23 octobre 2020 10:30

L'anniversaire de la Libération du Sinaï, des leçons pour les prochaines générations

samedi، 02 mai 2020 05:08

Les jours se succèdent, les années s'écoulent et voilà que revient le jour sublime où nous nous rappelons le combat des héros, la lutte du peuple et le sang pur des martyrs.

Le 25 avril 2020, les Égyptiens célèbrent le 38e anniversaire de la Libération du Sinaï, journée qui marque le hissage du drapeau égyptien sur "la Terre de turquoise" après la libération de l’intégralité du Sinaï en 1982.

Il s'agit d'une mémoire qui incarne la récupération héroïque du Sinaï, tantôt par voie martiale, tantôt par voie diplomatique. Il s'agit d'une magnifique épopée nationale et d'une source de fierté pour la nation égyptienne, laquelle marque un véritable tournant dans l'histoire égyptienne pour que les générations puissent en tirer des leçons.

Le Sinaï est la Terre des Prophètes. Ce fut sur le mont du Sinaï (ou Tôr du Sinaï) et dans sa vallée sacrée qu’Allah le Tout-Puissant se manifesta et s'adressa à Moïse (que la paix soit sur lui) pour lui donner les 10 commandements. Cette terre eut également l’honneur d’accueillir la sainte famille qui chercha refuge à "la terre de Kinana" (ou carquois des guerriers). Et c’est par le mont du Sinaï que le Seigneur de l'univers, le Sublime le Très-Haut, jure dans le Noble coran, en disant (sens des versets) : « Par le figuier et l'olivier ! Et par le Mont Sînîn ! » (At-Tîne ou Le Figuier : 1-2), pour que le nom du Sinaï soit récité et remémoré dans l’invocation d’Allah à perpétuité.

Ainsi, l’anniversaire de la Libération du Sinaï comporte une ribambelle de significations et de leçons pour les générations futures, que nous détaillons comme suit :

La première leçon : l'appartenance et l'unité nationale

Du point de vue historique, les tentatives d'attaque menées contre l'Égypte via le Sinaï, son portail oriental, ont été multiples, mais ont été toujours vouées à l'échec.

Le mois de juillet 1967 a connu l'occupation du Sinaï, terre de la lune et de la turquoise, une partie stratégique du territoire égyptien et le trait d’union qui ajoute à l'appartenance africaine de l'Égypte une autre asiatique.

Cette défaite a profondément affligé le peuple égyptien, mais l’a en revanche rendu plus déterminant à récupérer sa terre. La guerre d'usure, constituée d’opérations militaires et de renseignement intrépides, a frayé la voie à la grande victoire d'Octobre après avoir épuisé l'ennemi.

La marche de la récupération du Sinaï, qui a commencé par une guerre suivie de négociations, constitue une merveilleuse épopée nationale et une source de fierté pour l'Égypte. La nation égyptienne a donné le meilleur exemple, en insistant à venger sa dignité et son appartenance nationales et à protéger l’intégralité de ses territoires.

Cette épopée demeurera toujours un point lumineux, qui enseigne aux générations futures les sens de l'appartenance nationale, de la protection de la patrie et de l'unité nationale. C’est sur la terre du Sinaï que les sangs des musulmans et des chrétiens se sont mélangés pour libérer chaque parcelle de notre terre.

La deuxième leçon : la paix est le choix immuable de l’ÉgypteLes batailles respectives, menées pour la récupération du Sinaï et de Taba, ont prouvé l'intégration des capacités militaires, diplomatiques et juridiques de l'Égypte. Pas de droit sans une force qui le protège, et pas de force sans raison pondérée, capable d'identifier et d’investir les outils et les facteurs de puissance de l'État pour préserver sa sécurité nationale et restituer pleinement ses droits usurpés, sans abandonner ne serait-ce qu’un seul grain de sable.

Au même niveau, l'Égypte, qui était fidèle à la guerre, a adopté l'option de la paix, mais la paix des vainqueurs ; elle s'est inclinée vers la paix, en application à la parole d’Allah Qui dit dans la Sourate d’Al Anfal (sens du verset) : « Et s'ils inclinent vers la paix, incline vers celle-ci toi aussi et place ta confiance en Allah. Certes c'est Lui l'Audient et l'Omniscient » (al-Anfal : 61).

