 200 km2  et d’une vallée technologique à Ismaïlia qui vise à assurer un million de chances d’emploi directes.        

Le projet vise à relier le Sinaï à la Nation mère à travers 7 tunnels sous le Canal de Suez dont 3 tunnels à Port-Saïd : deux consacrés aux voitures, et un aux voies ferrées et 4 tunnels à Ismaïlia : deux consacrés aux voitures, un aux voies ferrées et un autre aux travaux publics, aux coûts de 4,2 milliards de dollars.

Dans le cadre des démarches concernant le début d’exécution de ce projet, le 11/8/2015 un décret républicain a été émis pour la création de la région économique du Canal de Suez. Le décret a stipulé la considération de la région économique de nature spéciale conformément aux dispositions de la loi No: 83 de l’an 2002 et de ses amendements, des territoires qui se trouvent dans la région du Canal de Suez, de superficie 460,60 km2.

Cette région comprend: Le Port de l’ouest de Port-Saïd, le Port de l’Est de Port-Saïd, la zone industrielle à l’Est de Port-Saïd, la zone industrielle de l’Ouest de Kantara, la vallée technologique, le Port de Adebeya, le Port de Ein El Sokhna, le Port d’El Arich et le Port d’El Tor.[4]

Dans le but de rendre efficace cette région, le 8 mars 2016 une lettre d’intention a été signée avec la Société limitée Hyflaks de Singapour afin de créer une centrale de production d’électricité et d’une station de dessalement des eaux dans la région économique du Canal [précisément dans la région limitrophe du Port d’El Ein El Sokhna] avec une valeur d’investissement de 500 millions de dollars.

La centrale électrique sera de 457 mégawatts de capacité alors que la station de dessalement des eaux de l’ordre de 150 mille m3.

La région du Canal de Suez représente un milieu approprié à la création de projets de pisciculture :

Dans le but de réaliser un produit maritime sécurisé à 100%, le 25 juillet 2015, 500/1380 bassins ont été forés pour les poissons durant la première étape du projet de pisciculture sachant que ce projet vise à boucher le fossé alimentaire en Egypte. La production à titre préliminaire variera entre 10 et 15 mille tonnes tout en veillant que la production atteigne 50 mille tonnes durant la session de production.

Le projet sera exécuté en vertu de plusieurs étapes pour que les alevins atteignent 80 millions/an. Le projet renferme des usines de fourrage, un centre de production des alevins, un complexe intégré de production et  d’emballage et cela se réalise à travers de multiples étapes pour que le nombre de bassins atteigne à la fin du projet 3800.

Des études se font avec de multiples parties internationales espagnoles et coréennes pour la mise en place du plus grand projet de pisciculture au Moyen-Orient, sur une longueur de 120 km des deux rives du Canal de Suez. Les recherches signalent que ce projet est prévu réaliser l’autosuffisance totale en production piscicole en Egypte.

Le Canal de l’Est de Port-Saïd…Nouvelle relance à l’axe du Canal de Suez: 

L’évolution du Port de l’Est de Port-Saïd entre dans le cadre du développement économique de la région du Canal de Suez. C’est ainsi que le creusement du Canal de l’Est de Port-Saïd a été achevé en cent jours seulement [du 15 /11/2015 au 24/2/2016]. Il et a été creusé sur une longueur de 9,5 m, une largeur de 250 m et une profondeur de 18,5 m afin d’accueillir les énormes tankers du monde. Ces travaux ont coûté 36 millions de dollars et visent à augmenter les activités des containeurs dans le Port de 2 à 3 millions au cours de la première année du fonctionnement. Le Canal de l’Est de Port-Saïd vise à faciliter l’entrée et la sortie des navires venant de et allant vers le Port de l’Est Port-Saïd.

Troisièmement: Le projet national de bonification et de culture d’un million et demi de feddans : 

Le projet national de bonification et de culture d’un million et demi de feddans vise à édifier une société intégrée à l’intérieur des nouvelles terres et à réaliser le développement agricole et industriel dans le but de réduire le fossé entre l’offre et la demande en denrées alimentaires et par conséquent diminuer l’importation de l’étranger.

