24 octobre 2020 02:03

Les zones de tournage

mercredi، 16 septembre 2009 - 12:00

La civilisation moderne et le temps ont changé les traits de la vie sociale, et les styles architecturaux dans nombre de lieux reliés aux époques historiques, et aux événements politiques, culturels, techniques et économiques particuliers... et les nouvelles conditions démographiques ont empêché le tournage de plusieurs œuvres dramatiques dans leurs places réelles. Il était donc nécessaire que la cité de production médiatique revifie cette période de temps et crée les détails de l’architecture et de la vie antique qui ont changé le mouvement de la vie contemporaine et de ses caractéristiques dans leurs sites réels.

Partant de ce fait, 15 zones ouvertes au tournage ont été créées sur la terre de la cité de production médiatique. Chaque zone représentant une étape culturelle, historique, architecturale exceptionnelle par tous ses détails et par sa conception souple et flexible qui favorise le changement en vertu de façades mobiles qui permettent la substitution nécessaire à la production technique et artistique souple et à peu de frais.

 Les bâtiments ont été créés sur des échaffaudages en béton et des supports de plomb qui permettent d’y pénétrer et de les employer comme sites au tournage intérieur également, d’òu la possibilité d’extention et de diversité.. le tout dans un climat modéré et un éclairage naturel favorisant le flux du travail et sa continuité. Ces zones sont desservies par de multiples bâtiments adjoints, tels les chambres de repos, et de maquillage,les restaurants, l’hébergement hôtelier et autres.

Ces zones sont :
- La zone islamique
- La zone rurale
- La zone pharaonique
- La zone d’Alexandrie
- La zone des quartiers populaires
- La zone de la rue Emad El Dine
- La zone de Garden City au Caire
- La zone de Bait Al Omma ou la Maison de la nation
- La zone archéologique des Pyramides et du Sphinx
- La zone bédouine et désertique
- La zone côtière de Sharm El Sheikh
- La zone militaire (Le poste fortifié)
- La zone des forêts et des jardins
- La zone de divertissement (Le Magic Land)
- La zone des extensions futures.

Ce sont des vastes superficies consacrées aux nouvelles idées, et aux zones qui selon les responsables de la cité peuvent être ajoutées pour l’exécution des diverses œuvres dramatiques. Ces espaces sont également disponibles aux idées arabes pour ranimer des régions ayant disparu au cours de la renaissance moderne survenue dans nombre de ces Etats , et créer des régions similaires sur la terre de la citadelle de l’Orient.

• La zone islamique :
Installée sur une superficie de 76 mille m2, cette zone comprend divers styles architecturaux (ottoman, mamelouk) qui assurent le tournage dans une ambiance historique, par la présence de forteresses, de citadelles et de tous les traits relevant des époques anciennes. Une grande partie de la superficie a été mise à la disposition de l’imagination des concepteurs et des réalisateurs pour l’ajout de décors intérieurs et extérieurs adéquats susceptible de satisfaire tous les besoins requis aux travaux artistiques. La zone abonde en sites valides au tournage intérieur.

* Principaux caractéristiques :
Des palais de princes, des magasins, des maisons, des cafés, le sabil, la fontaine publique , le diwan, la porte Al-Fotouh, dont l’originale se trouve jusqu’à présent dans le vieux Caire, le bain turc, la résidence de Haroun El-Rachid.

• La région rurale :
Construite sur 723 mille m2 de superficie, elle représente le village égyptien dans tous ses détails et assure aux façonneurs de films un climat naturel et varié, renforcé par les potentialités. On y retrouve des sites de tournage extérieur et intérieur, et les innovateurs et les producteurs peuvent prendre leur plein élan , dans leurs travaux dramatiques. La région comprend :

- Le village « a » :
Une station et une voie ferrée réelles y compris une locomotive, des wagons de passagers de formes et d’époques variées, des signaux, des postes en bois, en un cours d’eau, un pont et une grande salle ou « mandara » pour la réception des invités, et des maisons rurales simples.

- Le village « b » :
Il comprend un café, des maisons rurales au centre desquelles se trouvent la maison du maire ou « Omda », un pigeonnier, une mosquée, quelques maisons de riches, en plus d’une région consacrée au cimetière.