L'Égypte s'est dévouée à la paix comme elle s’est engagée à le faire ; un engagement couronné de fierté et de dignité, une paix fondée sur la force, une paix étayée par un solide bouclier et protégée par la grande Armée égyptienne.
La troisième leçon : la libération du Sinaï est un deuxième essor et une sécurisation par la construction

Le Sinaï représente 6% de la superficie totale de l'Égypte, dans lequel habite un peu plus d’un demi-million de personnes.

La présente direction égyptienne est fidèle à ceux qui ont sacrifié leur vie et leur sang pour libérer cette partie stratégique de la patrie. Elle confirme que leurs sacrifices n'ont pas été vains, et resteront dans la terre bénie du Sinaï dans les domaines de la civilisation, du développement et de l'urbanisation.  

Le développement du Sinaï est le plus grand garant de la protection des frontières orientales de l’Égypte et une bouée de sauvetage pour l'économie nationale, ce qui fait de son développement une nécessité stratégique. 

L'État égyptien a réalisé qu'il n'y a pas de développement sans sécurité et vice versa, d’où la décision d’une simultanéité entre la confrontation sécuritaire et les efforts du développement dans tout le pays, avec son sens global. 

La péninsule du Sinaï représente la profondeur stratégique de l'Égypte à l’est. Le processus de développement global du Sinaï a déjà commencé dès l'an 2014 et doit se poursuivre jusqu'en 2022, comme a précisé le président Al Sissi.

La quatrième leçon : des libérateurs du Sinaï, source d’inspiration

Il est des jours qui revêtent d’un sentiment tout particulier qui va au-delà du temps, des faits et des personnes. Ces jours, qui donnent des modèles à suivre, restent toujours ancrés dans les esprits. Parmi ceux-ci, figure l’anniversaire de la libération du Sinaï. En fait, au cours du processus de libération qui a duré de 1976 à 1982, des soldats et des dirigeants militaires vaillants ont pris part aux combats armés, alors que des juristes, des politiques, des économistes et des diplomates ont mené les combats des pourparlers. Les uns et les autres resteront à perpétuité des parangons qui animent l’esprit d’élan et de foi dans les âmes. Mais le plus important est en effet l’enracinement de ces significations dans l’esprit et le cœur des jeunes égyptiens, qui doivent concevoir les sens de la victoire. Ainsi, dès que leur tour vient pour prendre la relève, ils seront parfaitement conscients de la valeur des actions de leurs ancêtres.

La cinquième leçon :  Le développement économique global au Sinaï

Le Sinaï témoigne actuellement d’un énorme développement qui n'avait jamais été connu avant l'ère du président Abdel Fattah El-Sissi. Cet éveil vise à améliorer les conditions de vie des citoyens dans les deux gouvernorats du Nord et du Sud du Sinaï, en exploitant toutes les ressources disponibles, et en plaçant le Sinaï parmi les zones qui attirent les investissements. Du coup, l'élimination du terrorisme intellectuel a été la conséquence inhérente à la construction et de l’urbanisation. Tous les organismes de l'État, dont en particulier les forces armées égyptiennes, participent à ce processus de développement, qui a des répercussions importantes, à savoir :- Profiter de la main-d'œuvre et fournir des chances d'emploi pour les jeunes.

- Développer les ressources hydriques, puisque l'eau est l'essentiel aussi bien de la vie que du progrès et du développement de l'infrastructure.

- Réaliser le développement agricole globale et piscicole au Sinaï.

- Établir des logements sociaux dans le Sinaï et des projets d'éducation.

- Soutenir la femme sinaïtique, et entreprendre une sensibilisation culturelle sur la valeur de cette péninsule égyptienne.

- Procéder au développement touristique global de cette région, l’une des plus belles au monde.

Fils d'Égypte, générations présentes et à venir,

Nous devons bien comprendre ces leçons et d'en faire un jalon qui nous éclaire la voie, et qui fait de ce souvenir un point de départ vers la construction. Nous devons également nous attacher à chaque brin de nos territoires, et de bien saisir que ce jour n’est devenu une fête que seulement grâce au sang des martyrs, aux sacrifices de nos ascendants, et à la lutte de toute la nation. Nous devons enfin faire de la stratégie du président Abdel Fattah El-Sissi pour l’urbanisation du Sinaï le gros de nos espoirs et de nos ambitions vers un avenir brillant pour nous et pour les générations futures.

Les plus visités

From To