La Nouvelle Farafra…Prémices du projet :

Le 30 décembre 2015, le président Abdel Fattah Al Sissi a donné le signal de la mise en œuvre de la première phase du projet d’un million et demi de feddans à Farafra dans la Nouvelle Vallée.

Il s’agit de l’inauguration de nouveaux villages, de 2500 unités d’habitation, de bâtiments gouvernementaux et de services. De même, un bon nombre de projets y ont été mis en place, à savoir : une centrale de production de l’électricité à partir de l’énergie solaire, une station d’eau potable et une autre pour le traitement du drain sanitaire en plus d’un village agricole renfermant 2500 feddans qui seront soumis aux jeunes sous forme de sociétés anonymes soit 5 feddans à chaque bénéficiaire.

Le président a également visité les voies intérieures et les routes principales reliant Farafra aux gouvernorats du Nord et du Sud de la Haute-Egypte.

Culture de dix mille feddans :

Toujours à Farafra, inauguration de 40 puits souterrains sur une superficie de 10 mille feddans consacrés aux jeunes. Ces terrains ont été aménagés pour la culture par l’installation des équipements d’irrigation (40 pivots) outre le nivellement et la fertilisation des terrains.

Récolte du blé :

Le président Abdel Fattah Al Sissi a donné son aval, le 5/5/2016, à la récolte du blé à Sahl Baraka et ce parmi le projet d’un million et demi de feddans.

Création de villages agricoles et de services :

La première phase du projet comporte la construction de deux villages agricoles sur 400 feddans de superficie et d’un autre de services sur 800 feddans dans le but d’assimiler de 10 à 15 mille habitants.

Les villages renferment 2000 maisons rurales chacune de 200 m2 de surface outre 40 immeubles résidentiels de 480 unités pour les fonctionnaires et les employés en sus des établissements de services (écoles, centres de santé, ambulance, commissariat de police, brigade de protection civile, unité vétérinaire, marchés commerciaux, société agricole…etc.).

Quatrièmement : Construction de nouvelles villes :

La création d’une nouvelle génération de villes sur les axes des routes en cours d’exécution se classe en priorité des mégaprojets. Parmi ces villes, citons : Est de Port-Saïd, la Nouvelle Ismaïlia, le Nouvel Alamein, la Nouvelle Capitale administrative, la ville intégrée au plateau Al Galala.

Ces villes s’étaleront sur 100 millions de m2 aux coûts d’un trillion de LE[5].

A) La ville de l’Est de Port- Saïd[6] :

 Cette ville fut fondée conformément  au décret présidentiel n°222,  promulgué le 26 juillet 2010, à la décision n°18 promulguée par le ministre de l’habitat le 20 janvier 2015, stipulant la formation de l’édifice structurel de la métropole ( niveau A ) et à la décision n° 1115  promulguée par le président du conseil ministériel le 6 mai 2015, approuvant la consécration de nouveau de 19351 feddans de cette région à l’appareil des projets du service national relevant des forces armées pour servir les projets de pisciculture.
Le projet  de la région de l’Est de Port-Saïd referme (la métropole- la zone industrielle- le port de Chark El Tafria). Les frontières de cette région édifiée sur une superficie de 70549 feddans, sont : la métropole sur 29815.4 feddans, la région industrielle sur 23574 feddans et le port de Chark El Tafria sur 17159.6 feddans.
La métropole renferme une région de développement urbaine qui est une extension urbaine du gouvernorat de Port-Saïd, une région d’investissement immobilier, de tourisme monumental, maritime et écologique. Les voies menant à la région de l’est de Port-Saïd sont : Al-Arich- Al-Qantara, la passerelle de Port- Fouad, Al- Qantara- Chark El Tafria. En outre, il est une proposition de construire un tunnel (entre 18.2 et 19.8 km) et d’installer un chemin de fer menant jusqu’à l’Est de Port-Saïd.
B) La nouvelle capitale administrative :

Le président Abdel  Fattah Al Sissi a promulgué, le 8 février 2016,  le décret n° 57 consacrant les territoires situés au Sud de la route le Caire- Suez d’une superficie de 166645 feddans à l’Est de la voie périphérique et de 17571 feddans à l’ouest de la voie périphérique à l’appareil des projets des forces armées pour construire la nouvelle capitale administrative.