- La région de Zefta :
Elle renferme des maisons, un centre de police, une égreneuse de coton, un bureau de poste, des magasins de commerce.

- La région agricole :
Elle comprend des champs cultivés en diverses récoltes et arbres, et renferme du bétail.Elle est semblable aux fermes naturelles du village égyptien.

• La région pharaonique :
Superbe et très belle, cette région a été créée sur 165 mille m2, dont 10% seulement sont actuellement exploités. Les bâtiments qui s’y trouvent sont magnifiques dans leurs couleurs et formes.

Une grande étendue de la superficie est laissée libre à l’imagination des innovateurs pour y construire les décors qu’ils désirent. La cité de Tell El-Amarna est une reproduction similaire à celle construite sous le règne d’Akhenaton,et détruite après sa mort par les prêtres du temple d’Amon.

La région comprend « la voie des béliers », les deux palais du roi, sa résidence politique, y compris ses murailles et ses portières, un pont qui relie les deux palais, des bâtiments de l’armée et des politiciens, une grande cour de cérémonie et une région aux festivités.

La grandeur du lieu favorise tout genre de production importante, portant sur cette période de temps et à peu de coûts en comparaison aux travaux pharaoniques énormes, produits par les compagnies de production pour l’exécution de tels travaux. La région favorise à l’imagination de prendre son plein élan et de façon illimitée.

• La région d’Alexandrie :
Sur 74 mille m2, nos ingénieurs ont admirablement réussi à créer cette région qui reproduit partiellement la ville d’Alexandrie, de ses styles modernes et anciens. 60% de la superficie globale ont été laissées à la disposition des innovateurs et des réalisateurs, pour que leur imagination prenne tout son élan.

La région comprend, en détails précis, les bâtiments d’Alexandrie et du Caire des années 40, et assure un mélange d’authenticité, de culture et d’innovation par ses multiples maisons de caractère européen et oriental, en plus de multiples magasins et casinos.

« Midane El-Mancheya », reproduit en dimensions réelles, a été témoin d’événements historiques célébres, et renferme la célèbre Bourse d’Alexandrie.

• La région des quartiers populaires :
La ruelle populaire jouit d’un goût particulier dans les œuvres cinématographiques et télévisées. La cité médiatique de la production a veillé à la construction de ces quartiers pour pouvoir reproduire la vie populaire égyptienne quotidienne sous tous ses aspects, sur une superficie de 68 mille m2 .

Des régions populaires anciennes et contemporaines s’y trouvent, y compris des ruelles, des magasins, des maisons et des places, réparties comme suit :
- L’ancienne ruelle populaire y compris ses magasins et ses maisons populaires dans le style ancien.
- La ruelle populaire moderne qui reflète une mutation spécifique dans le style des ruelles, des magasins et des maisons populaires modernes.
- La région d’El-Gammaleyah, avec tous ses composants presque réels de l’ancien quartier de Gammaleyah au Caire.

Ces régions sont vraiment appropriées au tournage intérieur et extérieur. Les régions ouvertes qui entourent les bâtiments favorisent le renouvellement et l’innovation dans le tournage, et assure le placement des caméras dans plus d’une orientation en même temps. Il a été tenu compte, lors de leur conception, d’assurer des chutes de lumière naturelle indispensable au tournage.

• La région de la Rue Emad Eddine :
Cette rue comprend des magasins, des maisons, des casinos, des théâtres et des salles de cinéma, similaires à ceux de la célèbre rue Emad Eddine du Caire des années 40, qui a été témoin des débuts du mouvement artistique théâtral et cinématographique depuis la naissance de ces deux arts en Égypte, ainsi que de plusieurs événements politiques et historiques, au cours de cette même période.

C’est l’un des travaux qui prouve les énormes capacités de la cité de production, quant à la création de région de tournage ouvert. Il n’a fallu que 59 jours seulement pour construire cette rue, en dépit de son énorme superficie, de ses immeubles de 4 étages, de leur diversité et détails architecturaux anciens, et de ses énormes décors artistiques.

• Le quartier de Garden City au Caire :
Ce quartier célèbre du Caire, devenu surpeuplé et jouissant d’une vie quotidienne mouvementée, n’était plus accessible au tournage des diverses œuvres artistiques. Ayant fait l’objet de quelques changements dans son ancienne forme, ses ingénieurs ont posé tous les détails architecturaux techniques pour lui redonner vie à l’époque actuelle et sont parvenus à en faire une des plus importantes régions du tournage ouvert.