Cette capitale va renfermer des régions de logement de plusieurs niveaux convenables à toutes les catégories de la société dont un logement social, une ville du pouvoir, une ville médicale mondiale, une ville sportive, un village intelligent, des salles de conférences, une ville d’expositions, des régions de services et d’enseignement, d’autres pour les fonds et les travaux, des routes  de 120 m de large et un axe vert de 300 km2 de large,  sur une superficie de 7200 feddans.

Le 2 avril 2016, ont commencé les travaux publics de la nouvelle capitale administrative.

C) La nouvelle ville d’Ismaïlia :

Ratifiée le 6 novembre 2014 par le président Abdel Fattah Al Sissi, la Nouvelle Ismaïlia[7] est la meilleure extension de la ville actuelle d’Ismaïlia grâce à sa situation proche de l’axe de développement du Canal de Suez. D’autre part, la Nouvelle Ismaïlia assure l’un des objectifs de la sécurité nationale de l’urbanisation du Sinaï[8], représente une lisière urbaine en mesure d’assimiler la croissance démographique naturelle et l’extension urbaine de l’actuelle Ismaïlia ainsi que des gouvernorats voisins. Elle sert en outre les ouvriers prévus travailler aux projets du développement du Canal de Suez. Il est à noter que ce projet assure plus de 100 mille chances d’emploi pendant les travaux de construction.

La ville sera mise en place sur la Côte Este du Canal de Suez dans la zone de la ville d'Ismaïlia, au début du Kilomètre 76 de la numérotation du Canal de Suez au Sud de la  route jusqu'à la région face au Mont Marie. Une ville résidentielle intégrée de services. La ville compte sur les nouvelles sources alternatives d'énergie éolienne en sus des sources électriques.

Elle sera aussi la première ville dans les gouvernorats accordant un intérêt particuliers aux handicapés en termes de services à l’exemple des ascenseurs et même pour entrer dans leur lieu de résidences pour exercer leurs vies quotidiennes sans l'aide de personne.[9]

La nouvelle ville d'Ismaïlia sera construite sur 2157 feddans de 11.3 km  de long entre les deux cours navigables du Canal de Suez. Le projet inclut l'établissement de 57 mille et 54 unités et 620 Villas jumelées et 373 séparées, dotées d’établissements de services sanitaires et sociaux et un club sportif.

La ville inclut 7 quartiers résidentiels construits sur sept étapes. Chaque quartier inclut 700 immeubles de logement et quelques villas jouissant de services à savoir, écoles, marchés, unités de santé et hôpitaux.

D) La nouvelle ville d'Al Alamein:

La nouvelle ville d'Al Alamein, d’un type environnemental urbain privilégié jouxtant la réserve d’Al Amid est en voie d’exécution en vertu du décret présidentiel no149 de 2014, promulgué le 2 mai 2014 qui stipule que la nouvelle ville d'Al Alamein s’étale sur une superficie d’environ 88 mille feddans au Sud de la voie littorale.

Le 9 octobre 2015 les premiers pas exécutifs pour la création de la nouvelle ville d'Al Alamein, furent entrepris dans le but de développer la Côte Nord-Ouest. Il est à noter que cette région dispose de tous les facteurs indispensables à l’assimilation de la croissance démographique en Egypte. Il est prévu que cette ville assimile  30 millions de personnes pendant les 40 années prochaines, en raison de sa proximité des régions de forte densité du Delta et du Nord de la Haute –Egypte, de son climat et des richesses naturelles abondantes.

La première phase de la nouvelle ville d’El Alamein est prévue s’étendre sur  une superficie de 8 mille feddans, de sorte que l’étape urgente de la première phase, occupe 2000 feddans, réparties comme suit, la première zone (a) au sud de la route sur 283.6 feddans et la première zone : (b) au nord de la route 550 feddans, la première zone (c) au nord de la route sont 745 feddans, la première région (d) au nord de la route sur 250 feddans, en plus de la seconde zone au nord de la route sur 171.5 feddans[10].

Cinquièmement : Le Triangle doré

 Le 10 mars 2015 représente la date de la case départ de l’étude et de l’élaboration d’un plan général pour la région du Triangle doré (Qéna- Safaga- Qosseir). Ce projet vise à créer une zone économique en Haute-Egypte par l’installation d’un centre industriel, agricole, économique, commercial, touristique et de services dans le but de réaliser le développement durable en Haute- Egypte. Le projet s’étale sur 840 mille feddans entre Qéna à l’Ouest et le gouvernorat de la mer Rouge à l’Est,  les villes de Safaga au Nord et Qosseir au Sud.

Sixièmement : Le projet national des réseaux routiers :

La longueur totale du réseau routier bitumé en Egypte, a atteint 155.213 km le 30/6/2014 exploité au transport quotidien de plus de 95% des produits, des marchandises, des individus et autres.

L’Etat accorde un intérêt particulier au projet national du réseau routier pour desservir toutes les régions. Le 22 juin 2014 fut approuvée l’évolution de plus de 4800 km et des environs, soit 20.4% de la longueur totale du réseau. Le projet comporte 39 routes, sachant que 36 milliards de LE. sont  consacrés à la mise en place du projet en 2 étapes.

L’an 2014/2015 a été témoin de l’entretien de 186 ponts outre ceux de l’autoroute littorale  internationale. En 2015/2016, l’entretien et l’aménagement de 214 ponts s’est effectuée  au coût de 500 LE en plus des ponts franchissant le Nil (Warrak – Mansoura – Minieh – Qéna – Assouan).

Le génie militaire se charge actuellement de la mise en exécution de 22 routes, de 2057 km de long, alors que  19 routes ont été déjà achevées, de 1584 km de long totale, y compris 30 ponts et 11 tunnels.

La deuxième phase du plan national du réseau routier:

 Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a donné son aval, le 9 Août 2015, à la mise en place de la deuxième phase du projet, dont les longueurs totales sont estimées à 600 km.  Cette phase sera exécutée par le génie militaire et alors que la première phase par l'Organisme des Ponts et des Chaussées et du transport terrestre.

L’achèvement de 5000 km du réseau routier national:

Mise en œuvre de 135 ponts de 180  fin 2016:

Le Président Al Sissi a annoncé, le 5/05/2016,  l'achèvement de 5000 km du projet national du réseau routier, aux coûts de 50 milliards de L.E. et de  135 ponts, de 150 visés vers la fin de 2016, aux coûts de 80 milliards de L.E. À cela s’ajoutent 2000 Km pour le développement du Sinaï.

Septièmement : Le projet national pour le développement du Sinaï :

Le Président Al Sissi a révélé, le 5/05/2016, que les coûts alloués au développement du Sinaï varient de 20 à 30 milliards de L.E.

Parmi les projets les plus importants, citons : La pisciculture, l'installation de 15 usines de marbre, de production du ciment et des zones industrielles, la bonification de 200 mille feddans,  outre la mise en place de deux stations de traitement de l'eau, une à Serapium (d'un million m3 de capacité) et l'autre au Canal Al Salam, dans le but   d’assurer l'eau nécessaire à l'agriculture au Sinaï.

Il est à noter que 10 milliards L.E. ont été consacrées, au début de l'an 2015, à la lutte anti- terroriste au Sinaï, et au développement de la région.

Parmi les projets les plus importants exécutés au cours des dernières décennies figurent le réseau routier: [11]

3200 km de routes principales  pour relier les grandes villes et les villages, ainsi que  2150 km de rues secondaires au sein des villes et des villages, dont: La route  de  Qantara Sharq passant par Ras Sedr et Al Tor jusqu’à à Charm Al Cheikh, Dahab, Nœweiba et Taba.