• La maison de la Nation « Baït El Omma » :
C’est le célèbre palais du leader égyptien Saad Zaghloul, qui avait été la destination de toutes les catégories du peuple égyptien lors de la révolution de 1919. Vu son importance historique dans la vie politique égyptienne et arabe, il a été construit conformément à sa surface et à ses dimensions naturelles à l’intérieur de la cité médiatique de l’information, avec tous les détails architecturaux précis, intérieurs et extérieurs, du palais original. Il a été également meublé selon le style de l’époque pour devenir un site de visite et être disponible au tournage.

• La région archéologique :
« Nazlet El-Semman » et « Aboul-Hôl » sont deux sites de la cité, semblables aux sites réels de la région des Pyramides de Guiseh, y compris les rues, les maisons et les magasins de vente des antiquités, sur un arrière-plan représentant un modèle miniature de la grande Pyramide de Chéops et du Sphinx, dans un superbe spectacle historique qui reflète la civilisation de cette nation, dont les racines plongent dans les profondeurs de l’histoire.

• La région bédouine et désertique :
Située sur une superficie de 206 mille m2, elle représente l’environnement bédouin et désertique, ainsi que la vie des bédouins nomades, y compris les tentes, les puits, les monts, les vallées et les divers aspects de l’environnement.
La superficie exploitée jusqu’à présent est de 5% du total de la superficie globale ; le reste étant laissé sous forme de désert pour donner une impression réelle de ce genre de régions ouvertes.

• La région côtière :
Un des sites les plus beaux et les plus attirants du tournage aquatique. La région a été créée sur une superficie de 73 mille m2, qui comprennent deux grands lacs artificiels de 400 et 600 m2, œuvrant selon le système des vagues artificielles et devenant ainsi le plus grand modèle du Moyen-Orient.et. où se trouvent un rivage sablonneux très beau et une piscine pour enfants.

Cette région est, par conséquent, une région d’attraction touristique et de tournage extérieur, caractérisée par les roches, les chutes d’eau artificielles et les cafétérias flottantes, un restaurant de 100 sièges, et des chalets sur le lac, utilisables selon le système « Day use », pour l’hébergement et le tournage.

• La région militaire :
Un poste renforcé y a été construit, semblable à celui de la ligne Barlev sur la rive occidentale du Canal de Suez, en tant que symbole du courage manifesté lors de l’épopée de la traversée qui a conduit à la victoire du 6 octobre 1973, la plus grande victoire de l’armée égyptienne. Le site favorise le tournage des travaux militaires, et accepte l’ajout de décors supplémentaires selon l’imagination des ingénieurs de décor et des réalisateurs.

Cette région a été le théâtre des spectacles « Son et Lumière » pendant la fête des communicateurs.
L’inauguration officielle de la cité en l’an 2002 a porté sur l’épopée de la glorieuse victoire. L’administration de la cité de production a décidé que ce poste demeure en tant que site touristique.

• La région des forêts et des jardins :
Une des régions les plus attrayantes par la diversité de ses paysages qui assurent de multiples ambiances : l’isolement, le calme , la solitude, la simplicité et la beauté, en plus de la possibilité de reproduire la vie sauvage, la lumière naturelle et artificielle. Ce lieu est favorable aux réalisations qui requièrent un site très distingué disposant de multiples paysages naturels, forêts et plantes, sur une superficie de 74 mille m2.

• La région des extensions futures :
Le plan de la cité médiatique de production ne s’est pas contenté de créer une diversité dans les régions de tournage ouvertes, au tournage extérieur et intérieur, mais elle a surtout assuré des superficies libres aux œuvres futures.

Des superficies libres, dans chaque site sont mises à la disposition des réalisateurs et des ingénieurs de décor afin qu’il puissent donner libre cours à leur imagination et construire de nouveaux décors en cas de besoin.

À cela s’ajoutent les projets expansionnistes de la cité durant les étapes futures, et selon les besoins des œuvres artistiques variées qui, chaque jour, proposent du nouveau dans ces régions.

Related Stories

Les plus visités

From To