La route de Chatte jusqu’à Nekhl, Al Nakab au centre du Sinaï, jusqu'à Taba à l'extrême Sud-Est.

La route frontalière-Est reliant Taba et Rafah.

L'Axe (Ismaïlia – Al Gefgafa – Al Hassana – Al Oga)

L'Axe du littoral International (Qantara Charq - Bir Al Abd - Al Arich – Cheikh Zoueid - Rafah)

Parmi les projets prévus être exécutés, au cours de l’année (2015/2016)[12], dans le domaine du développement agricole: le projet du village Al Amal sur une superficie de quatre mille feddans, le projet du siphon du nouveau Canal de Suez, considéré comme l’extension du vieux siphon de Serapeum, pour assurer l’eau  d'irrigation et l'eau potable au Canal de Sinaï et aux agriculteurs dans les régions de l’Est de Suez, d’Al Bohairat et de la nouvelle Ismaïlia. Ce projet contribuera à revivifier les régions de l'Est du Canal de Suez, à relier les axes du développement entre le Sinaï et la Vallée du Nil16 et [2] ) et est conçu pour fournir de l' eau pour récupérer 70.000 acres dans le Sinaï , " la première étape", et sera donc utilisé pour augmenter les zones remises en état ​​dans le Sinaï à 100 mille acres «deuxième étape» des zones du projet national brut pour le développement du Sinaï un montant de 420 mille acres. à assurer l'eau nécessaire pour bonifier environ 70 mille feddans au Sinaï, comme "première étape". Les superficies des terres bonifiées au Sinaï augmenteront pour atteindre 100 mille feddans, comme «deuxième étape», et ce de 420 mille feddans inclus au projet national de développement du Sinaï.

Parmi les autres projets : la réhabilitation du Canal de Serapium, le plus grand projet hydraulique au-dessous du nouveau Canal de Suez, visant à conduire l'eau de l'Est de l’ancien Canal à l'Est du nouveau Canal, et considéré ainsi l’une des deux artères principales transportant l'eau du Sinaï au Canal d'Al Salam. La création d'un nouveau siphon dans la région de Serapium à côté du siphon actuel qui sera prochainement inauguré.  La capacité de ce siphon atteindra un million et quart de m3/jour, et desservira les projets de bonification agricole du centre au Sinaï, en plus de la création d'une station de d’eau potable, à l'Est du Canal.[13]

Parmi les autres projets de développement agricole, figure  le projet du Canal Cheikh Gaber (la deuxième phase du Canal Al Salam) au coût total de 62 millions de L.E. pour irriguer neuf mille feddans à la quatrième zone du projet de développement du Sinaï-Nord. Ce projet a pour but d’assurer l'eau nécessaire à la culture de 420 mille feddans (la superficie totale du projet)[14] avant la fin de 2016.

Parmi les projets du développement culturel et éducatif, figure l'Université d'Al Arich[15] qui renferme les facultés suivantes: la pédagogie, les sciences agricoles et écologies, la pédagogie sportive, les lettres, les sciences, l'Institut des études écologiques et la richesse piscicole. Trois autres facultés seront également inaugurées, à savoir: l'économie domestique, le commerce et la médecine.

Les efforts arabes se conjuguent pour développer le Sinaï, d’où la signature, le 20 mars 2016, avec le Fonds saoudien du développement, pour l’octroi  de 1,5 milliards de dollars, dans le cadre du programme du Roi Salman Abdel Aziz pour le développement du Sinaï[16] et qui comprend quelques projets, dont:

Création de neuf agglomérations aux coûts de 120 millions de $.

Projet de l’axe de développement, de 90 km de long, aux coûts de 80 millions de $ pour desservir les nouvelles agglomérations à l’Est du Canal de Suez et les relier au Delta à l’Ouest du Canal.

Création de quatre extensions, de 61 km de long, pour relier l’axe de développement du Sinaï-Nord à la voie littorale de la Méditerranée, aux  coûts de 50 millions de $.

Projet de l’Université du Roi Salman Ibn Abdul Aziz dans la ville  d’Al Tor au coût de 250 millions de $.

Création d’une station de triple traitement des eaux du drain aux  coûts de 210 millions de $.

 Création de 13 communautés agricoles au Sinaï, aux coûts de 106 millions de $.

Réouverture du Pont Al Salam :

Inaugurée le 9 Octobre 2001, le pont Al Salam est situé près de la ville d'Ismaïlia - Qantara Est. Il s’étend sur une longueur totale de 9,5 km et se compose de quatre voies. Le pont, dont le coût est estimé à 670 millions de L.E., a été fermé le 14 Juin 2013, puis ré-ouvert le 13/01/2016, 4 ans plus tard.

Ce pont a été construit dans le cadre du projet national visant à relier le Sinaï à l’Egypte. Il contribue également à relancer les projets de développement effectués au Sinaï dans les domaines agricoles, industriels, ou métallurgiques.

Huitièmement : Le Projet national du développement des gouvernorats de la Haute-Egypte:
Le nombre total de villages égyptiens atteint actuellement 4777 villages, dont 28469 hameaux et 640 agglomérations représentant 57 % de la population de la République arabe d’Egypte. Le nombre de gouvernorats de la Haute-Egypte  se chiffre à 10 dont le nombre d’habitant atteint 35 millions de personnes
[17] représentant environ 29,7% de la population totale de l’Egypte.  Le volume des investissements visés au plan de développement économique et social est évalué à environ 20 milliards de L.E, pour l'année 2016.

Ce projet constitue l’avenir du développement en l’Egypte. Ces gouvernorats disposent de matières premières, des ressources humaines, et des composants écologiques et archéologiques ainsi que de plusieurs opportunités favorables à   l’investissement dans les domaines de l’agriculture, du tourisme et de l’industrie. L’Etat tient à exécuter le plus grand nombre de projets de développement et de services dans ces gouvernorats, dans le but de satisfaire les besoins des citoyens et d’assurer un grand nombre de chances d’emploi aux jeunes pour déjouer le chômage et réformer l’économie égyptienne.

Neuvièmement : Une ville intégrée sur le plateau Al Galala :

Le projet du plateau Al Galala qui a été amorcé en juin 2014 comporte la création d’une ville intégrée sur une superficie de 19 mille feddans de terrains plats, distinguée par une température inférieure de 11o à celle du Caire. Une station de dessalement des eaux sera créée de 150 m3 de capacité, pour desservir la station balnéaire et la ville Al Galala. 7 stations seront installées  pour le pompage de l’eau à 700 m au-dessus du niveau de la mer, en plus d’une autre station de 150 mille m3/jour de capacité pour le traitement du drain sanitaire. L’électricité sera assurée grâce à l’évolution de la centrale de Attaqa à Suez et les centrales de la production d'énergie éolienne à Zaafarana. [18]  

Le projet est prévu, inclure une station balnéaire sur une superficie de 1000 feddans, renfermant 2 hôtels, l’un sur la montagne et l’autre sur le littoral ainsi  qu’un centre commercial. Ledit projet sera lié par une route de 17 km et un téléphérique conçu et supervisé par une société française et exécuté par une société égyptienne, outre une cité de jeux aquatiques et une marina de yachts.

 

Un chemin a été aménagé  au-dessus du plateau El Galala pour relier  la route le Caire à El Ein El Sokhna à la route Béni Souef d’El Zaafarana, dans le but d’éviter les accidents et les grandes courbes  existantes sur « la route ouest du Golfe de Suez.

LA route principal commence du tunnel de la vallée de Hagoul sur la voie d’El Sokhna jusqu’au km 10 de la route de Béni-Souef El Zaafarana. Notons que la longueur de la route principale est de 82 km. A cela s’ajoute la création de deux extensions   pour relier la route principale à la route littorale, aux fins de servir  les investisseurs et les propriétaires des centres touristiques et les plages du Golfe de Suez.

Les routes et les extensions dans cette région totalisent 112 km, en plus de l’extension réciproque littorale dans la région de Ras Abou Darg

Dixièmement: Le projet national du logement social :

Le projet national du logement social est l’un des principaux projets à l’heure actuelle visant à assurer un logement  approprié aux  jeunes aux revenus limités.  500.000 unités de d’habitation seront achevées au cours des six prochaines années, afin de résoudre le problème de l’habitat en Egypte[19].

Vu la demande croissante sur le logement social qui a atteint 370.000 unités en 5 jours, l’Etat veille à augmenter le nombre pour atteindre  600.000 unités et livraison sera en avril.

Onzièmement : Le projet national de l’électricité :

Le Président Al Sissi a annoncé que le projet national de l’électricité doublera la production de l’électricité en Egypte qui est de 26000 mégawatts aux coûts évalués à 400 milliards de L.E.[20]

 

Conclusion 

Ces projets titaniques s’étendront pour englober tous les environs du pays dans le but de réaliser l’équilibre économique, d’établir les principes de l’équité sociale, de réduire le taux de chômage, d’éradiquer la pauvreté et de contribuer à court et à long terme à une bonne répartition de la population dans les nouvelles villes  dans toutes les régions de la République, au Sinaï, au littoral Nord et de leurs abords.

Bien que ces projets constituent la base solide du développement global dans les différents aspects de la vie économique, urbaine, sociale, ils ravivent l’espoir en un meilleur avenir tout en assurant la vie décente aux générations futures.



[1] Rapport de presse de l’Autorité du Canal de Suez, le 3 mars 2016, diffusé par l’Agence de la Presse MENA.

[2] Déclaration  de l’Amiral   Mohab Mamich président  de l’Autorité du Canal de Suez Link : http://www.youm7.com/story/2016/5/7.

[3] Déclaration  de l'Amiral   Mohab Mamich président  de l’Autorité du Cana de Suez, le 5/5/2016

[4] Le Décret du président de la République Arabe d’Egypte no 330 pour l’année 2015, sur l’installation de la région économique du Canal de Suez (journal officiel, issue 33 bis, 10 août 2015)

[5] Mohamed Abdel Hady Allam, le président baptise les mégaprojets nationaux, Al Ahram, 6/5/2016http://www.ahram.org.eg/News/171894/25/509068   

[6] Ahmed Mostafa : ministre de l’habitat annonce le commencement d’une planification stratégique pour le developpement de l’Est de Port Saïd, jour EL watan le 14/8/2015 link : http://www.elwatnnews.com/new/details/786591

[7] Al Ahram, le 8 novembre 2014

[8]  Mohamed Mahmoud Radwan, la nouvelle Ismaïlia… Combat du développement à l’Est du Canal, Al Masry EL Yom, le 22/3/2013

[9]  Le rapport de l’Agence de presse du Moyen Orient, 16/4/2015

[10] Site Akhbar Misr. 5/2/2016/ http : //www.egynews.net/809980-2

[11]Amira Abdel Hakim, présidente de l’Appareil de l’urbanisation du Sinaï, projet du village des jeunes diplômés aux coûts de 122 millions de L.E, 8/2/2016, A lBawaba news. Http://www.albawabanews.com/1761516

[12] Le site d’Al Bawaba News, sur le lien suivant : http://www.albawabhnews.com/1768648

[13] Le portail du journal des Nouvelles, le 5 octobre2015

[14] Le site de l’Organisme Général de l’Information, le 16 mars 2016

[15] Le site du journal d’Al Watan le 18/1/2016

[16] Al Ahram, le 24/3/2016

[17] Le plan du développement économique et social pour l’année 2015/2016.

[18] Déclaration du Chef d'état-major du Corps, le général Kamel El-Wazir, président du génie militaire, Agence MENA (13/2/2016)

[19] Site du ministère d’habitat : http://www.moh.gov.eg/main/localprojet.aspx

[20] Mohamed Abdel Hadi, le Président inaugure une série de mégaprojets nationaux, Al Ahram 6/5/2016 : http://www.ahram.org.eg/News/171894/25/509068

 


Related Stories

Les plus visités

From To